lundi 26 juillet 2010

No, Orthodox worried souls, no!

Not staying a monk, is indeed sinful in the one who has already become a monk, but not in the one who did not become a monk.

I am a Roman Catholic, and in the Latin Canons becoming a monk is counted after making a vow known as "eternal". I have not. In your Canons, becoming a monk is counted from being clothed in a schema. I have not.

This is no lie, and if anyone tells you otherwise so that you worry about my salvation if you see me marry, that person is a liar.

I am not responsible for lies that have been told behind my back, even if they are flattering. I have no duty to pay for them by one kind of life, if another kind of life suits me and my duties as a Christian better.

Hans-Georg Lundahl

dimanche 25 juillet 2010

St Peter and Desposynoi

Christ confided his Church to St Peter.

St Peter confided the particular Church of Jerusalem to the Desposynos (relative of our Lord, in this case son of St Joseph) St James the Just when leaving for Antioch. Before he and other Apostles had ruled Jerusalem.

And St Peter died in Rome, not in Jerusalem.

HGL

mardi 20 juillet 2010

Tim et Phyllis Malencon (1) sont cajuns ...

Ils vivent dans un bayou(2).

Ils sont mariées depuis 38 ans, elle avait 14 et lui 16, juste comme Marie Antoinette et le futur Louis XVI. Ils se sont rencontrés dans le trawl des chevrettes(3) , car le père de Tim l'avait sorti de l'école quand il avait 13 pour qu'il y assiste.

Par contre, Phyllis a insisté pour que leur fils fasse le lycée, en effet il est devenu quelque forme d'ingénieur.

Mais le style de vie francophone cajun est menacée par la marée noire. Par le pétrol.

Devinez pourquoi cet écrivain catholique, francophile à la fois est pour les jeunes mariages et contre la domination technologique par le pétrol?

Hans-Georg Lundahl

(1) Malencon se prononce Malençon, c'est que les autorités civils étatsuniennes n'aiment pas les accents, dont la cédille.
(2) Article avec comptes-rendus de l'interview fait par le journaliste était publié dans LeMonde hier - je l'ai lu en attendant que le propriétaire revienne, donc je n'ai pas les références exactes.
(3) Trawl est une forme de pêche (avec filet en forme de tunnel ou tuyau) et les chevrettes sont évidemment les crevettes.

Quelques observations encore:
(Elles ne se trouvent pas dans l'article duMonde)
  • Le mariage entre jeunes peut être stable.
  • La condition normale est que le jeune mari ait un pour-vivre stable.
  • C'est le cas avec la royauté, mais aussi avec ceux qui ont certains métiers humbles: bergers en Roumanie, trawliers en Louisiane de Sud, dans les bayous.
  • La société moderne tende à abolir à la fois les dynasties royales et les humbles métiers dont la qualification est application est pouvoir musculaire.
  • C'est donc quelque part emblêmatique de voir le même bayou habriter un couple marié à 16/14 et menacé par une catastrophe tellement moderne tellement provoqué par les grandes économies, qu'est la marée noire.
  • Il y a une certaine époque, l'école fonctionnait encore comme ascenseur sociale (comme pour M. Malencon fils) - maintenant ce ne semble plus être le cas pour la plupart (d'où la grande malaise chez les écoliers détenus sans espoir de se marier jeunes comme leurs ancêtres).

lundi 19 juillet 2010

M. l'Abbé Bryan Houghton d'accord avec Mgr. de Castro Mayer

L'évêque de Campos, en effet, dans ses vota pour le concil*, était soucieux d'éviter que les conférences épiscopales ne deviennent des entraves à la fois à la soumission de l'évêque au pape et à sa liberté personnelle de décider.

Très élaborée cette observation dans le chapître L'église du bavardage dans le livre Prêtre rejeté. Dans sa jeunesse une période le futur abbé (ou "soutanosaure", comme disait M. l'Abbé de Cacqueray**) avait été communiste***, il connaissait donc bien le fonctionnement psychologique de "la volonté générale", c à d anonyme dans une assemblé qui vote des choses que les votants n'auraient normalement pas le courage ou mauvais goût moral, voir cruauté de décider un par un.

HGL

* Le Sel de la Terre, N° 37, avril 2001 dédicait une bonne section au mémoire de l'évêque camposin, décédé le 25 avril 1991, un mois après Mgr Léfebvre.
** Le dodo, même n°.
*** Autre effet d'inoculation de par sa jeunesse communiste avant la conversion, il rejetait l'évolutionnisme, qu'il savait apparenté au bouddhisme: l'autre jour j'en avais une confirmation, en brandissant comme placard de mendiant le URL de mon blog créationniste:

et l'interlocuteur m'interrogeait sur "mes bases", je repondis que c'est plus correcte et probable que Dieu a créé les différents espèces que de présumer qu'on serait développés à partir des amibes. "Dieu a-t-il créé les amibes?" Oui. "Tu vois: tout est un" - ce qu'est faux mais bien bouddhiste.

dimanche 18 juillet 2010

Deux définitions sur wikipédia ...

L’antisémitisme (originellement écrit anti-sémitisme)

est le nom donné à la discrimination, l'hostilité ou les préjugés à l'encontre des Juifs.


L'antimaçonnisme (ou antimaçonnerie)

peut désigner

la critique, l'opposition, la méfiance, l'hostilité, la discrimination, la répression, ou la persécution envers la franc-maçonnerie.


Pourquoi critique, méfiance et opposition ne sont-elles pas citées dans le définition de l'antisémitisme?

De toute façon, dans ce degré là, ça résume bien mon attitude dans le passé envers les deux groupes. D'où mon inquiétude qu'ils vont me bizuter tant qu'ils me feront pas changer d'attitude. Car bizutages j'en ai eu. Peut-être à cause des membres de la famille qui sont l'un ou l'autre ou les deux.

HGL

vendredi 16 juillet 2010

J. H. Cardinal Newman donna l'impulse à Everlasting Man par GKC

L'Idée d'une Université:

Le premier et deuxième chapître nous donnent le panorama: de l'une côté une civilisation unique ou commune ayant 3000 ans d'age avec les racines Egypte, Syrie (Palestine et Liban jusqu'à la frontière de Perse avec Iraq actuels), Grèce, Italie (Rome, Etrurie, Magna Graecia ...), Afrique du Nord, France et Espagne. De l'autre côté des petits ou fragmentaires civilisations qui concernent beacoup moins d'espace ou de temps. Il ne nie pas que Sarrassins et Turcs, Hindous ou Chinois ont et Peruviens et Azteques avaient une civilisation avec beaucoup d'instruction, mais ils auraient besoin de se voir comme un seul pour pouvoir égaler la civilisation commune, ils ne le sont pas. S'ils se mettraient ensemble contre la civilisation commune ils pourraient arriver à la battre en morceaux mais pas à la remplacer, car ils sont tout aussi différentes entre elles que de la commune. Item pour le Christianisme, quoiqu'il ne coincide pas avec la Civilisation commune en tout lieu ou tout temps.

De là l'idée de Gilbert Keith Chesterton, Everlasting Man. Première partie dit qu'à différence des singes et de l'age de pierre nous avons des vraies racines culturelles affirmés par documents écrits dans la civilisation méditerrénéenne, dans la Romanité. Deuxième donne un plaidoyer pour l'unicité du Christianisme.

Je ne peux que me mettre pleinement d'accord. Avec les deux.

Par contre, là où je trouverais d'amis d'accord avec ces deux auteurs catholiques déjà connus et avec moi, on se méfie de moi à cause de magouilles dont l'origine pourrait être un esprit étroitement bourgeois anti-routard - j'ai en effet fait de route - ou encore la maçonnerie. Et, entre les deux, la technocracie.

Car, je viens de faire l'observation, forte embarassant pour certains esprits, que la civilisation commune, que la chrétienneté, avait une technologie qui ne dépendait nullement de l'edf ni de gdf. Aussi que la doctrine chrétienne contre l'avortement et contre les péchés contre la naturelle procréation (on dit contre "la nature", puisque ce mot veut à l'origine dire procréation-naissance-allaitage-croissance), ne dépend nullement du maintien des sources actuelles d'énergie: car ce n'est ni l'électricité, ni le gaz qui fait pousser les plantes ou qui fait croître les animaux que nous mangeons. Je viens de faire l'observation, à l'occasion d'une coupure d'électricité, que non, on peut s'éclairer aux bougies, se chauffer et cuire la nourriture aux fours de bois, les allumer aux allummettes ou à ce qu'on appelle Tinderbox en anglais (l'article manque en français encore, mais le mot est briquet à amadou ou briquet à silex en acier).

Il y a des gens qui veulent prétendre qu'il me faudrait perdre la foi ou l'innocence pour être intéressant pour eux. Je ne le trouve pas. Si les certitudes chrétiennes ont fait Newman et Chesterton, pourquoi pas un modeste héritier de elur pensé? Il y a également des gens à ma paroisse qui prétendent qu'il me faudrait une grande formation culturelle supplémentaire pour être intéressant. Je ne le crois pas non plus, en plus ces gens collaborent (sciemment?) avec les autres. Pour un écrivain qui n'est pas orateur, l'élocution soignée n'est pas le summum bonum, pour quelqu'un qui se tourne vers le peuple commun, manquer en élévation du style n'est pas le pire qui peut arriver. Comme, dans les compositions, pour un compositeur qui ne prétend pas exécuter ses morceaux, la connaissance d'un instrument est d'importance sécondaire, pourvu qu'il sache les harmonies et intervalles et la distinction entre consonance et dissonance, pourvu qu'il sait faire le contrepoint et connaît les formes et les limitations connaturelles de chaque instrument.

Contrastons Newman et Chesterton avec deux autres: Oscar Wilde et Jacques Brel.

Le premier comme on sait était bisexuel, c'est à dire il a ruiné son mariage il est séparé de sa femme et de ses enfants par l'histoire malheureuse avec un homme plus jeune, dont le père était un homme coustaud et querelleur. Il était aussi probablement franc-maçon, car il fut enséveli avec la branche d'acacia.

Aussi franc-maçons étaient beaucoup des gens qu'il persiflageait dans la personne d'Arthur Savile dans le roman Dorian Gray's portrait. Peut on soupçonner que sa chute fut occasionnée par magie maçonnique, vu qu'il s'était laissé initier?

Et Jacques Brel devint célèbre au même temps qu'il déchut de sa foi ou au moins de sa pratique catholique.

Là, Oscar Wilde faisait un peu la démarche inverse, quoique bloqué par la maçonnerie et par sa faiblesse. Il reçut les sacrements juste avant de mourir.

De toute manière, croire dans la sainteté de la vie et de la procréation d'enfants dans le mariage comme but de la sexualité, et faire ce que je peux pour y arriver, ne m'empêche pas de penser correctement sur des thèmes interessants comme le monde avant et par extension après notre grande consommation de l'électricité, et je ne crois pas que les thèmes soient sans interêt pour un public chrétien non plus. Mais ceux qui le suggèrent voudraient bien le prétendre sous le prétexte qu'on soit, et pas juste par rapport à l'internet ou , handicapé sans l'électricité. Ou sous le prétexte que depuis la vague verte un monde moins électrique se trouve investi comme apanage par des mouvences pas très chrétiennes et traditionnelles, les chrétiens seraient pas mûrs pour des pensées tellement radicales. Mais quelles sornettes! La civilisation qu'on appelle chrétienneté n'est pas basé sur l'électricité. Ni sa musique traditionnelle sur le CD ou la guitarre électrique.

Hans-Georg Lundahl
Paris III, la mairie
16/VII/2010

mercredi 14 juillet 2010

Feu d'artifice, vue par dessous le Pont d'Alma


J'étais arrivé à une barrière, autres ont franchis par dessous ou à côté, moi je suis resté. J'ai par contre vu le feu d'artifice de sous les voutes du pont prochain.

Le drôle qui m'a frappé est: ce feu d'artifice se fait un 14 juillet pour mémoriser un fait divers devenu vite historique mais il y a plus que 200 cent ans. À l'époque il y avait aussi un feu d'artifice, celui dont une étincelle avait enflammé un stock de bois de feu. Les morts se sont fait moins par le feu que par les "pompiers" qui empêchaient les citoyens de "jouer aux pompiers".

C'était le feu d'artifice en honneur du mariage principal entre le duc de Berry - futur Dauphin encore plus tard Louis XVI - et la princesse Viennoise Maria Antonia, ici commue comme Marie Antoinette. (Merci au blog Tea at Trianon pour ce fait). Bien que le feu d'artifice n'était que de loin l'occasion des décès, elle s'est imposée des pénitences.

À l'époque, donc, les feux d'artifice se faisaient pour des événements historiques aussi, mais contemporains. Aujourd'hui donc par le rétrospectif.

Quand on ne voit pas le comble d'un feu d'artifice, on sait quand même qu'il est là derrière le pont. Et quand il tombe, c'est comme une cascade volcanique, sans bien-sûr les dégâts. Ou une pluie en les couleurs très vifs. Je me suis demandé si le titre Purple Rain (par Prince, dont je ne suis autrement pas un fan, mais Purple Rain reste un classique) ne soit pas tout simplement un feu d'artifice en pourpre vu d'un angle pareil - avec quelqu'un dansant "dedans", en réalité devant: "see you dancing in the purple rain" pourrait s'expliquer si simplement et si peu "psychadéliquement" et si peu décalément que ça. C'est souvent le cas avec des choses qui semblent mystiques, ou qui le sont réellement, elles sont parfois très simples.

Pink Floyd n'est pas "pink fluid" avec une prononciation décalée ou dialectale comme j'avais autrefois cru, wikipedia sur ce band m'informe que ce sont deux noms d'artistes appréciés par le lead singer. Pink est crois-je un surnom ("rose" ou "couleur de chair") réutilisé par une autre artiste plus récemment, les américains me correcternt si je me trompe, Floyd est une orthographe anglaise du gallois Lloyd (oui, gallois "ll" se prononce à peu près comme "fl", comme les anglais approchent le "u" avec "iou", et ça se comprend aussi).

Et Deep Purple, selon la même référence, est nommé en mémoire d'une chanson aimée par la mamie du lead singer. La chanson parle de l'heure ou le ciel devient pourpre profond.

Car, dans la musique aussi, il y a une certaine rétrospectivité. À l'époque, si on voulait de la musique classique, on prenait pas un morceau cent ans de vieux, mais normalement un morceaux contemporain. Le contemporain chez nous n'est normalement pas classique, car il y a pour des solennités tristes ou drames comme "Aniara" une musique très dissonante, pour le gai ou pas si sombre quie ça comme solennel des morceaux vieux, et pour le gai ou pas si sombre comme ça des morceaux marqués dans un style ethnique ou "rythmiquement animé": jazz, pop, rock, salsa, Broadway musical étant entre ces styles peut-être le plus classique. Il y a quelques artistes contemporains qui font une musique avec sonorités classiques, je pense à Tubular Bells par Mike Oldfield et les concerts de Jean-Michel Jarre. Purple rain est évidemment du rock.

Mais un adagio ou une sonate est généralement d'il y a centaines d'années, sauf l'œuvre de Maurice Ravel: premier morceau plus connu "pastiche" ethnique, Bolero, deuxième morceau le plus connu "pastiche" d'époque, Pavane. Mais dans le jazz, si on fait comme le premier jazz à New Orleans ça ne s'appelle pas pastiche, ça s'appelle revival.

Entre 14 juillet et Guy Fawkes day, c'est le dernier qui me semble vraiment anti-catholique à célébrer. Guy Fawkes était un catholique complotteur, mais il fut très provoqué, par les vraies persécutions que les cathliques subissaient par le vraiment totalitaire Jacques I ou VI (d'Angleterre et d'Écosse). La Bastille fut rasé par un ordre issu de Sa Majesté très Chrétienne le 17 juillet. Parfois des excès sont pardonnés par le ciel ou ses représentants très vite. Et les lettres de cachet n'étaient pas provoqués sauf pour Richelieu et son oublie du principe "nulla pœna sine lege".

Hans-Georg Lundahl
Paris
15 juillet, mémoire d'un autre
excès du colère populaire français,
en 1099, Jérusalem.

mardi 13 juillet 2010

Monsieur mon hôte de ce dimanche

Vous m'avez appelé ami, je n'ai pas dit oui.

Il y a dans Le Chardonnet (juillet 2010) divers raisons pourquoi je devrais avoir d'amis, mais pas forcément vous comme tel.

Il y a aussi des choses qui ressemblent à des déviations doctrinales, à moins que ça soit simplement une fioriture rhétorique dont la signification plénière logique et symbolique échappait à l'écrivain.

"Laissé à lui-même, l'homme est un sauvage. Sans l'éducation par sa famille et la société, l'homme reste un adolescent perpétuel, dominé par ses instincts les plus grossiers." (p. 6)

Un adolescent perpétuel serait donc possible, physiquement? Plutôt, l'aberration donné à l'adolescence du XXe siècle finissant et XXIe siècle débutant peut être perpétuée en perpétuant ses causes: infantilisation par les gens en autorité ou simplement pouvoir d'un individu déjà mûr pour le mariage et pour la paternité ou maternité. Un état de décalage entre la nature réelle dans son état réellement atteint et l'état de nature présupposé comme moins mûr dans le discours de certains. Un décalage qui fait mal, et qui insulte. Ça peut être perpétué et l'est souvent aujourd'hui.

Cette infantilisation que d'une part les psychologues pronent chez leurs cas, d'autre part les professeurs chez élèves qu'ils ne donnent pas du savoir souhaité mais de l'éducation pour leur bien, ce que n'est pas le cas avec tous les élèves. Cette infantilisation que les unes ayant raté leur chances pour un mari pronent chez leurs rivales plus jeunes, souvent malhonnêtement qualifiées de "fillettes" - tant que le mot n'est pas tout simplement une boutade ou une blague.

Je suis bien d'accord que l'homme a normalement - à moins que Dieu fasse un miracle - besoin d'une éducation familiale et une éducation qui dépasse aussi les limitations voir aberrations de la propre famille.

Mais il arrive que l'éducation donné en famille est meilleure que celle offerte de la suite en société, il vous semble? Dans ce cas il me semble que le concerné fait bien de résister une dégradation de son éducation si la société, croyant améliorer en fait détériore ou menace de détériorer l'éducation faite en famille.

Et dès que je vois des signes qu'un homme essaie d'établir une autorité quasi-parentale sur moi pour - selon ses lumières - me perfectionner dans un sens que je trouve détériorant, même si je ne suis pas sûr de l'accusation faite dans mon cœur, je trouve pénible de continuer l'échange avec quelqu'un.

Il y a biensur d'autres raisons, où je suis tout à fait d'accord avec les écrivains de cet opus magnifique, où ce n'est pas l'ombre d'une doute que ce qu'ils disent est vrai.

Mais restons là: vous avez souhaité que je trouve mon chemin. C'est bienveillant, mais ça présuppose que ça ne soit pas encore le cas.

Ça dit, vous êtes un musicien doué, votre CD est dans les mains d'une famille gentille.

Hans-Georg Lundahl
Bibl. Mouffetard Ve arr. de Paris
13/VII/2010

lundi 12 juillet 2010

What I see as rot in here ...

I was talking with a European in one of the former colonies of Spain.

He was upset by a certain noticeable political self hatred in Europe.

I explained there were two reasons the left had for forgetting the past:

  • Self hatred for shame for recent past like World War II or colonisation.
  • Hopes for near future, about global justice or about making the world one village.


He said: Europe is not just Hitler, it is also the people who stopped him. And now, islamo-fascism is eating us.

He wondered for the reasons of the left. I answered, for one century up to 1950 or so, many universities in England and US taught us to undervalue or feel disgust at Christianity's and Christendom's history and to praise "tolerant" Al-Andaluz, the mentality lives on.

Where are those tolerant Muslims?

Well, I told him about one Muslim in uniform of the public gardens telling the picknickers they must not drink alcohol. Peaceful picknickers, students, well behaved girls. Even ;) too well behaved to speak with me, I could have added. And it was wine, not distilled stuff. One bottle on four girls.

I explained that the pro-Muslim attitude comes from one-sided school teaching. It is also inculcated by a kind of extortion: people who consider National Front are told by teachers, doctors, social assistants and so on, they should not, those values are not supported. Also, they often have Muslim neighbours.

Also, he was surprised Muslims vote here. He took it for granted Muslims have no democracy in their countries, I told them Algeria has elections and a Parliament recently voting as a law that the 130 years of colonialisation were a crime. They have not, I could have added, voted any law saying the slave hunt before Charles X was a crime or that the rising of Abd-el-Kader was.

He was shocked to hear the Muslims are not only citizens but even 10%. He said they have 4 children, European women not even 2, do the mathematics.

I said, I do tell Europeans should get more children.

He wondered about what it would take before Europeans kicked the Muslims back to their countries. I said I did not know.

He said we are nihilists if we let this go on. I answered, no, not really nihilists, but ver bad moralists. It is supposed to be immoral to stop a Muslim from entering a country which is richer and more peaceful than his own. Or to kick him out. Or to get "more children than one can support" (as if there were no difference in the efforts of supporting generally speaking between a celibatarian and a father).

I could have added: many appreciate tolerant Muslims as festive company, as hashish dealers, but also as experts on drug addiction, how to "know" when someone is alcoholic, or how to deal with alcoholism. The new policy in public gardens was not decided by Moslems alone. I could have added atheists and free masons sometimes appreciate them for calling Christianity what they themselves also consider it: madness. Including in psychiatry.

We did not speak about the Spanish kings for a short while, and for much longer the Portuguese ones, who accepted African men's witness they had taken fellow African's slaves in just wars of defence and were selling only war criminals. As now we take very many men's witness they came here for just reasons. That also diminishes for a historic moment the freedom European Christendom usually enjoys. This one.

He told me: they are human, like you. They are not unbeatable. They are weaker, since they have no [correct] values. He meant, I suppose, the left that supports Moslems to the extreme of exposing Christians.

Hans-Georg Lundahl
12/VII/2010

I think he underestimates difficulties. Librarians are supposed to be civilised people, but here I tried to access in Bibliothèque publique d'Information Beaubourg today's saint, by the Roman Martyrology in French, service supplied by laportelatine a site by the people who celebrate Latin Mass and did so when John Paul II was disfavourable to it, and it is blocked. As if contrary to conditions to consult.

The guy says there must be a way; I answer I hope so.

jeudi 8 juillet 2010

This book is NOT called "The Book of Angels" ...

... But De Cœlesti Hierarchia.

Lesson: I do not always know what I talk about before getting my coffee, when answering someone trying to bullshit me.

But I generally know what I write about, when I decide to write. Or used to before getting into bad company. (See remark in comments).

Ben Cohen, Jerry Greenfield ... et Hezekiel 16:49-50

1) deretour : 29 Bd de St Germain, une reconnaissance pour ce matin!, 2) 29 Bd de St Germain (suite), 3) Ben Cohen, Jerry Greenfield ... et Hezekiel 16:49-50, 4) New blog on the kid : Il n’a pas trop eu ses lunettes cassées ?, 5) Il n’était pas trop considéré avec ses voisins ?

Hezekiel 16:49 Voici quel fut le crime de Sodome, ta soeur: l'orgueil, l'abondance et l'insouciant repos où elle vivait avec ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l'indigent.
50 Elles sont devenues orgueilleuses, et elles ont commis l'abomination devant moi, et je les ai fait disparaître quand j'ai vu cela.
*

Version Crampon, en ligne.

Somme Théologique, II-II Q. 148 A.3 La gourmandise, est-elle la plus grande des péchés?

Première objection avec sa reponse:

1. Il semble bien. En effet, on juge la grandeur d'un péché à la grandeur de la peine. Or c'est le péché de gourmandise qui est le plus gravement puni. S. Chrysostome dit en effet . " C'est la convoitise de la nourriture qui chassa Adam du paradis; c'est elle aussi qui amena le déluge au temps de Noé "; et on lit dans Ézéchiel (16, 49): " Voici quel fut le crime de Sodome, ta soeur: la voracité... " Le péché de gourmandise est donc le plus grand des péchés.
...
1. Ces peines se réfèrent aux vices qui sont les conséquences de la gourmandise ou à sa racine, plus qu'à la gourmandise elle-même. En effet, le premier homme fut expulsé du paradis à cause de l'orgueil qui le conduisit à un acte de gourmandise. Quant au déluge et au châtiment des habitants de Sodome, ils furent provoqués par des péchés de luxure qui avaient précédé, et dont la gourmandise avait fourni l'occasion.


L'orgueil: "we want to make the best ice cream in the world".

Il y a des gens qui se contentent de faire une bonne crème glacée appréciée dans leur ville. Alors le lait vient du pays et la glace reste dans la ville.

La glace en Europe ne vient pas des États Unis. À la ville d'Aix en Provence la glace vient des usines en Hollande, près des fermiers de vaches à lait contractés Ben & Jerry.

L'abondance: n'est pas le pire en soi, comme vu, mais il y en a.

Jerry dit:

Les ingrédients proviennent de tous les continents : les bananes d'Équateur, la vanille d'Inde, le cacao de Côte d'Ivoire et de la République Dominicaine, et les amandes et les noix de Pakistan.


C'est du commerce équitable. On approuve biensûr l'effort de donner un meilleur prix aux producteurs chez eux là d'où ça vient.

elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l'indigent.

Mais vient alors la charité chez soi, metrofrance demande "Quel sont les résultats escomptés?" et Ben répond:

Lâcher une pièce à un sans-abri ne résout en rien les grands problèmes de notre siècle. En revanche, s'impliquer à 100% dans le commerce équitable signifie une restructuration complète du procédé de fabrication de la glace. Dorénavant, nous achèterons nos ingrédients à ceux qui les cultivent, sans passer par les intermédiaires qui exercent une pression financière sur ces derniers.


Sucez encore une fois les mots avec lesquels ils commence sa réponse:

Lâcher une pièce à un sans-abri ne résout en rien les grands problèmes de notre siècle.


Oui. Un: celui de ne pas soutenir la main du malheureux et de l'indigent.

Je suis bien placé pour observer les effets d'un discours comme ça.

En effet, je me suis fâché ce matin, en faisant la manche pour un café. Ça m'a duré, quand même. Enfin une dame m'a demandé si je voulais manger. Mais ceux qui n'ont pas pu me payer un café et une chocolatine (ou pain de chocolat comme on dit à Paris) il y en avait qui semblaient si gênés de me voir qu'ils prétendaient ne pas me voir. Là, on se fâche en lisant ces mots.

Et pas seulement de l'incharitable, mais aussi du fait que cet un orgueil que de vouloir resoudre les grands problèmes avec châque geste qu'on fait, comme si les petits problèmes, qui se règlent au prix d'un euro ou deux étaient sous notre dignité.

Continuons:

En revanche, s'impliquer à 100% dans le commerce équitable signifie une restructuration complète du procédé de fabrication de la glace.


Du procédé? J'en doute. Cacao se mêle dans la crème glacée comme poudre qu'il soit équitable avec la marque Max Havelaar ou un ordinaire - mais très bon - VanHouten.

Enfin:

Dorénavant, nous achèterons nos ingrédients à ceux qui les cultivent, sans passer par les intermédiaires qui exercent une pression financière sur ces derniers.


Très bien tant qu'ils ont ce grand partenaire que constitue Ben & Jerry. Et tant que les autres conditions que les conditions financières favorables il n'y en a pas ou il y en a, mais aussi favorables et de tout point de vue acceptables.

On craint le jour où Ben & Jerry essayeront à imposer certains "messages sociales" pas seulement aux gens qui lisent et font attention à leur publicité, mais ... passons. Si Ben & Jerry n'ont pas encore atteint ce dégré d'orgueil, espérons que ce ne sera pas fait.

elles ont commis l'abomination devant moi

Metro demande sur "la nécessité de communiquer sur des sujets portant à controverse". Je vous découpe déjà en avance la reponse de Ben Cohen:

Dans l'esprit des gens, la glace est souvent associée à l'innocence.


Tout à fait. Et devait le demeurer.

Nous nous servons de cette image candide comme outil de communication pour faire passer des images d'engagement.


G. K. Chesterton l'avait prévu. L'exemple qu'il donne est sur l'usage d'un tableau pour commercialiser du savon:

Most people have seen a picture called "Bubbles," which is used for the advertisement of a celebrated soap, a small cake of which is introduced into the pictorial design. And anybody with an instinct for design (the caricaturist of the Daily Herald, for instance), will guess that it was not originally a part of the design. He will see that the cake of soap destroys the picture as a picture; as much as if the cake of soap had been used to Scrub off the paint. Small as it is, it breaks and confuses the whole balance of objects in the composition. I offer no judgment here upon Millais's action in the matter; in fact, I do not know what it was. The important point for me at the moment is that the picture was not painted for the soap, but the soap added to the picture.


The Utopia of Usurers (e-text on - abridged URL -http://o-x.fr/juxd), I Art & Advertisement

L'image ne fut pas peint pour le savon, mais le savon ajouté à l'image. Avec Ben & Jerry c'est bel et bien leur produit et son association originelle, l'innocence, mais avec un ajout, leur message précisant - quoi? Osent-ils "comment être innocent"? Car des calculs comme "les autres commerçants en Inde font pression financière aux producteurs, mais moi je ne fais pas de pression sociale en contractant un grand nombre de producteurs à travers le monde" ou "ce n'est pas en lâchant une pièce ... qu'on résout les grands problèmes" ne me paraissent nullement innocents.

Le capitalisme est à l'origine de nombreux problèmes sociaux.


Dont, la possibilité pour un entreprise d'aggrandir son influence pour ... quoi? Il l'admet lui-même d'ailleurs:

Nous sommes des précurseurs dans notre volonté de faire un business qui sert les besoins de la société et des plus démunis.


Biensûr, les plus démunis parmi les producteurs exotiques, pas parmi les s d f chez nous?

Nous avons par exemple acheté au Brésil les noix de la glace "Rainforest Crunch" afin de préserver la forêt amazonienne.


Attend, je rêve? Un capitaliste paye pour qu'on fasse "autre chose" en Brésil que de couper des arbres? Le comportement des Brésiliens est donc la responsabilité des consommateurs de glace? Et les coût de transport en tout ça?

Nous avons également renommé la glace "Chubby Hubby" en "Hubby Hubby" pour militer en faveur du mariage homosexuel.


La rédaction n'a pas compris l'américain très bien - ou alors c'est moi qui suis mal placé de comprendre la traduction "bonhomme". Je délaisse donc leur traduction pour faire ma propre. "Hubby" veut dire "mari, époux". "Chubby" veut dire "rondelet", "pas trop mince".

L'ancien nom de la glace indiquait donc que la femme qui admettait que son époux en mangeait pouvait s'attendre qu'il devienne grassouillet avec le temps. Le nom plus récent "époux époux" pourrait pour la même femme indiquer que l'époux double en volume, mais ils viennent d'indiquer qu'il s'agit d'une publicité pour des couples à "deux époux". Ajoutons que, quoi qu'on puisse dire sur les producteurs des noix au Brésil, les couples gay ne sont pas le plus souvent démunis. Leur union sexuelle par contre est ce que Dieu a considéré comme le comble d'iniquité de Sodome.

Hans-Georg Lundahl
8/VII/2010 dans le jour de
St Thibault de Vault-de-Cernay
à la bibliothèque Marguérite Audoux
Paris III

*Je connais ce texte d'après l'avoir invoqué dans un controverse sur la luxure contre nature, en anglais. Je l'avais vu chez St Thomas avant.

mercredi 7 juillet 2010

Calomnié ou juste parano?

Il y a quelques indications que je me trouve vraiment calomnié:

1 Hier quelqu'un (collégien ou lycéen) m'a demandé "c'est quoi créationniste? Tu crois les dieux nordiques comme Thorr?"

Probablement un professeur les avait mis en garde contre moi avec des expressions comme: "il et créationniste, il croit en Thorr, il ..."


Je crois que la Terre est jeune, je ne crois pas qu'elle soit créé par Wode, Wile et Wé, je crois que Wode était un magicien qui a trompé les suédois d'une certaine époque à le croire, qui est devenu par là roi, et dont descendent plusieurs dynasties.


2 L'autre jour j'ai vu la définition de plagiarisme sur conservapedia. Ce n'était pas la première fois que ça se passe.

Probablement quelqu'un avait entendu que je fasse beaucoup de copier - coller, et résolu de prier pour que je cesse de "faire plagiarisme".


La fonction copier-coller sert à d'autres choses que de copier l'œuvre d'un autre, le coller dans son propre et le prétendre le sien. En français je n'ai pas fait beaucoup d'articles avec mon usage licite de la fonction*, en anglais oui, suffisemment pour le commenter: What kind of editing I did ... and what kind of copy-pasting - ce que concerne les dialogues sur le blog Assorted retorts et HGL's FB Writings - et dans le prologue de mon article encore aujourd'hui inachevé sur St Anselme, faut descendre jusqu'à "non-meeting of academic standards includes..." où je dis que quand j'ai utilisé une diversité de sources se trouvant dans la domaine publique pour cet article là ou pour le blog sur Lithuanie - deux choses plutôt narratives que raisonnants, et où je dépends entièrement du témoignage d'autrui - j'ai préféré citer verbatim les sources et de les enchevêtrer que de faire un exposé entièrement dans mes propres mots en les réformulant.


3 Une connaissance sur FB s'énerve quand je dis "non-merci" à certaines utilisations de FB (un image joli et animé mais banale en contenu, un jeu qui plaira aux utilisateurs de récré) et me reproche de me prendre pour "Mr. Perfect" et encore pour fréquenter FB uniquement pour la gent féminine "les pauvres".

Assez évidemment il s'agit de clichées sur FB et sur moi. Peut-être proférées par des gens qui me reprochent d'un usage addictif de FB en plus.


On peut chercher de la compagnie sur FB de diverses manières. On peut chercher de la compagnie féminine de diverses manières. Et l'un peut et peut ne pas avoir quelque chose à faire avec l'autre.

Ça devient quand même agaçant quand on me traque en proposant comme amitiés sur FB des dames et vieilles filles qui n'étaient de toute manière pas très favorables en avance à ma personne.

Aussi quand je me trouve obligé de me défendre avec un plaidoyer comme celui-ci quand les vrais faits sont de l'ordre à ne pas choquer./HGL

* L'usage que j'en ai fait comprend de copier et coller trois articles wikipedia - dont j'étais, dans les versions concernées, fortement co-éditeur dans un sens géocentrique, après jugé tendentieux: Parallaxe , Géocentrisme, ma vers. 1 , Géocentrisme, ma vers. 2 . Évidemment la wikipédie est un peu spéciale, en tant que: chaque article s'édite et se ré-édite tout le temps par chaque usager, l'usage en est libre tant que la wikipédie est cité comme telle.

mardi 6 juillet 2010

St Maria Goretti and more from Catholic News Agency

St Maria Goretti

Questions on "Uterine Isolation"

Two controversial historic issues:

Slavery and the Catholic Church - at the very least it is clear that the Church condemned slave hunt and slavery resulting from such whenever that was known.
Pope Pius XII and the Holocoast.

God bless indeed America for allowing Catholic News Agency, this is what communists and free masons in some countries try to censor. Truth is precious./HGL

dimanche 4 juillet 2010

Please pray a Rosary for the US today!

Whatever you think about the decision of His Most Christian Majesty to help forming them.

Good for Louis XVI too that he did not find it wise of Lafayette to enter into hypnosis! /HGL

PS: another of my friends (link above is to author Elena Maria Vidal's blog) also a writer and a Monarchist in the US wrote as status:

would like to celebrate freedom this Independence Day weekend by saluting all the law enforcement folk who will be manning sobriety checkpoints, ferretting out fireworks, and, of course, cracking down on smoking in bars! Have a good time, everyone, within the limits (chosen for your safety) that the regime permits you!


I think there was some irony there, Mr Charles A. Coulombe.

Nevertheless, in US there are still - I hope - states in which a twelve year old girl may marry and quit school (unfortunately Clinton changed that if he kept his "promise" or threat which he stated in 1995) whereas in England age limit is 16, and in France changed from 15 to 18 (which was already the limit for guys) in 2006, blasphemously enough by a decision taken on St Gabriel's day, the Vigil of Annunciation. Spain still holds out insofar as between 14 and 18 marriage is possible with a special derogation after the younger of the spouses to be writes a judge to ask permission.

Also, in USA a man may hold creationism and geocentrism to be not only true but scientifically more probable without getting into big trouble with informal censorship - at least the example of Robert Sungenis (who honours his patron Saint St Robert Bellarmine) suggests it. So far I have found France somewhat less free.

I also think there are states - even most I hope - in which, unlike what I heard about France by a man of the country in 2005, couples living in houses without electricity are allowed to keep their children - here, he said, social authorities are willing to pay for installing electricity, but not to let children live without a modern commodity like that.

Also, US was active in making Lithuanian independence a fact back in 1990. So, yes, I do not curse but very much bless the memory of Louis XVI and Marie Antoinette (married to each other at ages 16-14 by the way) for sending Lafayette!

Hans-Georg Lundahl
4/VII/2010
BpI George Pompidou, Paris

vendredi 2 juillet 2010

Answering John Clarke

Mr. John Clarke, I read your article The Capitalist Response in The Seattle Catholic online, and before I trust your reading of Belloc, or your characterisation of Distributism, it behoves me to verify if you can read the authorities you claim to oppose to Distributism:

St. Bonaventure (the thirteenth century doctor of the Church who laid out an extensive moral application of property rights).

St. Albert the Great (who developed a moral defense of the lawfulness of business as well as establishing the "need theory of value").

Pope Alexander III (who provided an ethical foundation for the formula of a "just price").
...
Martin de Azpilcueta Navarrus (sixteenth century Dominican canon lawyer at Salamanca who developed the purchasing power parity theory of exchange rates).

Covarrubias y Leiva (sixteenth century bishop of Segovia who promoted the utility theory of value).

Francisco Suarez (sixteenth century chair of theology at the Jesuit College in Rome, who promoted the natural rights view of private property).

Before going on to comment, I admit I have not read these authors on these questions, I simply trust the summaries of their work provided in article are scholarly ones. But the summaries you give yourself do not exactly further your case, if it is to be one against Belloc, not to mention G. K. Chesterton.

Suarez and Bonaventura have nothing to say about Capitalism, where it opposes Distributism, but about either or both or something else as opposed to the Communist view obliging to collectivism. Which, I insist, Distributism does not.

The other four deal with price and value in a way I think may be what I have developed myself, in nuce, as opposing both the Capitalist theory of "demand and supply" and the Marxist theory of "value by working hours plus added value".

Why is a house more expensive than a car, a car more expensive than a pair of pants, a pair of pants more expensive than a loaf of bread?

A loaf of bread is more needed than a pair of pants which is more needed than a house. Not quite. A man may forego a loaf for a day in order to keep trousers clean, or forego clean trousers for some hours if he has a house in which to hide his nakedness. BUT: what is usually most needed is also the least durable, and as such of least utility. A bread lasts half a day in stilling hunger. Two trousers may last one year or even just half a year if you exchange and wash regularly. A car - with the need to add fuel every now and then for using it - may last ten or fifteen years, rarely twenty. A house of any quality is supposed to last hundred years, and may sometimes last five hundred years or a thousand years.

A pair of trousers also is for one person at a time, a car for four persons, a house for up to ten or more.

This is the main reason why the prices are different. And then the process of perfecting raw materials is usually higher for each item in working hours (which is where Marx and Ruskin are reached) as the utility is more longterm. On the other hand the most necessary stuff, which must be cheapest in order to leave as few as possible in dire need, is usually more supplied (which is where demand and supply theory is reached).

Now, Distributism argues that bread and trousers, houses and cars or carts should be made by private producers, owning their means of production. It also argues that only the individual item of merchandise can be considered to have a quality, and that only small scale production gives a full incentive to make each item one of quality.

Skoda is not Rolls Royce.

Distributists and Capitalists agree on that. But a Capitalist affirms and a Distributist denies that small scale high quality production like Rolls Royce must be the privilege of rich consumers. That is only so if most people = most workers are mere employees rather than entrepreneurs or their family members. If everyone nearly is engaged in large scale quality negligent production, which give substantial revenues only to owners, everyone nearly is dependent on consuming cheap stuff. But if everyone nearly is engaged in small scale high quality production, and if not owner at least family member of owners or an employee among a few, then nearly every one can have the means of affording to consume such merchandise. Which is why the latter is preferrable when possible.

John Clarke referred to Belloc as saying big business is more efficient, it is so when it comes to generating cheap merchandise and yet big revenues for the few owners.

Belloc did not say, and examples Skoda vs Rolls Royce with like Volvo or Peugeot in between do not bear it out that serving as many as cheaply as possible is an efficient way of getting a high quality of merchandise. At most, it is a way, through capital concentration, to make foreign merchandise cheaper. So if you want to import chocolate and vanilla, coffee and tea, you do have an advantage if living in a land where big fortunes have been made and big fortunes facilitate competition for large stocks on good occasions on these items. But for wine and cider, beer and hydromel, things produceable in the countries we live in, small properties are lots better. Which is - I presume to have Chesterton on my side here - why Capitalism (as in Big Business) tends to further Puritanism, whereas Puritans tend to favour Capitalism.

In De Regno, St. Thomas says that entirely self-sufficient communities are impossible. Thomas writes:

One cannot easily find any place so overflowing with the necessaries as not to need some commodities from other parts. When there is an overabundance of some commodities in one place, these goods would serve no purpose if they could not be carried elsewhere by professional traders. Consequently, the perfect city will make a moderate use of merchants.


The perfect city is one that engages in trade. St. Bonaventure, the great Franciscan Doctor of the Church, argued that international trade must be moral because without trade, "many regions could not exist."


(emphases in italics in text)

The tirade against Distributism on the issue of trade is precisely failing to see that to St Thomas moderate trade is one that serves the purpose of making merchandise and needs for it meet despite inequalities of production facilities. What distributists like Belloc see as an upsurge of immoderate trade is the situation where indigenous producers are put out of business by same or similar product being produced cheaper elsewhere (often at the price of slave wages). And the reason why that is immoderate is, that this means less producers and more mere employees or out of work i e indigent people in same indigenous population.

Indigenous and indigent do not mean the same thing and are not supposed to become the same thing by trade.

A final word on taxation. This can be used against Big Business, but has in fact, in societies as Capitalist as Spain of the 1960's, France under de Gaulle, Sweden under Social Democrats, also 60's been used to stamp out small business, more precisely small farmers, in order to rationalise for trade. No Distributist properly so called would approve of that.

Hans-Georg Lundahl
Faidherbe, Paris XI
2/VII/2010

Je n'ai pas beaucoup vu hier soir ...

Mais quelque chose quand même. En rentrant à Paris depuis Nanterre, je cherche un bus, je vois vide un 29, j'y rentre avec l'intention d'aller vers par exemple Beaubourg ou plus volontier encore le Ve - mais je finis en choisissant Picpus.

À Picpus-Reuilly, je déscends, il y a une foule, quelques-uns sont en gilet orange, je me demande si ce sont des travailleurs sociaux en "maraude" pour soutenir les pauvres. Je croise la rue, me rends compte que pas seulement ils sont trop nombreux pour ça, mais les autres sont aussi en uniforme, bleu foncé.

Aussi ils sont en train de manger, je ne sais toujours pas de quoi il s'agit, mais je saurais bientôt. De toute façon, je demande s'ils voudraient faire une collecte pour me possibiliter d'acheter quelque chose à manger, on me dit de demander aux responsables, en effet il y a deux camions, dont un avec sandwichs et pâtisséries, l'autre avec des bouteilles d'eau. J'en aurai, puis je me place à côté d'un noir qui occupe un coin des gens assises. Je demande à quelle occasion on fête. Ce n'était pas une fête, mais très convivial quand même.

On se discute un peu, il demande ma situation, j'explique que j'essaie de trouver un peu d'argent sur mon écriture, je donne aussi le URL de ce blog.

Lui, de son côté, explique que c'est pour GrDF, il y a eu un accident de gaz, on est en train de travailler, certains depuis midi déjà (il était venu plus tard, il a d'abord donné une autre heure) et qu'on espérait avoir fini vers 23 h./minuit. La raison de la lenteur était qu'il fallait aller chez les gens individuellement. Aussi, ce qui m'a permi de participer n'était pas une fête, simplement une pause dans le travail.

Une fois je comptait le nombre des présents comme 21 + 7-14 c à d plutôt 35 que 28. D'autres sont arrivés que je n'avais pas vus.


Quand je partis, j'ai pu regarder un horodateur, il était déjà 20:52 ou quelque chose. J'ai réfléchi: avec un système de chauffage ou cuisinage si grand et compliqué comme le gaz, il y a des choses comme ça qui arrivent. Et encore pire. Quand c'est juste le bois de feu qui brûle, assez souvent les personnes qui doivent intervenir sont à moindre nombre et le sauvetage se fait plus vite. Ce n'est pas une raison de mépriser les gens qui dépendent du gaz, tout simplement de ne pas mépriser ceux qui n'en dépandent pas, et de souhaiter qu'ils redeviennent plus nombreux. C'est aussi moins dépendant de l'étranger, le bois ça pousse au pays. Il ne se trouve pas entravé pour beaucoup de monde par le passage d'un orage qui coupe les tuyaux de gaz ou les connexions électriques.

Une grande compagnie comme GDF-Suez ou EDF si elle est déjà privé risque d'abuser sa position de quasi-monopole comme un tracte de CGT vient d'accuser l'EDF. Si elle est publique, il y a le même risque à longue terme, parce qu'une compagnie publique risque d'être privatisée ou de faire profits à un état tombé en panne financière.

Que ce dit ne retombe pas en déshonneur des gens qui y travaillent, certains se sont vus sanctionner par des actes de la charité.*

Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Faidherbe
2/VII/2010

PS: Une autre petite réflection, c'est que si une simple pause pour manger dans le travail peut devenir si festive que ça, c'est que ce sont des français. Ou que ce sont de travailleurs. En effet ils sont les deux. J'ai beaucoup apprécié!

*Du tracte de CGT:

Saviez-vous que des agents EDF sont snactionnés, parfois brutalement, pour avoir rétabli la fourniture d'éléctricité à certains ménages démunis qui ne pouvaient acquitter leur facture?

jeudi 1 juillet 2010

"Moontruth"? Why?

Back when I was writing at Antimodernism, an MSN Group that was closed along with the others in February 2009, I posted a video called Moontruth, which showed how the pictures of Armstrong on Moon could have been faked, if fake.

Why, precisely, should specifically Geocentrics be interested in that, may one ask?

Well, let us put it like this: Geocentrism or static Earth means Universe is revolving at a very high speed every 24 h. around us. "Distant stars" - distant as measured by parallax, which is contestable with a Geocentric view, see previous posts - would be revolving at speeds higher than "the speed of light" as given by the experts.

I calculated that the limit for astronomical objects to be below that speed if rotating daily would be surpassed by Neptune - each and every day. And for Planets, it is not parallax, but angle of reflections of sunlight on planet, which makes the angles triangulation depends on:

First step: triangulate Moon distance by two points of Earth; on Equator: angles of sighting moon.

Second step: triangulate Sun distance by this reflection method, distance of Earth-Moon at that moment being known.

Third step: calculate planetary distances, including up to Neptune, by this method, distance Earth-Sun at that moment being an already known length. So, a method of mathematics called triangulation (which I have never questioned as such), and accepting that angle of light can be measured by light/shade configuration of planetary roundness, accepting also daily orbit of Neptune would on Geocentric terms be faster than given speeds of light, assumed in Einsteinian theory to be the fastest speed possible for all Universe. If a Geocentric - as I do - does not accept Einstein, that is no problem.

But even Moon would be moving very much faster around Earth than usually assumed by Astronomers, if Armstrong really landed there, and Earth is static, how did he survive? Hence the spontaneous interest of the video called "Moontruth".

BUT.

Other day I was thinking: yes, assuming Moon revolves, with Universe, around us daily, does add one speed to Moon. But in other respects Geocentrism takes away some speeds. On Moon too, since its supposed share in orbital speed of Earth is not existent if Geocentrism is true. Notably, heliocentrism adds to speeds we supposedly have to survive down here on Earth each day.

Wikipedia gives the speed references on article Earth as follows:
  • Average orbital speed: 29.78 km/s or 107,200 km/h
  • Equatorial rotation velocity: 1,674.4 km/h


Adding them up for a place on Equator at a time when the speeds add up rather than cancel gives 108,874.4 km/h and when they cancel out leaves us with supposedly 105,525.6 km/h to support.

But if I was right about Geocentrism, and wrong about posting Moontruth video - but was I? - what does that make Armstrong supporting when there?

Wikipedia gives Moon as distant diversely between:
  • 363,104 km
    and:
  • 405,696 km


which would make the mean diametre of Moon's daily circle around Earth 768.800 km and the periphery, hence orbit, that times pi, I get 2,413,032 km mean orbit of Moon per day. Since a day or rather night and day has 24 h. it is easily seen that we have to divide by 24 in order to get the speed - about same as the one Heliocentrics suppose we endure every day.

Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Universitaire
de Paris X - Nanterre
Octava Nativitatis S.
Iohannis Baptistae
et Festum Pretiossissimi
Sanguinis Dni Ni Iesu Christi
1/VII/2010

Bonus question for astronomically interested readers: according to Heliocentrism, at mornings and evenings the orbital speed and equatorial rotation speed neither add up nor cancel, since at right angles. The highest and lowest speeds would be either midnight and noon or noon and midnight. Which one is it? Right now I am too tired to figure that one out, it is after all hot here!