mercredi 29 juin 2011

Stabilités dans la foi

Étant accusé d'une instabilité dans la foi aujourd'hui, la deuxième fois par un deuxième prêtre de la FSSPX, j'aime préciser que ce que j'ai avoué et ils ont pris pour des instabilités dans la foi, je le prend comme instabilité canonique. Instabilité de jurisdiction.

J'aurais pu avoir une plus grande stabilité dans les doctrines, même dogmes, sans ça, et j'aurais pu avoir une plus grande stabilité canonique avec un peu plus d'humilité, soit de ma part, soit de part d'autres paroissiens, de temps en temps.

À peu près toute ma vie chrétienne, j'ai eu affaire avec des gens qui ont voulu m'humilier pour me destabiliser dans précisement la foi même. Ils ont demandé si j'étais infaillible? "Non". Ils ont ensuite demandé comment alors je pouvais être sur que telle vérité que je croyais était infailliblement vrai, vu qu'après tout c'était moi (c à d pas eux) qui le croyais (et crois), et j'avais avoué de ne pas être infaillible. Et j'ai repondu que même si je pouvais me tromper je pouvais savoir de telle ou telle chose que je ne me trompe pas. Et j'ai repondu depuis ma conversion catholique que je pouvais trouver un correctif à mes éventuels erreurs.

Précisons que leurs positions ont été des positions pour lesquels je ne trouve pas d'excuse dans le seul fait de ne pas être à eux-mêmes infaillibles, mais il s'agit bien d'erreurs qu'ils auraient pu éviter avec un peu plus d'assiduité dans la logique et la poursuite de la vérité et un peu moins de rhétorique préfabriqué dans leurs ... réseaux. Négation de l'historicité de Notre Seigneur et de ses Miracles.




"Comment pouvons-nous savoir que les évangiles sont autres que des pures fabrications? Ils ne sont que garanties par des partisans."


Soit. Mais des partisans peu prônes à des fabrications vu leur bonne foi prouvé par leurs martyres. Comme aujourd'hui Sts Pierre et Paul, mémoire de leur martyre commun sous Néron.




"Mais ils ont pu inventer ça par fanatisme, pour prouver ce qu'ils croyaient."


On peut à la limite croire qu'un fanatique puisse inventer des examples fictifs, ou surtout cacher des contre-examples réelles, il n'est pourtant pas capable de fabriquer de rien la source de son fanatisme. Il peut ne pas croire que le faux miracle qu'il produit par trompéries soit un réel miracles, mais s'il ne croit pas avant ça aux miracles qu'il croit réels, il ne serait pas fanatique, mais manipulateur. Ce qu'est exclu quand aux premiers chefs de l'Église Romaine, Sts Pierre et Paul. Car le manipulateur ne veut pas risquer le martyre, calculateur qu'il est, il fuit le danger.




"Comment veux-tu savoir qu'ils n'étaient pas manipulateurs?"


Parce qu'ils étaient martyrs, comme je viens de dire.




"Comment veux-tu savoir qu'ils n'étaient pas trompés?"


Hallucinations collectives n'existent pas. Dans une salle où neuf sur dix hallucinent et hallucinent la même chose, le dixième est hypnotiseur, il n'halluicine pas mais produit l'halluciantion chez les autres. Et l'hypnotiseur n'est pas un fanatique (pour ce qu'il fait croire dans l'hypnose à moins) mais un manipulateur, donc pas un martyr, sauf de façon erratique par accident. Le Vieux de la Montagne (revisité comme type moral en Thulsa Doom) a envoyé pas mal des gens à la mort pseudo-martyre, mais il n'y est pas allé lui-même. Ni Jésus, ni Pierre et Paul ne sont pas des Hassan ibn al-Sabbah. Précisément parce qu'ils sont des martyrs, Notre Seigneur et les Apôtres.

Parvenu jusqu'ici ils se rendent compte qu'ils ne me convainquent pas. Ils devraient se rendre compte qu'ils ne se convainquent pas eux-mêmes, sauf par fanatisme, précisemment, collectif. Et, notons, un fanatisme dans le jugement, pas dans leurs perceptions. Là, ils se décident de me trouver présomptueux.




"Tu as une forte confiance dans ta propre intelligence."


Pour dire le moindre.

Bon, le curieux est que dans pas mal d'endroits parmi les chrétiens, j'ai trouvé un accord parfait entre mes pasteurs et ces types maçonniques ou semblables à mon propos. Aujourd'hui je viens de répéter qu'à propos de la Dormition et l'Assomption de la Sainte Vierge, je crois qu'elle a été ensevelie avant d'être élévée corps et âme au ciel, il n'y a pas de problème avec les lignes en gras de la bulle pontificale de 1950, sauf si on voudrait mettre les mots "à la fin de sa vie" en opposition avec la Dormition et sépulture avant l'Assomption. Par contre dire qu'elle soit une exception totalement unique ("priviliegium prorsus unicum") comme c'est dit avant (texte normale, pas texte gras) dans cette même bulle de Pie XII est une phrase équivoque et erronnée dans les deux sens que j'en puisse déduire. Si l'exception porte sur la dissolution du corps - le sens le plus probable et traditionnel de la locution biblique "corruptio dans le tombeau, pas seulement il y a des saint incorrupts, mais dans la fin des temps, après 3 ans et demi de prêche, Élie et probablement Henoch seront incorrupts en public.

BON. Le texte n'était pas "privilegium prorsus unicum" mais "signulari prorsus privilegio". Je viens juste de vérifier. A-t-il pris le mot "singularis" dans le sens numérique ou dans le sens extraordinaire? Dans le deuxième cas, il n'y a pas de problème pour cette bulle du tout. Dans le premier cas, oui. Et le contexte prône cette lecture:




Attamen plenum de morte victoriae effectum Deus generali lege iustis conferre non vult, nisi cum finis temporum advenerit. Itaque iustorum etiam corpora post mortem resolvuntur, ac novissimo tandem die cum sua cuiusque gloriosa anima coniungentur.

Verumtamen ex generali eiusmodi lege Beatam Virginem Mariam Deus exemptam voluit. Quae quidem, singulari prorsus privilegio, immaculata conceptione sua peccatum devicit, atque adeo legi illi permanendi in sepulcri corruptione obnoxia non fuit, neque corporis sui redemptionem usque in finem temporum exspectare debuit.


D'ailleurs, ce passage invalide une objection des orthodoxes contre l'Immaculée Conception, comme si celle-ci n'aurait pas permi à la Sainte Mère de Dieu de lutter contre et vaincre le péché. Mais retournons à "legi illi permanendi in sepulcri corruptione", elle n'est vraiment pas la seule qui n'y "obnoxia non" fuit vel erit. Il y aura Hénoch et Élie et ceux qui seront élévés avant les derniers afflixions.

http://www.newadvent.org/summa/5078.htm#article2




I answer that, The same reasons by which we have shown (1) that all rise again from death prove also that at the general resurrection all will rise again from ashes, unless the contrary, such as the hastening of their resurrection, be vouchsafed to certain persons by a special privilege of grace.


Mais, biensûr, on peut dire que Pie XII voulait exprimer la même chose que St Thomas quelques lignes plus tard:




For just as holy writ foretells the resurrection, so does it foretell the reformation of bodies (Philippians 3:21). And thus it follows that even as all die that the bodies of all may be able truly to rise again, so will the bodies of all perish that they may be able to be reformed. For just as death was inflicted by Divine justice as a punishment on man, so was the decay of the body, as appears from Genesis 3:19, "Earth thou art and into earth shalt thou go [Vulgate: 'Dust thou art and into dust thou shalt return']."


Alors, si St Thomas et Pie XII n'ont pas l'intention de se prononcer sur le problème de ces corps exceptionnels avec des privilèges de grace - plusieurs, pas seulement celui de la Sainte Vierge -, il n'y a pas de problème même dans ces lignes là de Munificentissimus Deus. Alors, il n'y a pas le problème que j'ai cru y trouver il y a quelques ans. Mais c'est en regardant ces lignes là que j'ai été choqué et que j'ai trouvé Pacelli non-pape puisque échoué dans une tentative d'utiliser l'infaillibilité papale.

C'est ridicule d'y voir une défection des dogmes catholiques de ma part. J'ai pu avoir tort, mais ce tort ne peut pas avoir été dans le sens d'un prétendu droit de réinterpréter la Bible selon mes préférences.

Je venais juste d'apprendre par Saint Alfonse de Liguori que la Dormition était un vrai préalable à l'Assomption. J'avais aussi un missel de Pie XI (éditions Pius Parsch) ou j'ai pu trouver que le jour de jeûne la 14 Août ce célèbre en mémoire de la Dormition et du deuil des Apôtres, puisque le fait suivant, l'Assomption, reste l'objet principale de la fête du 15 Août. Dans le Rite Latin.

Depuis St Bartolomé 2001 et une jour 14 mois plus tard, j'ai été Palmarien. Précisément parce que après d'avoir nié une autorité j'ai voulu tout de suite me soumettre à une autre. Quelques semaines ou même jours, je crois que Pie XII est celui qui a condamné Palmar de Troya, donc Palmar de Troya se substituerait immédiatement à la défection de papauté par Pie XII. Quand je vois le matériel de Palmar, j'acceptais que Paul VI en promulgant le Novus Ordo était "prisonnier du Vatican" donc forcé par ses captveurs de signer des documents pas les siens - et je l'extendais à Pie XII cette solution. À priori pas l'éventualité la plus probable, mais une solution possible, et pas une que j'avais choisi par moi-même non plus. Le jour que je cesse d'être Palmarien, c'est quand je découvre que la cosmologie de Palmar - exprimé allusivement dans un passage de leur catéchisme que je n'ai pas lu en extenso - est Einsteinienne plutôt qu'Aristotélicienne et Augustinienne.




"L'Antéchrist regarde le monde de la quatrième dimension, la Sainte Vierge de la huitième dimension."


Oh, il y a donc au moins huit dimensions? Non, trois, pour nous rappeler la Sainte Trinité. Ce jour là, je cesse d'être Palmarien. Sans me soucier en rien de l'autorité que j'avais attribué pendant 14 mois à Gregorio XVII, on ne se souci pas d'une trompérie prouvée. Entretemps j'avais depuis la découverte de leur site internet rendu mon allégience un peu moins définitif et plus préliminaire. Si le premier message sur mon site Antimodernism était "certains après Vatican II prétendent qu'après Auschwitz la louange de la majesté divine ait prétendu le sens, par contre, tout en avouant que, quelle que soit la vérité sur ces évenements là (un refus de prendre parti entre la thèse commune et les révisionnistes!), on doit avouer que le XX Siècle a battu un récord de barbarie, mais tout en avouant ça, la gloire de Dieu ne peut pas être tarni par une quelconque barbarie humaine, comme le soleil ne s'éteint pas parce un homme devient aveugle, alors, oui, la louange divine garde sa place après le XX Siècle," alors la tâche majeure suivante que je me posais était de mettre les papes - Gregorio XVII, Pius XIII, Michael I, même Jean-Paul II, éventuel successeur à Siri, si interessés ou visibles - sur "le banc de St Pierre" pour reprendre une formule d'un sédisvacantiste dans le sens stricte, qui niait non seulement que Jean XXIII était pape et que ses successeurs l'étaient mais aussi qu'il y avait un autre valable. Un banc dont l'un après l'autre pouvait se disqualifier dans mes yeux jusqu'à ce que j'aie trouvé le bon.

Et après j'ai trouvé que si St Pierre était le chef des autres apôtres à Jérusalem, on y trouve le modèle de la rélation entre évêque local et évêques auxiliaires, donc la papauté et l'épiscopat ont une rélation quasi hologrammique. Pour ne scandaliser personne, je l'ai écrit à mon évêque local. Seulement plus tard, j'ai accepté l'épiscopat comme succession pétrine principale ce que donne que sédisvacance à Rome n'égale pas rupture dans l'indéfectibilité de l'église. Ensuite j'ai trouvé que ceux qui sont d'accord, les néohimérites prononcés sont hétérodoxes, les paléohimérites ont des incharités et désinvergures envers les saints catholiques, notemment la sainte Thérèse de Lisieux, le milieu romanidiste est très hétérodoxe et anti-latin. Et le comble venait quand on a calomnié St Robert Bellarmin.

La réprimande par mépris de mes facultés mentales (réaction officieuse envers "conspiracy theorists") ou encore - aujourd'hui - par rappel à l'humilité d'un homme catholique qui n'est pas le pape (pourquoi ne le rappelle-t-on pas aux orthodoxes, alors?) a été plus fréquent comme réaction que la réponse logique à mes arguments, ou même que d'ordres donnés à moi de retracter ceci ou cela.

Comme si "un catholique qui se prend pour infaillible mais qui n'est pas le pape" devait être un fou. Bon, en infaillibilité il n'y a que l'infaillibilité active, exercé par le pape seul (selon Vatican I), le pape avec les évêques votant sur concile (Vatican I et - pour les papes du premier millénaire - les orthodoxes), le pape et les évêques dispersés par le monde en unité quasi sans exception (magistère infaillible ordinaire, Vatican I et les orthodoxes, sauf que ceux-ci comptent les papes du II millénnaire comme non-évêques hétérodoxes jusqu'à même hérétiques). Il y a aussi l'infaillibilité passive, l'infaillibilité de l'église enseigné. Elle est totale quand à l'église prise comme collectivité (un pape ou évêque est normalement enseigné avant d'être enseignant d'office, donc ils ont l'infaillibilité passive avant d'exercer l'infaillibilité active). Elle n'est pas automatiquement déficiente chez chaque fidèle. Vatican I a enseigné que le pape est infaillible dans la foi chrétienne, et non que tous les autres catholiques soient strictement faillibles. Pape Léon a écrit une lettre à un empéreur qu'on pourrait alors prendre comme l'office d'empéreur ayant une infaillibilité aussi, mais il s'agit plutôt d'un complement du pape que l'infaillibilité de cet empéreur là, individuellement, était une infaillibilité passive assez parfaite. Ce qu'il n'aurait pas pu écrire de Léon Isauros, l'iconoclaste, par exemple.

Par contre, l'empire romain christianisé, demeure aux temps finales. Ne fut-ce que sous la forme du royaume des francs (divisé depuis les Louis II en France, Germanie, Lotharingie). Telle n'est pas une révélation privé donné à moi ou à Palmar de Troya, telle est l'enseignement sur le sens de la prophétie de Daniel donné par Orosius, historien de l'église de la période patristique. Et une république exerçant autorité sur son territoire a le devoir de préserver ses mœurs chrétiennes.

Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Georges
Pompidou (meilleur bibliothéquaire
que muséaliste, selon les queues
devant les côtés du bâtiment)
St Jour Festif des SS Pierre et Paul
L'Année de la Création 7210 et
L'Année du Seigneur 2011

mardi 28 juin 2011

Is John Todd discredited by Jack Chick?

I just read the close to insane story - if believed - about the "Death Cookie". Let us get a few things straight which Jack Chick misses.
 
Egyptians worshipped sun and put round bread on his altars, but did not believe the bread as such was the sun god.
 
There is a significant gap of logic about the relations of papacy (Papa being a character who sold his soul to the devil) and scripture, as well as a presumption that Latin was originally used to sound mysterious, when back in 500 AD Classic Latin was simply correct language and how the Church prayed since it translated psalms and Holy Mass from Greek, whereas the people's language in Western half of Roman Empire was typically a Latin that related to this as cockney or Bronx' negro English to correct English. Jack misses that.
 
He misses that the six candles around the Crucifix is using the sevenbranched candlestick, with Calvary as most important light, just as Old Testament foretold New, just as the Sacrifice of Calvary is the source of all grace and present in Holy Mass, which is far from a "human work", and that there are six other sacraments all from the gospel.
 
He misses that Christ Himself in the Gospel gave the Apostles authority basically to save or damn in his name. He misses that IHC is the first three letters of the Greek name of Jesus. He misses a lot, because he reads Bible from a Protestant tradition, refuses to take in account the Apostolic Fathers, because they are not inspired, but still takes all too much into account his own Protestant tradition. Some of it - calling canon of Septuagint corrupt, for instance - was Jewish, anti-Christian tradition before it was Protestant anti-Catholic.
 
He basically repeats the religious folklore of Belfast, the Protestant and Orangist quarters.
 
On top of that he presents the story from a real fraud, "Avro Manhattan" - an obvious freemason if ever there was one - as the story "The Vatican's Holocaust" (link is to an article of mine containing a partial answer to that libel).
 
Now, does this discredit what John Todd said about Illuminati? No. John Todd did not claim to believe the things from "Death Cookie" from having been there when "Papa" in the story "sold his soul", he does not claim to have been the advisor with horns in that story. Even if his research back when in Illuminati is claimed to credit such a position, that simply means he overtrusts the Illuminati he left. He does claim to have paid among others the charismatic movement. He may over confide in the power of Illuminati money to corrupt it - over confide when he was Illuminati, over fear, later. He does claim to have asked an ex-brother if master tapes are still put on occult altars and to have had an affirmative answer. He may have over feared the demons' capacity to follow each tape or disc made from such a master tape. But this does not basically discredit what he says about Illuminati.
 
So the question for me is not whether Chick Tracts is discredited by John Todd, but whether John Todd is discredited by the Chick Tracts. Of course John Todd's belief about the Catholic Church is discredited by being a Chick Tract belief about the Catholic Church, more precisely one that pre-dated Chick Tracts for some Centuries, though it might not have been all in place back in John Calvin's day, it is a Protestant folklore belief about the Catholic Church. But John Todd's witness about what he did himself, asked himself, saw himself is not discredited by that.
 
Whether it be discredited by other factors, like the rape he was convicted for and from prison claimed to be framed about, like military records and discrepancy from his account of military carreer, like the witness of Wiccan Sekhmet about meeting him in asylum, that is another matter. I happen to fear it does not discredit it. Some ways of discrediting people are a bit of an over kill. In my eyes it discredits the discreditors. I may be prejudiced, they tried to discredit my mother before me.
 
Hans-Georg Lundahl
Buffon Library of Paris
Vigil of Sts Peter and Paul
28 - VI - 2011

lundi 27 juin 2011

86°F=30°C

http://www.danger-sante.org/category/aspartame-danger/ - une température limite y est annoncée comme 86°F
http://www.wbuf.noaa.gov/tempfc.htm - mettez 86 dans la case en haut, vérifiez

HGL

samedi 25 juin 2011

La piste druidique?

Trois morts. Un coin où certains ont mal à trouver d'amusements, où des sectes druidiques ou illuminées pourraient rôder.
Derrière les façades les plus respectables. Qui a soupçonné Fritzl ou Priklopil avant de trouver les faits?
 
Je donne deux formes de liens, vers les nouvelles sur Marie-Jeanne Meyer (symbolique dans un contexte anti-alcoolique que le nom Marie-Jeanne s'utilise aussi pour une vase dans la préparation de vin à échelle domestique?) et vers quelqu'un qui a donné les témoignages marquantes dans la théorie de conspiration sur les Illuminati, comprenant aussi les druides:
 
 
 
Je ne fais pas parti de ce genre de secte, pas de ma volonté. Par contre, j'ai trouvé des indices dernièrement depuis 2007, même mon pélérinage en 2004, qu'on s'intéresse pour moi d'une façon malsaine. Je suis sûr que ce genre de secte existe. La police, s'en rende-t-elle compte?
 
À quoi bon dire que j'ai fait objet de tentatives magiques, mais au moins, il y en a qui voudraient. Parce qu'ils me prennent pour ivrogne et voudraient me guérir. Parce qu'ils me prennent pour "pédophile" - comme si Humbert et Lolita était la même affaire que d'enculer un gosse ou violer un bébé! - comme si même Mélodie du Bonheur (25 ans entre Baron Georg von Trapp et Maria Augusta Kutschera von Trapp) était la même histoire que Humbert et Lolita! - et voudraient me guérir de ça. Or magie suppose paganisme ou satanisme. Paganisme ou satanisme suppose - sacrifice. Les tentatives ne se sont pas du tout bornées à la magie, la police elle même devait être au courant d'autres formes de tentatives de me changer les idées ou le comportement.
 
Tout simplement, ne pas négliger que des gens qui me veulent "bien" - selon leur perspective, leur préjugé - pourraient être très malveillant envers tiers part en me procurant ce bien. Pour ne rien dire de malhonnête.
 
Ma mère a été éloigné de mon éducation à l'age de 14 que j'avais à l'époque. On m'a empêché fois après fois de retrouver celle-ci ou celle-là avec laquelle j'aurais voulu fonder une famille. J'ai été approché fois après fois des gens qui me voudraient faire douter de ma foi chrétienne. Au collège de par exemple un franc-maçon, copain d'une veuve d'un autre franc-maçon, un homme qui voudrait que je cesse d'être créationniste "de foi aveugle" ou comme un "homme de tenèbres". Au lycée d'un copain du pensionnat feru des catacombes de Paris, et des théories rechauffés par Dan Brown, dans le discours de Teabing (premier chapître qui m'a paru dégoutant plutôt que rigolote dans ce livre). 2004 sur le pélé vers St Jacques je me trouve au moins une fois avec des templiers, bien que j'évite le gîte Jacques Molay, et au moins une fois avec des femmes appartenant à une secte hindou de guérisseuses, dont une s'intéresse pour le rock hard. Je les ai considéré plus tard comme des sorcières. Et une autre fois par quelqu'un qui me prend pour "l'européen examplaire" parce que je parle beaucoup des langues. On est revenu sur cette qualité. 2007 à Nice il y a un homme qui me veut faire croire que les plus vieux manuscrits de l'évangile de St Jean avaient le mot "Jésus et ses frères" plutôt que "Jésus et ses disciples" étaient invités au Noces de Cana. Dans le cours de la conversation il me retire de force l'évangile de ma main. Je le retire aussi de force de la sienne. Même année je trouve le livre Qumrân par Abécassis qui veut avec une blasphémie et idiotie de pseudo-documentaire semer le doute sur le dogme chrétien. Je rigole sur la tentative très perdue sur moi, je trouve Life of Brian même moins impie. Peut-être étais-je sous l'emprise de quelque magie, mais il me parait que ma découverte là-dessus était un don de Dieu. Le même endroit en pays nissart on me vole les papiers CMU un mois avant l'expiration. Le soir de Toussaint il y a un accident de chute, je crois mortel. Je fais la connexion avec l'ésotérisme, mais je n'en parle pas. Un autre chute a lieu à Georges Pompidou à Paris, celui-là certainement mortel. On me prive de sommeil par inhospitalités. On essaie des trucs d'intimidation non-spécifique. On met des
 
On me prive de la confiance de l'église. Car, au lycée quand je considère la conversion catholique, ma marraine est soulagé que mes doutes ne portent que sur l'église luthérienne suédoise. Elle avait donc cru (par cette veuve de franc-maçon?) que je doutais de Dieu ou du christinaisme? Ma grand-mère a une conversation après ma visite chez un copain. J'affirme l'avoir visité. "Då har Greta Olsson lyckats" - alors c'est réussi pour la veuve de franc-maçon, dit-elle sur un ton amer. Avait-elle eu une discussion avec elle dans laquelle elle me prétendait "développer" dans le sens de la sodomie? Plus récemment, on m'a pris pour un homme très débridé ou même satanique. Mes talents sur certaines choses ont été mis en doute comme quelque don du diable, me parait-il. Sauf que l'on ne me l'a pas dit directement. Et, dans ma vie chrétienne j'ai trébuché et je le fais encore, parfois avec grand amertume envers l'église à cause de ses méfiances et les conséquences que ça porte pour ma vie sociale.
 
Donc, je n'ai pas de doutes qu'il y a une secte avec des buts malsaines. C'est une piste. Par contre, si un organe manque -sur elle ou sur les fauchés - on pourrait essayer la piste de prélèvements d'organes. Non que celle-ci soit moins dans le sens d'occultations parmi les plus riches et les plus pervers. On espère un commissaire qui ait lu son Alix l'Intrépide. Pour moi, j'espère que l'église adhère au Concil de Vienne. Même une seule exactation d'actes antichrétiennes d'un homme l'empire, c'est déjà une forme de molochisme.
 
Hans-Georg Lundahl
Torcy, 77
lendemain de la nativité de
St Jean Baptiste, l'A d S 2011

mercredi 22 juin 2011

XIX et le franc-mac

J'étais dans le XIXe hier soir.
 
Épuisé un peu avant le ponant du soleil, je me repose sur un banc. Dans mon sac de couchage.
 
Un beur vient à côté de moi (cannette de bière dans une main, je me posais la question s'il allait m'offrir un peu), quand il vient il fait un geste avec l'autre main, et dit quelque chose de réprochant que je n'entends pas parfaitement.
 
Il part. Un noir vient et me demande si j'étais fumeur. - Non, merci quand même. - Pas de problème. il part aussi.
 
Les deux reviennent, le noir me demande pourquoi j'avais volé le portable de son pote. Je dis que je ne l'ai pas. Le beur me dit de partir du terriotoire, le noir lui dit "laisse-le" et ensuite il se présente, je me présente, il répète le nom sans faute (bon linguiste!), déclare que c'est un grand nom et me dit que mon père (pas moi alors?) était assurément un brave homme, il me dit de demander si j'avais besoin de quelque chose, "même si tu as volé le portable de mon pote", je répète que je ne l'ai pas. "C'est bon" Ils partent un peu. J'ai envie de partir et de ne pas partir. Je reste.
 
Un peu plus tard ils sont plusieurs. J'entends des parties de leur conversation*. Ils parlent entre autres choses des francmaçons. Comme par pure hazard passe un homme, un cheblan qu'il connaissent, il lui demandent ce qu'il pense sur la franmaçonnerie, est-ce une secte?
 
"Non"
"Une réligion"
"Non, ça n'a rien de mystique."
"Une confrérie alors? Ils gardent leur savoir pour eux?"
"Il n'y a rien de mystique dedans, on ne l'utilise pas pour des fins mystiques"
Il y avait aussi une déclaration où il les prend pour des wannabees curieux. "J'étais dans votre position, j'étais curieux et je me posais des questions" mais avant qu'il ne parte, je m'y mêle. "Et il n'y a pas de liens avec les Mystères Éleusines*?" - Il répète qu'il n'y a rien de mystique* dedans. "Et vous êtes en quelle loge? Le Grand-Orient*?" Il est très pressé. Quand il est a cinquante mètres je m'esclaffe de rire. Je dis aux autres que le mec a fait bien, pas qu'il aurait quelque chose à craindre d'eux "mais de moi, oui"!
 
En fait, les franc-maçons ont essayé de me regarder comme un interessé. Comme un hang-around. Comme quelqu'un qu'ils obligent à la silence et mettent à l'épreuve. Faux pas, de leur part. "Faut pas," me diront-ils peut-être, "faut pas le dire" - mais ça c'est leur règle, et pas la morale catholique du tout.
 
Je compose.*** Beaucoup des musiciens sont francmaçons. Le fait que j'ai essayé de faire jouer mes compositions m'a valu d'être pris pour un interessé. Mais être compositeur n'est pas être dans la loge. Elle n'existait même pas aux temps de Scarlatti. Elle fut quitté par Haydn, heureusement parce que "Franz der Kaiser" était meilleur comme empéreur que la honte des Habsbourgs, Joseph II. Non seulement être compositeur n'est pas être dans la loge, ce n'est même pas "avoir une position". C'est avoir une rélation avec les musiciens qui jouent en publique. La rélation où ce que j'écris, eux il le jouent. Et c'est bien pour le public, et pas pour des compagnies sélectes comme leurs loges que je compose.*** Les musiciens le savent depuis 2005, ou les principaux responsables. On m'a systématiquement bloqué le revenu que j'aurais pu avoir de mes compositions. J'ai souffert des choses embêtants et douloureuses que telle somme aurait pu m'éviter. Je flaire les franc-maçons derrière ça, et baffer un homme de la loge était parmi mes tentations. Oui, il a fait bien de filer.
 
Cette nuit et ce matin, c'est une autre histoire, beacoup plus banale, mais très ensoleillée, malgré la pluie.
 
Hans-Georg Lundahl
Biblio St Fargeau
Paris XIX ou XX
22 - VI - 2011
 
*J'omets un commentaire sur une allusion probable à ma réputation, pour l'instant.
**Il a menti, comme ce n'est pas inusuel des membres de la loge. Initié s'appelle en bon Grec ancien "mystes" et le maître de l'initiation s'appelle "mystagoges" d'ù le français "mystagogue". Mais ce n'est pas un mensonge conscient, peut-être, si par "mystique" il entend théiste, supranaturaliste, ascétique, sacrementel, concernant la révélation divine, l'eschatologie, le destin éternel de l'âme, la rélation de l'âme avec Dieu. Selon certains même la morale catholique, comme l'horreur de l'avortement. D'où ma question si son loge était le Grand-Orient, vue que c'est la loge athée.
***Mes compositions sont accessibles sur http://hglundahlsmusik.blogspot.com qui était jusqu'il y a peu accessible dans chaque bibliothèque municipale de Paris, maintenant les blogs sont bloqués (http://o-x.fr/m9zd et voir aussi http://tinyurl.com/lesprovocs où je me suis prononcé sur l'attitude des beurs à mon égard mais aussi sur les conséquences que les bibliothèques souffrent de probablement ça). C'est ridicule des conservatoires de ne pas annoncer sur leurs pannaux d'annonces ce site, vue que maintenant je le fais commaître quand même. Peut-être les chefs de conservatoire sont-ils des gens de la loge?

dimanche 19 juin 2011

Peut-être a-t-on grandi dans une civilisation, où les bibliothèques sont silencieuses.

Ce n'est pas le cas pour tous le monde. Mais pour ceux pour qui les bibliothèques ont été conçues à la base oui.

Quand on essai de se construire une connaissance solide par des études des livres, une chose qui gâche, ce sont les gens qui ne sont pas silencieux dans une bibliothèque, mais qui discutent discussion après discussion, groupe après groupe. Une autre chose qui gâche, c'est d'être réveillé par quelqu'un qui semble vous passer un message ou de parler quelque ragot de vous. Ou tout court d'être réveillé trop tôt.

Une autre qui pourrait gâcher - et qui a gâché certaines années du passé - sont les neuroleptiques qui empêchent la concentration.

Les bibliothèques ont été mon réfuge, dans le passé, des gens qui voulaient me construire à eux, à leur façon.

Bon, il y a une bibliothèque qui ne semble pas être vraiment conçue comme un réfuge fidèle, comme un havre civilisé durable et stable. Georges Pompidou à Beaubourg semble avoir comme fonction de faire le tri entre ceux qui font la queue, ceux qui osent briser, ceux qui ne peuvent psa se permettre de briser la queue. Les premiers sont la plupart des chrétiens, juifs ou athées. Sauf de temps en temps une fille. Les deuxième ne sont pas la plupart des musulmans, mais la plupart sont des musulmans. Des beurs. Je ne crois pas que les beurs koptes ou melkites ni les maronites font comme ça, d'habitude, d'ailleurs ils sont moins nombreux que les algériens. Précisons, assez souvent les musulmans en question sont jeunes. Peut-être pas pratiquants. Peut-être ils liront le Coran et ne sauteront plus la queue, peut-être ils feront un Hadje à Mecque - ce que je n'ai jamais fait, j'ai très au contraire fait un pélérinage à Saint Jaques Matamore! - et après leur Hadje ils ne sauteront plus la queue. Mais, alors il y aura d'autres musulmans non pratiquants à sauter la queue.

Parfois leurs occasions semblent ciblés. Hier, dimanche, le Dimanche de la Sainte Trinité, j'avais reçu la veille l'hospitalité de trois personnes, on était allé dans un resto, on avait bu du vin. Pas du restaurateur, il servait hallal, mais emporté. C'est mal vu par les musulmans. C'est mal vu par nous de se pousser dans la queue devant les autres. Quelqu'un qui a fait la Hadje à Mecque n'est pas censé faire l'un ou l'autre. Saint Jaques n'est pas un ennemi juré du vin, ni de l'hospitalité. Pourtant, parmi les gens qui m'avaient soutenu pendant ou encore après mon pélérinage, il y avait eu des écuménistes, très pressés à expliquer à leurs amis musulmans que j'étais un "Hadji", ce qui n'est pas vrai.

La Sainte Trinité n'est pas leur concept erronné d'Allah (il y a certains chrétiens qui utilisent en Arabe ce mot pour le vrai Dieu, Trois en Un, il y a des musulmans qui parlent de "Dieu" quand il parlent en français de leur faux concept du créateur, celui qu'entend par "Allah" leur Coran pseudo-révélationné à leur Mahomet), Jésus de Nazareth est autant calomnié par les versets du Coran que par le Talmud, car il n'est ni un prophète juste humain, ni un malfaiteur, mais vrai Fils du Père, vrai Dieu, vrai Homme, vrai Messie, et son apôtre Saint Jacques dont j'ai visité les réliques à Compostèle n'est pas un collègue de celui qu'ils appellent Rasul-Ullah.

On peut vivre en paix si les chrétiens vivent entre eux, et les musulmans entre eux. Mais si les musulmans s'installent en France et commencent à faire les grands-seigneurs avec les chrétiens, la paix devient difficile.

J'ai dit en prison que la Coran n'est pas la parole de Dieu, mais du diable. Je ne l'ai pas retiré, ni en prison, ni en psychiatrie, ni après dans la liberté, ni à Malmö, ni sur le chemin de St Jacques, ni à Berlin, ni en France.

Je commence avoir l'impression que les loges font affaire commune avec les musulmans interventionnistes, ceux qui me pitoyent à cause de moi plutôt qu'à cause de ce que m'ont fait divers fonctionnaires, voire magistrats. Car hier, j'ai reproché les musulmans qui sautaient la queue, j'ai fait l'approche avec ceux qui dans leurs pays passent devant les chrétiens ou qui ont été fâchés parce que Asia Bibi ne s'est pas abaissée devant les musulmanes.

Aujourd'hui la provocation vient soudainement pas des musulmans, mais des fonctionnaires en place dans la queue pour les tickets de temps à l'internet. L'homme devant moi reproche le fonctionnaire de ne pas donner les tickets et de nous arrêter dans la queue tandis que les ordinateurs libres il y a. Il fait des subterfuges peu probables, le fonctionnaire. On hausse un peu le ton et je me dis d'accord avec l'autre dans la queue. Le fonctionnaire nous donne un livre de doléances. Je ne suis pas y alle signer, car je veux l'avoir sur cet article devant les internautes et ensuite donner le lien.

Encore une fois je fais la queue, car je n'ai pas pu mettre à la fin cet article. Et je chope le numéro 215 (devant lequel je me trouve), et en arrivant je trouve que 215 prend du temps et 211, 212, 213 restent libres. Illustration de l'excuse invoqué? Ou provocation? Le fonctionnaire avait dit, la queue avant:

"Si vous n'aimez pas, vous n'avez pas besoin de faire la queue ici"


Hypocrisie comme ironie fine. Un homme qui possède un ordinateur n'a normalement pas besoin d'y faire la queue du tout.

Je m'y suis melé, disant:

"Et vous n'avez pas besoin de amoindrir la bonté de vos services."


Ensuite il offre le livre de doléances. On ne signe pas de suite. Lui ne le fait pas. Moi j'y vais après d'écrire ceci. Encore, quand on est en train de se rétirer dans la queue viennent cinq vigiles, des gros bœufs, le premier en est un beur, qui demande s'il y a un problème. Non, non, assure le fonctionnaire.

Mais l'excuse qu'il avait offerte était: peut être les ordinateurs sont en (synonyme de réparation)* maintenance?

Tellement de maintenance, et juste quand je me retrouve devant l'ordinateur encore trois à côté en maintenance?

Il y a trois hypothèses, là-dessus:
- pur hazard
- illustration délibéré pédagogique
- provocation.
Je ne crois pas au pur hazard. Les autre deux hypothèses ne s'excluent pas vraiment.

Je constate donc, que la bibliothèque n'est plus le havre de paix qu'il devait être**. Et que font les provocations ceux qui n'aiment pas les chrétiens: musulmans, maçons. Entretemps, un musulman à l'air maçonnique, Dalil Boubakeur, vient d'insulter les proches de Asia Bibi, en leur assurant qu'Islam est une réligion de pardon. Pardon? Il se vante que la brave aurait pu être facilement "pardonnée"? Mais pardonnée pour quoi? Je suis pleinement d'accord là-dessus. Être chrétien ou chrétienne n'est pas un crime. Un chrétien persécuté qui visite la France ne devrait pas ête obligé à faire la dialogue avec leur pote hypocrite.

Si les musulmans en France veulent vivre en paix, un peu moins de démonstrations de leur musclation, leurs popoteries socialistes ou maçonniques, leur hypocrisie ne leur ferait pas mal.

Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Georges
Pompidou, ordi 215
20-VI-2011

*Pendant ma jeunesse et l'age adulte plus jeune, je n'ai pas eu à hésiter devant le choix de mots dans une discussion à rappeler. Ni des miens, ni de ceux de l'adeversaire. Ce n'est pas une faculté miraculeuse, c'est juste embêtant de la perdre et devenir semblable aux gens qui se contentent avec une citation à-peu-presque. Après mon expérience de cette faculté, je n'hésite pas à croire que les quatre évangélistes ont pu se souvenir de chaque mot entre Jésus et les Pharisiens dont ils témoignent - et leurs adversaires aussi. La perdre n'est pas ne pas l'avoir eue. Et ce sont les évangélistes que je crois, et leurs adversaires que je ne crois pas, et les gens qui prétendent qu'on ne pusse pas se souvenir exactement des mots clés des heures ou des années après, je les crois encore moins.
**Depuis un mois ou plus les autres bibliothèques, les communales, ne sont plus havres de la parole libre sur internet. Voir http://o-x.fr/m9zd

Douglas Gresham, are you trying to please Lord Gumpas?

Correction of possibly wrongful
impression on this link. Do look it up.


The changes made from the books (we are talking about the Seven Chronicles of Narnia, first three to be filmatised) to the films are, you said, due to "dramaturgic necessity" - my foot! Fiddlesticks!

I have not made the diagrams of tension curves, but any chapter in these books has a good one. Space is not a problem when filmatising classics. In theatres not only audiences but actors get exhausted, or it is even actors rather than audiences who do. In films they can rest between takes.

One could so easily have added a scene in which pupils* forced under Jadis to study a curriculum they did not like with comrades they did not like (talking rabbits forced to sit next to talking foxes) heard a royal herald - why not one of the first talking mice? - announce that school was from hence voluntary. And the two school scenes** in which a teacher is delivered from piggish schoolboys and where school girls are delivered from a shrewish school mistress would have been roaring comedy.

You know well enough that your stepfather hated school. Not learning, but school. Even without Squeers' types, whenever children and youngsters were forced to attend against their will and without consideration for their previous powers*** of getting along with each other. You know also he was told in a letter of a school where everyone was happy. He discussed what this meant for the virtue of hope. I am not sure this is even a good info he got (or that he took it for it, I do not recall his exact reservations).

I met a girl who asked me about my situation. I had been mobbed**** in school. She said noone was mobbed in her class. Then she added that there was this girl who "wept for nothing". Really sobbed for nothing at all. Well, weeping and finding a class full of people feeling - whatever they said when trying to be kind - that she wept for nothing is not a very hopeful and sunny school situation. And is conducive to despair and hate. She ought not to have been kept in school against her will; if her parents wanted that and were not just forced under threat of losing custody they were so far not very good parents, far inferior to a "Pudayta-bird" as parent to your stepfather when he was young. And if her parents are forced to, which is at least as likely, there is something rotten in the state.

You know the anti-school compulsion takes in the books were taken out, and you know they were dear to your stepfather. You also know there was no dramatic necessity for it. Are you trying to please the kind of guys who consider religious and national duties of theirs, including school compulsion (Moslems and Protestants copied it from Judaism with some slanting at Pericles' Athens and certainly not from Christianity or Old Testament or Caesar's or Constantine's Rome) a neglected duty in men whose religion or ancestral national customs do not have it?

I know the quote "Was gut für den Jud' ist, das ist gut" from a man whom I revere. But used by others the quote can mean ... well, I stood yesterday next to a man whom I take for a Jew presuming or having presumed or wanting or having wanted me to have Jewish loyalties. He cursed - in conversation with another man, I could not help overhearing it, and think he meant me to - people eating at McDo without worrying whether it is kosher or halal or not and basically cursing such men to a sexual perversion or to infertility. As if kosher food was God's sine qua non for bestowing the blessing of fertility on men. Or as if God by not making it so had made some kind of mistake.

People serving that sectarian interest have a few ways of pulling it over on us under diverse excuses. One is getting foods less healthy so as to make people concerned about health make choices like unto kosher food worries (note that eating kosher in old Israel when it was the custom was not a worry). Another is to exaggerate those worries until they become kosher food like systems. You know very well how CSL ridiculed that in the parents of Eustace. But for a Christian the proper way of being chaste according to state is not avoiding fat meats like pork and shrimps altogether, but to fast on wednesdays and fridays from meat, eggs and dairy (more continuously under lent, less so in Eastertide which was past the last wednesday, friday and saturday). It is an obligation under individual responsibility according to a collective custom (and I am not keeping it well now).

Now, in a similar way, I do not think Jews have any business forcing school compulsion on us Christians, since we are not obliged to obey the decision made by the successor not of Aaron any more but of God-killing Kaiaphas and of Church persecuting Hanan ben Hanan, who killed St James. Even if that man their successor who decided on school compulsion, Joshua ben Gamla, was less bad against Christians. Muslims emulated from the first, when Christians started doing it there were connexions to Renaissance (Scotland), Enlightenment (Prussia), Reconstruction (US States enforcing reading abilities as conditionn for voting), Communism (Russia). Do you feel we are so obliged? Or do you feel there is any kind of real case for school compulsion?

Maybe you consider this is a kind of debate we cannot take, since "we are at war", the famous clash of civilisations. Legally, in French law, we do have the "plan vigipirate" directed against terrorism. And abused to make society here less free. Muslim violence is avoided, but Islamic state totalitarianism is in the process emulated. And Muslims who are not getting physically violent are overlooked when trying to play the lords.

Now, this brings me to the question: is the function of a legitimate state enforcing decency, starting with itself (and in a Christian country obviously not obeying Jewish or Muslim factionalism disguised as Enlightenment), or is it a way of meeting threats, the more efficient the better? A King sets out to retrieve seven lords who had been lured away. Is it in order to keep a promise he made? Or is it in order to meet a threat of new evil hovering over Narnia? Adding that "for drama" lessens the moral message to statesmen (Caspian is after all chief of state, king, ruler, when on this journey) of decency for decency's sake, without sidelooks on necessity (which was aye the tyrant's plea), and it works out how? By making Lord Gumpas and Pug an evil hovering over Narnia itself? Or by making - what the books do not! - one of these lords a key figure in resisting the Lady of the Green Kirtle of the next Narnia story?

The worst solution is bending. Bending to Lord Gumpases who are along with the school hired Pugs of youth psychiatry and the Pugs of psychiatry for people traumatised in school, in changing the message.

If you make a film out of The Flying Inn*****, will you take away Misysra Ammon and Lord Ivywood out of political correctness too?

Hans-Georg Lundahl
George Pompidou library
of Paris
Trinity Sunday YooL 2011

*Lion, Witch, Wardrobe **Prince Caspian ***previous powers of getting along - a modern would have said "preliminary potential to get along" I presume ****CSL used the word bullied, but in Sweden we took the loan word mobbing *****by Gilbert Keith Chesterton

samedi 18 juin 2011

Damnum emergens or lucrum cessans

 
Usury is a sin. Canon 29 of Council of Vienne (I have not seen its bulls on the Vatican.ca site by the way).
 
What was considered usury? Immoderate interest? Interest taken from the poor? No, those were taken as aggravating circumstances of usury, but usury itself was - lending one sum of money and getting a really higher sum back because of the fact of the loan.
 
I say really higher sum, because if you lend in Euros and get back in Swedish Crowns, you must have about ten times as many of them, since that is the relative worth of these. If a devaluation has taken place relative to the gold standard or something, and this or that currency is only 9/10 of the gold it was worth at time of loan, obviously the payment must be 10/9 of the nominal sum at the time of paying.
 
And I say: because of the fact of the loan, because there are titles such as lucrum cessans or damnum emergens.
 
Lucrum cessans is missing a good opportunity, not because of loan as such, but because of late payment.
 
In fourteen months time I want to buy a house that will be extra cheap since I book in advance, thus facilitating for the builder to get his loans. I set about to seek a borrower to take care of the money for me so I do not spend it meanwhile. A month later we agree he pays back same sum after a year, one month before option of buying the house. He pays back two months too late for our agreement, one month too late for me to buy the house. I have to buy a more expensive one, or one that costs same or less but which is not as big. An opportunity was missed due to late payment. That is called lucrum cessans.
 
Annexed question: if it happens I find a house that is really better, both worth more and me paying less, do I still have a claim on borrower paying more due to lucrum cessans? I think it would at least be morally doubtful to charge for lucrum cessans when a better lucrum is had instead.
 
Damnum emergens is losing something, not just missing something.
 
I need to pay a transport for my fresh wine a year from now, to a market where I can sell it. The money from this years sale I lend to someone else, but he is three months late, and as the wine was weak (as is the case with some wines not stored for long, like Beaujoulais or Heurigen) and I got no transport, half was not sold in time and a third of that turned into vinegar of a cheaper quality than the wine. So, through negligence of borrower I end up with less worth of wine or wine sales, and vinegar which is worth less. Does he owe me for the three months?
 
Not for the time as such, but for damnum emergens.
 
Annexed question: if instead of producing vinegar I get a second fermentation leading to invention of Champagne, I am perhaps not entitled to damage for loss?
 
Hans-Georg Lundahl
Bibl. Heure Joyeuse, Paris
(St Sévérin)
18 - VI - 2011
 
PS, I am personally not lending money to someone, only considering what in case of loans the thomistic terms lucrum cessans and damnum emergens actually mean.

jeudi 16 juin 2011

Avec distributisme, point de besoin de malthusianisme

Je venais de quitter le groupe "Réflexion sur la décroissance" avec une note d'à Dieu:

Comme je suis pour la décroissance per capita de certaines consommables, par exemple électricité, je suis contre le genre de décroissantistes qui prétendent que le globe de la terre soit trop peuplé. D'où le fait que je me sens vastement obfusqué par le lien donné par ...


À quoi on répond:

Encore faut-il argumenter.


(En oubli du fait qu'ayant quitté le groupe je ne pouvais plus argumenter là-dessus) Et on répond encore, je donne mes réponses interfoliées entre les parties de la réponse:

J'ai aussi cette impression terrible d'oppression dans la foule, les embouteillages, devant les images de populations déplacées. C'est une sensation d'étouffement.


Dans la campagne il n'y a pas tellement des foules. En travaillant près de chez soi on ne souffre pas des embouteillages. Aussi en Inde, c'est en visitant Calcota ou Delhi qu'on trouve ce sentiment, la campagne donne toute une autre ambiance.

Mais qui devrait disparaitre ?


Plutôt quoi: les tracteurs et les voitures. Ou bonne partie. En rélocalisant la population de la campagne, en laissant les tracteurs prendre la place de chevaux et d'hommes, on a fait dépendre une plus grande partie de la population des travaux moins vitaux et plus dépendants des conjonctures et donc souvent moins proches du domicile. En faisant chemin inverse il y aurait plus de travail sur la campagne, moins des embouteillages quottidiennnes - et moins de cette sensation d'étouffement. Si les politiciens ont pu faire l'un, ils pourront faire l'autre.

Toutes les solutions qui ne viennent pas des gens eux mêmes sentent le fascisme.


Un peu de grammaire: imposer une baisse de natalité ne s'appelle pas fascisme. C'est malthusianisme que ça s'appelle. C'est une chose dégueulasse dans certaines dictatures qui étaient aussi fascistes - ou au moins une, le régime nazi. C'est une chose toute aussi dégueulasse dans une démocratie parlementaire. Par exemple par Planned Parenthood aux États-Unis ou Planning Familiale en France. Rappelons que Hitler admirait Margaret Sanger, fondatrice de Planned Parenthood. Rappelons aussi que Dollfuss, que certains ont qualifié de fasciste, n'avait rien en commun avec ça et qu'il détestait Hitler pour des choses comme ça.

Et il y a eu des fascismes temporairement ou en permanence sans ce malthusianisme, qui n'étaient donc pas si dégueulasses ou pas dégueulasses du tout.

Le distributisme a deux côtés: côté campagne, question de répeupler, côté ville, question d'empêcher les grandes entreprises de bouffer les petits et par là mettre encore d'avantage de gens hors travail ou en travail d'importance inférieure et dépendant des conjonctures. Le commun est de maintenir la propriété distribuée en des entreprises des petites tailles quand c'est possible, et de ne pas baisser les prix d'une branche après l'autre jusqu'à ce que tous aient moins de salaires.

Hans-Georg Lundahl
Mairie du III, Paris
16 - VI - 2011

mardi 14 juin 2011

Error at Fatima?

The Lady forecasted a worse war than World War One during the reign of Pius XI if Russia was not consecrated to her and that God would send it to punish the world (Is this the Third Secret? page 5). The Second World War did not happen during the reign of Pius XI but Pius XII.


The worse war that started under Pius XI was of Communism against Christianity. World War Two was a kind of pause or distraction in it. First main battles were Communist régime of Mexico provoking Cristero rising and executing capitulating insurrectionists, then the War in Spain. 1938, Hitler crushing Catholic Austria was part of that war too.

After WW-2, except in US, victors were as often as not attacking Catholic Church. There are more things to be said. Here is the site I am answering:

http://www.miraclesceptic.com/fatimafraud.html

BBL, I suppose./HGL

samedi 11 juin 2011

Species of Vision in Fatima

Ratzinger, under John Paul II:

In this field, theological anthropology distinguishes three forms of perception or “vision”: vision with the senses, and hence exterior bodily perception, interior perception, and spiritual vision (visio sensibilis - imaginativa - intellectualis). It is clear that in the visions of Lourdes, Fatima and other places it is not a question of normal exterior perception of the senses: the images and forms which are seen are not located spatially, as is the case for example with a tree or a house. This is perfectly obvious, for instance, as regards the vision of hell (described in the first part of the Fatima “secret”) or even the vision described in the third part of the “secret”. But the same can be very easily shown with regard to other visions, especially since not everybody present saw them, but only the “visionaries”. It is also clear that it is not a matter of a “vision” in the mind, without images, as occurs at the higher levels of mysticism. Therefore we are dealing with the middle category, interior perception. For the visionary, this perception certainly has the force of a presence, equivalent for that person to an external manifestation to the senses.


Source (you will have to scroll down):

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_20000626_message-fatima_en.html

My take is that in Fatima and Lourdes it was exterior vision. And that children were chosen because they were too young to have been told that such is the main deception of the devil, and too innocent to be diabolic. When a parson of Lourdes asked for a Rose miracle, it was also by exterior vision that he saw the roses.

I also exclude purely intellectual vision, because there are too many physical or such-seeming details.

I exclude inner vision, because neither is it easily mistaken for sensible vision, nor are children usually prone to such confusion. Not unless they have high fever or yet a few minutes before they rub their eyes in the morning.

It is true that inner vision is not always verbally distinguished from sensible vision by the one reporting, nevertheless, it is obvious that a few questions can clarify the thing. Also, both in Fatima and in La Salette, there were more than one seer, which is one reason to exclude inner vision: such is not shared identically between several persons.

However, resolving for sensible vision, I meet a few pseudocriteria used by Ratzinger under influence, I doubt not, of some academic fad to which he was exposed under John Paul II (one reason to oppose a canonisation of that man, unless it can be shown he tried to abdicate from papacy the last month when he had no voice: if he knew what papacy meant he had no business to allow that kind of fads to fester in the Church he was supposed to be Pope of).

- "the images and forms which are seen are not located spatially, as is the case for example with a tree or a house"

Did the cardinal mean the Lady in White looked transparent? Inner visions are a dear plaything to young children, and I know that either one closes one's eyes or the spacially not located vision is transparent and shows the things "behind it" as perfectly visible and not hidden.

- But the same can be very easily shown with regard to other visions, especially since not everybody present saw them, but only the “visionaries”.

Confer St Thomas Aquinas:

I answer that, As stated in the foregoing Article, the prophetic revelation takes place in four ways: namely, by the infusion of an intelligible light, by the infusion of intelligible species, by impression or coordination of pictures in the imagination, and by the outward presentation of sensible images. Now it is evident that there is no abstraction from the senses, when something is presented to the prophet's mind by means of sensible species--whether these be divinely formed for this special purpose, as the bush shown to Moses (Exodus 3:2), and the writing shown to Daniel (Daniel 5)--or whether they be produced by other causes; yet so that they are ordained by Divine providence to be prophetically significant of something, as, for instance, the Church was signified by the ark of Noah.


All examples given in same article of prophecy granted in other ways than by "outward presentation of sensible species" were about prophets who were alone in prophecy.

Source:

http://newadvent.org/summa/3173.htm#article3

In article 8 of III:76, the vision "on part of the beholders" (rather than the beheld) is distinguished by either ONE man alone seeing the extraordinary vision of the Most Holy Eucharist but others seeing something else, bread, or, again, ONE man in ONE hour seeing the extraordinary vision and the next hour seeing bread.

Now, in Fatima and Lourdes, it was not any case of Our Lady looking to others as something else and only to seers as Our Lady. It was a case of Our Lady looking as Our Lady to the seers and not being seen by anyone else. Which is different. Also, in Fatima and La Salette, Our Lady appeared to more than one seer. Therefore it was not a case of a merely subjective vision, but there was an object to be seen.

Why? Because, I think, believing both visions or all three of them to be genuine, that Our Lady chose a method adapted to countering the scepticism.

We live in an age when inner visions - such as Tolkien certainly used for making his work, although it was not a case of receiving a prophetic message but of writing art - are looked down upon so clearly as untruths, even if not, even if he never mistook them for exterior reality and even if they show symbolic truth. We also live in an age when widespread reading and storytelling has made inner visions easier to achieve than to avoid for many. Therefore the medium of the prophecy was:

- poor children with not too much imagination
- exterior visions, in two cases shared by more than one seer.

As I have been put to some kind of rebuke for "false prophecy", I say that this I do not say as a prophet, but simply as a reader of St Thomas Aquinas, who is a good theoologian.* And one read about the apparitions of Fatima and Lourdes.*

Sorry, the man known as Pope had, before the conclave, some lacunae in theology. He loved too much a pseudo-discipline he called "theological anthropology". See first sentence of quote above. Even if it started out as innocent, it had degenerated into a pseudo-discipline in Ratzinger's hands.

Hans-Georg Lundahl
Georges Pompidou Library
of Paris,
Pentecost Eve of 2011

*Theologian. And as one read about. Errors and the numbers in post-ID may be due to some curse or excommunication.

vendredi 10 juin 2011

Fwd: "Airticle 5 : Nane sall be pit tae torture or thole cruel, inhuman or bemeanin haunlin or punishment."


 
Nice to know the word thole is not just Nordic, but Scots too.
 
Having one's affability - as in taste for not pushing people away when they want to talk to you - abused as a way of "documenting" one is either a drunkard or a faggot (I was invited to coffee by one I knew to be so this morning, and I nearly had a coffee by a leering man day before yesterday), just so that Bernard Delanoë ("aperte homophylophilus") can get away with continuing to recommend me to his cronies for their "solidarity", and also abused so as to be kept more often in company with men older than myself than girls younger than myself, and THAT so that Swedish psychiatrists can get away with saying I suffered from suppressed homosexuality, self-hate and suicidal pulsions back when they ruined my life back in 1998, seems to me a bit like "cruel, inhuman AND bemeanin haunlin". Unless they think of it as "punishment" - for not obeying their evil councils earlier in my life.
 
The sad thing is that St Nicolas de Chardonnet treats me after their counsils rather than after my words. As if it were the duty of a celibate man to prove he is not homosexual before allowing him to marry and be heterosexual. As if it were the duty of a man who has been hurt by psychiatry to be hurt even more rather than to hurt the professional reputation of psychiatry. As if it were the duty of a Christian to forgive all homosexuals and freemasons and at the same time shun them in order to go to confession as an ex-faggot repenting even if never a faggot and an ex-mason repenting even if never a mason. Especially as if it were the duty of a Christian observed by psychiatrists to pardon each wrong psychiatry did as individual mistakes of fallible men doing their best rather than the oppression, psedo-medicine, pseudo-jurisdiction, pseudo-penitentiary system it is.
 
Oh by the way, this gets to my blog also.
 
Charlène, je sais que tu parles l'anglais. Lucie, j'espère que tu parle l'anglais et que tu ais compris le dit. Rose, tu parles français aussi: vous les trois pourriez faire quelque chose pour me faciliter la vie. Surtout une de vous. Désolé de ne pas me montrer très amoureux, mais la surbouffe et sous-sommeil et les irritations sociales me difficilitent d'être à la hauteur de ... Svallerup ... le pélé l'année dernière (j'ai le pied blessé cet année) ... ou ce matin là devant Gare de Lyon.
 
Les autres: non, ces trois filles n'ont rien fait qui entame leur honneur, mais elles ont su que je les tiens en affection.
 
Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Buffon/Paris V
10 - VI - 2011

mercredi 8 juin 2011

Where did Saint Basil the Great say or Write that?


http://orthodoxmonk.blogspot.com/2008/12/jus-ad-bellum.html


http://orthodoxwiki.org/Just_war#Canon_13_of_St._Basil



"Our Fathers did not consider the killings committed in the course of wars to be classifiable as murders at all, on the score, it seems to me, of allowing a pardon to men fighting in defense of sobriety and piety. Perhaps, though, it might be advisable to refuse them communion for three years, on the ground that they are not clean-handed."

I have tried in vain to find anything outside that article of Orthodox Wiki in which the Canons of Saint Basil are enumerated with statement what they were and what they regulate canonically.


I have found a site called "Canons of St Basil" shut down, thus not consultable. I have also found a site arguing for Women Priests from three different "canons" (enumerated as such) of St Basil, enumerating also the letters of St Basil in which they are found.


Normally setting canons is for apostolic authority. Of course, he held apostolic authority over Neo-Caesarea, but not over the entire Church. Moreover, as a bishop he ruled after published canons, but there is no indication he published any canons in person. I did find canons of Neocaesarea, Ancyra, and of course, Nice or Nicea, the council that condemned Arius and issued a few canons on other matters two. None of the three councils has a nr 13 stating the above.


I already took a distance from what Orthodox I know now back in 2009, because there were plans to canonise as a saint a Paul Ballaster who had falsified either text or occasion when he found a text he took for the real one, but which is falsified, a text from St Robert Bellarmine.


http://o-x.fr/xet is where I dealt with this matter, after an other post referring to one in which I had heard about St Robert Bellarmine getting misquoted.


There the falsification served - by or to this Paul Ballaster - the purpose of demonising Papism by attributing to its great promoter and saint a word that is Papolatrous. And which in fact he did not write, he wrote something else with a very clear difference of grammatic mood in one verb. Where Paul Ballaster gave in his misquote from Bellarmine "... the Church is obliged ...", St Robert actually wrote "... the Church would be obliged ..." - Paul Ballaster accused the Catholic Church for changing its Christian and Apostolic doctrine on good and evil on Papal whims, and produced a misquote from St Robert Bellarmine as proof whereas the real text of St Robert Bellarmine means that since the Church does not change its doctrine, Popes do not have the power to err in such matters on all occasions, but only on such where they do not oblige the whole Church (or even try to). The same text also says that the Pope is no priest of Apollo or soothsayer. Erring about an individual case is well within the Popes capacities of human sinning.


Now, there is another attempt of referring to texts without a primary concern for truth in or at least about these texts. Here the quote above, which I googled, could not be gotten from any site dedicated to St Basil of Caesarea. I have not read through all of his letters, of which NewAdvent Site gives one numbered 366, where some people at least go to find his "canons" - notably, as said above, a site arguing from deaconnesses in the quotes to female priesthood in the thing, as if all ordinations to whatever were always parts of sacrament of orders, as if a deaconness could never have been something like porter or exorcist (neither of which is part of holy orders, both of which need a kind of dispensation before getting married, and of course the example of St Genevieve seems consistent with women sometimes serving as exorcists, at least on women who could not be touched by men according to Pagan standards of modesty). So I do not even know if the quote above is genuine or fake. But I do know that as it stands it does not constitute a canon stipulating 3 years public penance on people who killed in battle.


- First, the only context in which St Basil established any canons that I know of are those of the Basilian monks.

- Second, any councils where he may have participated and* which issued canons, Ancyra, Neo-Caesarea, Nicea, all have a totally other canon 13.

- Third, it is not worded as a canon, but as an advice:



Our Fathers did not consider the killings committed in the course of wars to be classifiable as murders at all, on the score, it seems to me, of allowing a pardon to men fighting in defense of sobriety and piety.


This is not in itself a canon, but a preambulum, whether it be to a canon or something else. It is to something else, to a personal speculation of advisability of introducing such a canon:



Perhaps, though, it might be advisable to refuse them communion for three years, on the ground that they are not clean-handed.


Obviously this advice was spoken or written with some hesitation ("perhaps") and it was never adopted as a canon obliging laymen in any way whatsoever, as far as I know. Pacifistic and feministic appeals to Patristics tend to some fraudulency. And since Orthodox - as they call themselves - refuse to take distance from that fraud, I as a Catholic Christian have to take distance from them.


By the way, I do hope Benedict XVI does not canonise John Paul II. On St Robert Bellarmine's principles it seems more of an occasion of seeing they were not Popes than for changing my take on what a Pope should do.


Hans-Georg Lundahl

Bibliothèque Mouffetard,

en Paris V

8 - VI - AD 2001


* Chronology rules this out. He was born after these councils in 330.

lundi 6 juin 2011

Danmark - Santiago 2004

Lien vers le premier message:

http://premierequintedupel.blogspot.com/2011/02/15-vii-2004.html

På svenska och danska (om annat):

http://danskantimodernism.blogspot.com

Bibblorna i Paris - utom Pompidou:

http://o-x.fr/m9zd

hvilket är en förkortad länk i o m att http://o-x.fr förkortar länkar.

St Norbert of Xanten and day of the Swedish flag.

The founder of the order of Premonstratensians (a k a White Canons or after him as Norbertines) left this earthly life on a June 6th. That was in the year 1134. So today we celebrate St Norbert. Although he was a German, he founded Prémontré in France, near Laon: it was dissolved by the French Revolution. Denmark including Scania, presently in South of Sweden, had some Norbertine monasteries, Væ being a place from which I have ancestors.

In the 19th C. a Swedish National Romantic wanted to celebrate something like a national day for Sweden: Norway, under Swedish crown already celebrated May 17th due to the constitution that Jean-Baptiste Bernadotte, as King of Norway known as Karl Johann had to sign. The Swedish constitution of 1809 (written by people having deposed the lawful King after his loss against Russia of the Finnish War in which he was hampered from showing his competence) was written a June 6th, and Gustavus Wasa was elected King in 1523 also on a June 6th. This was till recently called Day of the Swedish flag, now Swedish national day.

When Gustavus Wasa was elected, he was in schism with the Pope, but not yet a Lutheran heretic. He must well have known it was the day of St Norbert, since he was raised a Catholic. It is even possible the document was dated "Helige Norberts Dag" rather than "Siette Junius", though this is more than I know. But he introduced the Lutheran heresy four years later. Also a day of St Norbert, Queen Christina abdicated the Swedish crown to convert offically to Catholicism. She too, being decided to become a Catholic, must have known, or at least been told later, it was under the patronage of St Norbert that she did this brave act.

Thanks to Defendente Genolini for noting this in his brief essay on St Norbert today. The abdication, exile and conversion were in 1654.

Hans-Georg Lundahl
Bibl. publ. d'Info.
Beaubourg/Paris
June 6th YooL 2011

samedi 4 juin 2011

Homophobie, c'est quoi?

On pourrait imaginer que "l'homophobie" soit utilisé comme mot pour un vrai problème. Quand on taxe quelqu'un de bactériophobe, on ne veut pas dire qu'il soit normal de chérir Yersinia Pestis, Streptococcus ou des choses pareils. Personne ne le fait. Un bactériophobe n'est donc pas quelqu'un qui refuse d'aimer les bactéries, mais quelqu'un qui redoute un Yersinia Pestis où il n'y a qu'un streptocoque ou un streptocoque où il n'y a strictement rien à craindre.
 
Il y a des milieus où dans ce sens là, pour quelqu'un qui n'aime pas la sodomie ni les désirs sodomitiques, une certaine "homophobie" devient difficile à éviter. Là où beaucoup des hommes se côtoient ou encore ou les hommes et les garçons se côtoient. Être "homophobe" là n'est plus anormal que d'être bactériophobe dans un hôpital. Question d'éviter des tragédies évitables. Quand les gens d'un tel milieu appliquent leur astuces pour répérer des "sodomites en herbe" (astuces qui servent normalement à éliminer des dangers inutiles de ces milieux) en dehors de ces cas là, il peuvent quand même être blessants envers par exemple des hommes hétérosexuels élévés avec d'autres limites qu'eux-mêmes quand il s'agit de ne pas se montrer efféminés.
 
Malheureusement il y a aussi un autre sens du mot "homophobie" - de ne pas être pour la sodomie ou pour la liberté pleinement accepté d'être sodomite. On se prend le slogan "oser être soi-même", mais il y a quand même plus de gens qui sont eux-même en se montrant dégoûtés par un propos sodomitique qu'il n'y a qui se montreraient flattés de propos comme ça.
 
Hans-Georg Lundahl
Bibl. Mouffetard/Paris V
4 juin 2011

mercredi 1 juin 2011

íslenzkur eldfjallir drottna

Excuse my Icelandic, but would it not have been gorgeous to have a flight ban due to an Icelandic Volcano the morning of September 11 a few years ago?
 
Hence "Icelandic Volcanoes Rule" translated a bit too literally (probably) and a bit too incorrect (as probably) in the title.
 
Also, there might have been a specific kind of warning involved. I just saw a video reasoning about the Apocalypse. And making a parallel to the plagues of Egypt.
 
Hans-Georg Lundahl
BpI, Georges Pompidou/Paris
1 - VI - 2011