jeudi 31 mai 2012

2004, année tristement folle en France comme en Espagne

En Espagne on passa la pseudo-législation autorisant le mariage gay. Rappelons, je ne suis pas pour le mariage gay. Je suis pour que des gays puissent se repentir y compris en se mariant. Et ma position n'est pas due à une affection excessive envers eux, plutôt à un respect peut-être excessif envers mon pays: la discrimination à cause d'orientation y étant interdite, je suis soucieux de montrer que la loi canonique et celle qui était la loi aussi-bien en Espagne avant, n'est pas une discrimination contre les homosexuels comme personnes à cause de leur orientation. En Espagne pourtant on a pris le temps de vilifier la loi matrimoniale, de la falsifier, et ça au temps que j'étais en train de faire mon pélérinage vers St Jacques.

Et France, a-t-elle été libre de folies alors?

Non, Didier van Cauwelaert sortait un livre, blasphème dans l'intention ou non, mais certainement basé sur l'hypothèse que des scientifiques puissent réussir un grand sacrilège: cloner le Christ. En plus, que le clone serait tellement stupide que des choses comme ceci:

Mais en 2014, le nouveau (et gay) président des États-Unis voulant épouser son amant catholique, décide de faire un cadeau au Vatican. Quoi de mieux qu'un messie ? Coup de chance, on retrouve alors le clone disparu. Le héros malgré lui se prend alors au rôle qu'on lui a choisi et l'assume aux dépens de ceux qui croyaient le manipuler.


C'est blasphème d'imaginer qu'un clone du Christ, si par impossible ça existerait, serait tellement stupide qu'il était prèt à un tel - blasphème.

Qu'on soit clone du Christ, qu'on soit reputé descendre de lui, que des crack-pots ésotériques prétextent quelque autre chose pour faire croire à quelqu'un qu'il serait le Messie: la réponse demeure, non, on ne l'est pas, même pas avec les faits allégués. Le Messie est déjà venu.

En plus, si quelqu'un serait suffisemment mal renseigné sur ses origines proches pour croire l'histoire du clonage, d'où viendra le savoir que les cellules du clonage venaient de Jésus sur le Saint Sindone? Ou suffisemment curieux de ses origines lointaines pour croire l'histoire de Holy Blood, Holy Grail - pourquoi croire une quelconque société sécrète qui prétexte avoir existé en secret depuis des millénaires pour protéger une famille, en encore, d'où viendra le soupçon que l'Église Catholique aurait voulu supprimer cette famille?

Ensuite, le charactère Jimmy - selon le livre clone du Christ! - aurait la stupidité de croire l'évangile fictice puisque:

Mais pour le reste, ce qui me frappe, c'est les contradictions. Ils n'arrêtent pas de faire dire à Jésus tout et son contraire. Tu seras fidèle à ta femme, tu aimeras tes enfants : plaque ta famille et suis-moi. Tu honoreras tes père et mère : envoie-les bouler comme j'ai fait avec Marie et Joseph qui voulaient me scotcher à la maison ; mes vrais parents sont les inconnus qui m'écoutent. (Pages 143-144)


Un clone de Jésus serait moins intelligent que Chesterton? Il savait bien que les paradoxes ne sont pas toujours des contradictions. Perdre sa vie pour Jésus n'est pas la perdre c'est gagner: mais cette perte radicale n'est pas pour tous le monde. Et il y a pour les autres un devoir d'être fidèles. Même pour ceux qui veulent se perdre pour le Christ, il y a le devoir à la fidélité à un mariage déjà contracté et consommé, un homme et une femme pouvant se dire mutuellement de se séparer pour aller chacun dans un monastère, mais ni l'un ni l'autre pouvant le faire sans le consentiment de l'autre.

Je serais peut-être moins charitable, si Didier van Cauwelaert ne se serait pas rendu mon ennemi en ciblant mes cheveux et ma barbe comme signes de vouloir être pris pour le Christ, puisque sur une certaine page Jimmy se coupe les cheveux et la barbe pour se débarasser - heureusement, dernière signe d'inteligence quand même - . Pourtant, on peut avoir mil raisons plus honorables: royauté ou pauvreté (Jésus et St Jean Bapiste ont de cheveux et barbes longues pour ces deux raisons opposées) ou un voeu ou quelque chose pareil de ne pas se couper les cheveux ni la barbe avant de ... bon, dans le cas de Rodrigo dit El Cid Campeador, avant de prendre revanche. On connait un cas comme ça dans la BD Astérix et Cléopâtre aussi. L'ayant lu j'ai eu la prudence de ne pas faire un voeu, pourtant j'aurais mieux fait de tenir mon propos comme un voeu, car ainsi les longueurs auraient déjà dépassé l'iconographie de Notre Seigneur. Entre temps, je suis pauvre, ce n'est pas volontairement, et si on m'offre un coupe de cheveux, il prendra quelques mois avant que ça repousse et ceux qui m'ont offert peuvent encore recommencer une campagne de me prendre pour un personnage comme Jimmy.

Personne ne croirait de toute façon que Didier van Cauwelaert aurait voulu me nuire? Bon, j'étais connu dans des cercles restreints mais qui dépassaient le familiale et le local ou national. Et j'avais des cheveux longs. Et une barbe. Et encore des ennemis, parmi des psychiatres et leurs amis, avides à noircir ma réputation de santé mentale, car je m'étais défendu contre une prise en charge psychiatrique et je sortais du prison en 2000. Et j'étais tellement connu pour des prises de position qu'on pouvait qualifier de catholique extrémiste, que le milieu dont mes ennemis ont pu vouloir m'exclure est celui de par exemple St Nicolas du Chardonnet. Aussi pour me manipuler comme pion symbolique, contre ce que je croyais et ce que je crois. Mars 2004 je quitte la Suède. Même année je fais le pélérinage à St Jacques, je pars de Svallerup (déjà au Danemark) avec ce qui reste de mon salaire, je me retrouve à la frontière d'Allemagne déjà sans le sous, en plus je continue jusqu'à Saint Jacques. Pour des esprits qui ne connaissent rien de la pauvreté, qui prennent la vie sans salaire ni fortune déjà faite pour automatiquement une pure galère, mon exploit prend des airs, hélas, du miraculeux.

Mes prises de position ont en plus été en certaine contrarité avec celles de modernisation de l'Église Catholique au XX S. déjà sous Pie XII: le code canon de 1917 semble dit-on autoriser la prise d'interêt sur prêts d'argent en presque chaque cas disputé (notons: les monts de piété n'étaient pas des banques et l'interêt y servait pour payer les frais d'administration d'employés qui vivaient sobrement, sans une quelconque volonté de faire "lucre" ou profit sur l'activité essentiellement dirigé vers les pauvres, par exemple pour leur permettre de monter une petite entreprise ou de payer une dépense dans une situation d'embarras imprévu pour ne pas la perdre, les contractus trinus ont été condamnés par un pape), et il autorisait en plus la méthode Ogino utilisé en but d'éviter "encore un enfant" en des situations que je crois qu'on ne dois pas l'éviter, si on veut avoir sexe conjugal). Après Vatican II on commence en dehors du clergé non mariable pour le voeu de chasteté même parmi laïcs donc, d'appliquer ce qu'était avant la pastorale prévue pour moines ou clercs défroqués pour sodomie: j'ai dit qu'en tel cas (je n'avais même pas envisagé le cas des clercs comme modèle pour la nouvelle pastorale) un homme gay peut se marier, pourvu biensûr que ça soit avec une femme, une lesbienne peut se marier pourvu que ça soit avec un homme.

Il y a eu des gens qui m'ont pris pour le héro de van Cauwelaert, au moins qui me pitoyaient pour ça. Il y a peut-être des gens qui ont voulu ME faire dire tout et son vrai contraire, en espérant qu'à partir de ça j'irais à approuver Communisme (qui effectivement aussi interdit la prise d'interêts mais qui abolit la propriété privée), "mariage" des gays entre eux, des lesbiennes entre elles, ou encore, même sans logique apparente pour des esprits très acoustiques et superficiels, la capote. Bien, si je ne crois même pas licite de choisir les jours infertiles pour éviter d'éduquer un enfant sur un sol de terre dans une cabane de bois, ou une roulotte de tsigan, ou de mendier avec ses enfants alors je n'approuve certainement pas non plus d'utiliser la capote pour éviter ça.

Je donne une liste de mes écrits pour prouver que ceci n'est pas une prise de position récente ou évoluée, mais permanente. Dans les commentaires, pour y pouvoir ajouter.

Oh, encore une chose: on a voulu me pas seulement couper du traditionnalisme catholique (que certains comptent comme un extrémisme, il est listé dans un livre sur ce phénomène) mais aussi coller au traditionnalisme intégral: qui prétend unir toutes les religions dans une seule tradition supraconfessionnelle.

Je crois effectivement, avec Gilbert Keith Chesterton et avec Clive Staples Lewis, que les Traditions parmi les religions peuvent se comparer et donner comme résultat une philosophia perennis, mais je suis également convaincu avec eux que cette philosophia perennis n'est nullement une position sur un no-man's-land entre diverses traditions, mais que la lacune, la vraie et bonne position, est remplie par Jésus-Christ et par l'église historique qu'Il a fondé sur les Apôtres et dont Il a donné les clefs à St Pierre (Matth. 16:19) et contre laquelle les portes de l'enfer ne prévaleront point.

Hans-Georg Lundahl
BU-UPJV, Beauvais
31-V-2012

lundi 14 mai 2012

Monsieur le Président

Mes condoléances d'être élu à un pays dans un tel état, et de l'être sur des promesses si mauvaises que certaines des vôtres.

Si j'avais été français, j'aurais voté Sarkozy le sécond tour, par défaut de mieux, et si j'avais été à Paris hier, j'avais été avec la droite nationale. C'est bien moi qui leur ai fait l'offerte d'utiliser Marche Bellovaque (une marche composé quand 'étais à Beauvais l'année passée) pour une partie de la musique pour leur manifestation. Voir les commentaires sur le blog d'Alain Escada.*

Néanmoins, vous êtes élu, vous êtes le président, vous êtes donc le chef des préfets de police, celui de Beauvais comme celui de Paris. Quel qu'était votre motif ou si vous étiez conscient ou pas, quand vous n'étiez que candidat ou avant, de soutenir ou ignorer les intrigues contre moi sous Sarkozy, vous avez déjà gagné cette élection.

On a prétendu que je me pose comme prophète ou Messie. Non. On a prétendu que je veule me poser en exemple contre l'avidité par une vie franciscaine. Non. On a prétendu que je sois tellement inconscient que ce serait me faire injure de ne pas intriguer avec ou sans la psychiatrie contre mes libertés, contre l'usage que je fais de mes libertés, à la fois naturelles et constitutionnelles. Non. On a prétendu que je manque virilité ou que je sois homosexuel. Non, je suis simplement encore puceau - et les intrigues auxquelles je fais allusion n'ont pas arrangé ma situation. On a prétendu que je sois autodestructif. Non. On a prétendu que j'eusse besoin des modèles masculins pour me structurer - comme si j'en avais pas déjà eu et des meilleurs que ceux qui s'offrent. Ou du travail physique, comme si c'était le travail intellectuel qui me fatiguait. Non, les privations de sommeil me fatiguent. On a prétendu que je ne comprenne pas les lois encadrant la propriété intellectuelle. Si. On a prétendu que je n'ai pas fait les démarches qui donneraient aux autres le droit d'exploiter commercialement mes œuvres. Si.** On a prétendu que je ne sois pas capable d'avoir composé ce que j'ai composé sans risquer un plagiat au moins inconscient. Si, et un plagiat inconscient est même exclu par mon faible en dictat musical - un faible par lequel on avait précisemment prétendu "prouver" que je n'étais pas capable d'avoir composé mes compositions. Car à divers réprises on a voulu prouver ce faible en dictat musical que j'aurais admis sans hésiter si seulement on avait demandé au lieu de prendre une occasion que j'étais surfatigué et une composition que je n'avais pas rhytmé - à la ville même d'Avignon - pour prouver qu'on pouvait jouer n'importe quoi et je le prendrait pour ma composition. On a donc cru prouver que je ne pouvais pas être le compositeur que je suis, tout en prouvant que je suis vraiement incapable de ce plagiat inconscient qu'on craint de certains quartiers. Sans s'en rendre compte.

Comment je sais ça? Suis-je clairvoyant? Non. Mais quand un préjugé adverse se prolonge envers quelqu'un ça devient de plus en plus palpable quelen est le contenu et d'où ça vient. Et les marques sont bien réels.

Avant-hier j'étais en train d'écrire sur mon troisième quattuor pour cordes. J'allais scanner les partitions sur un ordinateur de la bibliothèque de Beauvais, mais je sais que je dois aller - si je récupère ou refais les partitions! - sur un autre espace internet. Ma meilleure possibilité m'avait été ôté par quelque forme de vacances de l'animateur. Je me trouvais à côté du camping, où j'avais si souvent gratté la générosité des étrangers l'année passée (chose qui arrangeait mal le gérant du camping, qui est d'une école orientale quand à son honneur, une école précisant qu'un indigent peut à la limite gratter sa propre générosité, mais pas celle de son clientèle). Je me couchais - un pair des pantalons en train d'aérer, un slip en train de sécher, les partitions et les autres papiers à côté de mes choses de couture, mes cuillers en plastique, mon champoin dans un sac à côté de moi. Avec une pancarte utilisée pour la manche - ou je ne précisait pas mon cas, mais offrais de la lecture sur internet.***

Avant cinq heures je me réveille. Je regarde vers les pantalons. Pas là. Je regarde vers le sac. Pas là. Je dépense une bonne heure de fouiller les endroits, à la fin même le camping et simplement de me fâcher avant de me rendormir. Je me réveille en temps de parler avec un Allemand qui me donne un thé, une bouteille d'eau et quelques barres de céréales pour petit-déj. On se parle, je lui explique le cas et que j'allais porter plainte. "Na dann, gute Klage" - "bonne plainte". Je me rendors encore une fois, il est allé. Le gérant du camping y vient, me fait des signes que c'est interdit d'y aller prendre de l'eau, qu'il m'a sous les yeux, il parle longuement avec un homme du Gar qui m'avait salué la veille. Il parle un peu moins longuement avec un couple anglais qui, la veille, m'avait donné un bon repas. Je demande à l'homme de Gar de vérifier la présence du sac et des pantalons la veille et leur absence le matin devant le commissariat. Il n'avait pas fait attention. Je note qu'il est aussi d'origine "orientale" ou maghrébine. Je demande aux Anglais - ils ne vont pas en centre-ville. L'Allemand était déjà parti et en plus il ne m'avait pas vu la veille. Quand je pars, je vois le centre d'hébergément qui avait été ouvert là à côté du camping. Un peu commode pour ceux qui auraient voulu me priver d'excuse de gratter les générosités des touristes.

Je vais au commissariat. Le policier trouve une excuse pour ne pas prendre ma plainte. Je vais me reposer - j'ai quand même du sommeil à récupérer! - et viennent deux assistantes sociales me parler. On précise que les dortoirs c'est pour ceux qui restent longtemps, chambres individuelles, c'est uniquement l'hôtel, et uniquement pour ceux qui ne restent pas très longtemps. Je leur demande la permission de me reposer. "Non, c'est un endroit privé" - je commence à me lever, elles me demandent si je ne veux pas qu'on m'aide. Mais l'aide que j'avais demandé - la permission de rester dans le soleil sur le gazon - m'avait déjà été refusée. Comme la plainte chez la police aussi, avant. L'aide qu'elles m'offraient ne m'interessait pas à discuter avec elles ce moment là, de toute façon. Ça semblait les déranger, comme si elles avaient affaire avec un fou autodestructif. Plus tard le soir, la nourriture qu'on m'offre n'a rien de très salé, c'est chocolat en Prince de LU et en Petit Écolier. Et j'avais fait des portes.

Je ne pense pas que l'impression qu'on me fait un blocage soit purement subjectif. Si la psychiatrie si est melée, c'est pour des choses comme ça que j'ai du quitter la Suède. La situation me parait comparable à celle de Sysslebäck les derniers mois que j'étais là.

Vous avez peut-être le pouvoir d'adresser un mot aux préfectures? Vous avez peut-être aussi un interêt de vous montrer honnête sur le plan administratif, vu que vous ne l'êtes pas sur le plan législatif présumable? Voilà, il y a une chance là.

Hans-Georg Lundahl
BU UP-JV, Beauvais
14 Mai 2012

*Le Blog d'Alain Escada, Jean de Viguérie rejoint le comité de l'hommage à Sainte Jehanne d'Arc - commentaires.
alainescada.hautetfort.com/archive/2010/03/16/jean-de-viguerie-rejoint-le-comite-de-parrainage-de-l-hommag.html#c


**Pour Musique:
What's the deal? C'est quoi ce truc?
hglundahlsmusik.blogspot.fr/2008/11/whats-deal-cest-quoi-ce-truc.html


Pour textes:
Conditions d'utilisations ultérieures
hglundahlsblog.blogspot.fr/2008/03/de-retour.html#conditions


et:
A little note on further use conditions
hglundahlsblog.blogspot.fr/2008/03/de-retour.html#furtherusenote


Dans les deux cas il s'agit d'un droit libre d'exploitation, limité en adaptation, ouvert pour recompensation monétaire à l'auteur, en occurrence moi.

***Le texte:

filolohika.
blogspot.com


Autre papier important: un texte de 72 pp. écrits à main (en fait demi-pages, arrangées pour devenir pages par photocopiage d'un livre artisanal) contre les arguments que certains pasteurs protestants m'avaient offert avec le café demandé contre le Catholicisme. Et deux chablons pas encore utilisées pour tagguer l'adresse abrégé d'un message sur Utøya ("Confusions idéologiques" - il n'était pas du tout Fondamentaliste Chrétien):

Utøya?
o-x.fr
/g10v


Nouveau lien abrégé:

http://tiny.cc/mw56yw

mercredi 9 mai 2012

Qu'est-ce que tu ferais si tu découvrais qqc contre Jésus ou l'Église Catholique?

La question qu'on m'a posée est légèrement différente: "tu n'écrirais rien contre Jésus" - effectivement, non. Je soupçonne que derrière il y avait quelque réflections sur l'honnêteté intellectuelle, supposé par certains être nulle chez les apologètes. D'où ma propre réformulation de la question.

Voici ma réponse:

Si vous demandriez à un mathématicien ce qu'il écrirait s'il découvrait que 2+2 font 5 plutôt que 4, alors vous auriez une réponse pareille: je suis persuadé que le cas ne se produira jamais. Après c'est à vous de me mettre à l'épreuve en me posant des problèmes - pour ma qualité d'apologète ou celle de mathématicien. Dans les deux cas amateur.*

Mais impliquer qu'on soit malhonnête ou aveuglé parce qu'on n'écrira jamais quelque chose contre ce qu'on prend avec conviction comme vérité, c'est de la mauvaise logique.

Hans-Georg Lundahl
Beavais/BUP
9-V-2012

*Je ne prétend donc ni d'être théologicien ni être mathématicien accrédité à partir de mes études: celles-là mènent plutôt vers des réflections sur les textes du moyen age (ce qui est parfois en rapport avec la mathématique ou l'apologétique chrétienne et catholique).

jeudi 3 mai 2012

Quelqu'un qui me trouve ésotérique, ou quoi?

Je viens de vivre des années assez mauvais avec la paroisse St Nicolas du Chardonnet, et on peut donc se demander comment mauvais? Serais-je pour la mixité? Pour le mariage gay? Pour Assisi I, II, III?

Non, à la limite pour un respect des Musulman qui sont déjà sur place, tant qu'ils y restent paisiblement et sans y ajouter des concessions tactiquement dangéreuses comme d'avantage et d'avantage des mosquées, pour le mariage restant ouvert aux ex-sodomites et aux ex-lesbiennes, ou encore pour la levée des excommunications de 1053/1054.

Mais pour certains c'est déjà trop proche à un prônement de l'islamisme. Bien, je crois qu'ils comprennent pas très bien la nature de l'islamisme, alors. Les Arabes ne sont pas mal futées en tactique, et parfois le barbu dont la femme porte niqab sert comme muleta de serge rouge tandis que l'estocade se prépare un peu ailleurs. En plus, se mêler trop des vies d'une autre culture et religion des résidant parmi nous les rend plus prônes à quelque forme de résistance.

Pour certains le fait d'avoir été sodomite même en dehors du clergé devrait pour toujours exclure de tout espoir du mariage (précisons que le cas n'est pas le mien: si j'ai risqué d'être sodomisé par deux imprudences quand à l'hospitalité, j'ai trop horreur des vices contre la nature pour y avoir consenti).

Et pour certains considérer les Orthodoxes comme une forme de Catholiques revient au même que de considérer le Protestantisme tout court comme églises chrétiennes et apostoliques. Malgré le fait que le Syllabus Errorum (issu avant le Concile du Vatican, 1869-70) ne les nomme pas comme Protestants.

Mais il semble que des prêtres veulent faire le tour et refaire le même tour des accusations malsaines de mes erreurs supposément diaboliques et ésotériques.

Être contre la psychiâtrie revient à prôner des médecines douces et donc l'homéopathie, non?

Non.

Si ma mère a révérée les données de phytothérapie mélangées dans les manuels homéopathiques, si elle a révérée les consignes de diètes, comme par exemple betteraves contre le cancer ou éviter certains aliments contre calcul rénal, elle a eu un sain mépris pour la théorie des thérapies par effets semblables aux symptomes des maladies et ça aux "doses homéopathiques". Je n'ai rien à contredire cette brillante étudiante en médecine.

Encore, ce n'est ni la psychothérapie de Jung, ni la psychoanalyse de Freud ou Dolto, ni la hypnothérapie et encore ni la dianétique que je mettrais en place des thérapies de neuroleptiques ou antidépresseurs (ou encore électrochocs) que je rejette. C'est l'abstention des diagnoses frauduleuses qui réinterprêtent problèmes sociaux en problèmes psychologiques, par exemple à travers un syndrome de Ben Gunn pris pour hallucinations schizophrènes, pour que les réseaux par qui on souffre socialement jusqu'à développer un syndrome de Ben Gunn ne se trouvent pas mis en cause par les enquêtes policières ou judiciaires. C'est encore une honnêteté quand au fait que "raison humaine normale" n'égale pas "positions prises par la raison humaine organisée en sciences", donc on ne "souffre" pas "de délires" parce qu'on a une cosmologie ou anthropologie non-descartienne.

Le prix que les policiers ont fait payer à un homme le nouvel an 2011* est assez lourd. Ceci ne relève pas de flicophobie, c'est juste un fait que des policiers ont eu un jugement porté sur la dangérosité d'un "fou" qui excède probablement tout ce qu'on peut imaginer de dangérosité réelle.

Mais on est quand même ésotérique si on rejette la théorie de l'évolution, non? Ou si on rejette "toute l'évidence" pour que la terre bouge autour d'elle-même ou autour du soleil, non?

Encore, non.

Les ésotériques sont strictement pour un univers avec plusieurs systèmes solaires, car ils sont pour l'explication de certaines histoires par voyages interstellaires.

Ils sont strictement contre un univers moins de 10.000 ans de vieux car ils sont pour que l'Atlantide, Mu et Lémuria aient existé environs 30.000 - 10.000 ans avant nous.

Ils sont strictement contre la fixité des espèces, car ils considèrent l'homme comme ayant été génétiquement modifié par extraterrestres à partir d'un hominidé certes fort développé mais pas encore strictement humain. Et alors on se demande si les manipulateurs sont Nibiru ou autre chose, s'ils viennent de Véga ou d'Orion.

Donc, en assumant le rejet de Galilée (dans sa théorie de cosmographie, pas forcément dans ses autres qualités), en assumant une lecture litérale des six jours de la création, je ne me mets pas dans la compagnie des ésotériques, parce qu'en réalité je m'en distance.

Mais le fait que j'explique les mouvements planétaires et stellaires complexes, ceux que les héliocentriques expliquent par le point de vue d'une terre qui bouge, avec des anges qui guident les corps célestes - n'est ce pas ça une chose ésotérique?

Non, ça ne devient pas ésotérique après avoir été catholique parce que des Catholiques l'oublient, tout comme le Créationnisme ne devient pas protestant par ce que des Catholiques l'oublient.

Mais le fait de prôner des mariages contractés entre adolescents, n'est-ce pas ça une chose ésotérique, contre le bon sens qui reclame qu'on attende un age plus mûr?

Non, encore une fois.

Avant le XXe S. on ne trouvait pas tellement des gens qui parlaient de l'adolescence comme l'age ingrat. Pourquoi? Les uns parmi les adolescents pouvaient bien se marier assez tôt, les autres par contre (surtout en bourgeoisie masculine, état et sexe certes respectables mais qui ne font pas la loi pour tous les autres, ou qui ne devaient pas la faire pour eux) étaient assez souvent élevés hors un contact excessif pour les émotions avec l'autre sexe. Et les débordéments qu'il y avait et qu'il y a et qu'il y aura toujours prenaient la forme humaine d'un enfant fait hors le mariage - et assez souvent né dans le mariage, puisque à ce temps là on avait l'habitude d'assumer ses liaisons fertiles. Même si la mère, même si et la mère et le père étaient jeunes.

Par contre, c'est au contraire ésotérique, même ésotérique de Neuilly, de prétendre que les adolescents ne soient pas adultes pour le mariage. Ça vient d'un Gurdjieff**, ésotérique s'il y en a, et dont les os reposent à Neuilly sur Seine.

Donc, sur trois ou quatre comptes, on me taxe d'être plus ésotérique qu'un-même et on l'est d'avantage un-même que moi, dans le sens qu'on est d'avantage d'accord avec les ésotériques que moi. Sur un compte on me trouve plus d'accord avec les ésotériques qu'un-même, mais là on trouverait St Thomas d'Aquin ésotérique aussi. Et le grand pourfendeur des ésotériques de ce temps que fut l'évêque Étienne Tempier.***

Qui sauvera sa vie la perdra, qui perdra sa vie pour moi la sauvera. Ainsi dit Notre Seigneur à propos le choix entre injustice et mort. On peut viser autre chose que les organes vitaux quand on est policier et se défend contre un dangéreux. Quand je me suis moi-même défendu contre pas simplement un policier, mais un policier-en-train-de-me-mettre-en-HP ce qui pour moi est autre chose, bien moins légitime, je n'ai pas visé de tuer - et je ne l'ai pas tué.° Ce que je risquait n'était pas la mort. C'était la psychiâtrie. Si j'avais attendu, ces gens là auraient pu me démolir physiquement et moralement jusqu'à me rendre l'esclave sans espoir de m'échapper vis-à-vis ces gens là. Un policier a été blessé dans la jambe et il a tué celui qui avait tiré - lui aussi en défense contre la psychiâtrie. Bien, le "fou dangéreux" a eu la cohérence et décence de tirer sur la jambe, le policier a tiré de manière de tuer. Quand j'étais dans le militaire on m'a dit que d'abord il fallait tirer sur la jambe - sauf en cas d'attaque déjà avérée. Et avant de tirer sur la jambe tirer dans l'air à côté, si on avait du temps.

Le problème est que des gens qui croient avoir encore une culture supérieure (les siècles de la foi parlent de doctrine supérieure ou inférieure, la vraie et complête étant le sommet, c'est à dire le Christianisme, mais rarement de culture - sauf par rapport aux gens qui manquent l'agriculture: St Thomas est en désaccord avec les philosophes qui pensaient que nous descendons tous de ces gens là) perdent en cohérence par l'acceptation d'un tas des choses qui ne sont ni dans l'Évangile, ni dans Aristote ou Cicéron ou Vitruve ou Columella ou Hygin°°, par exemple d'un DSMH-IV plus épais que même des Bibles. Et ensuite on essaie de s'imposer avec ça aux gens qui ne sont peut être même des Catholiques bien orthodoxes.

Hans-Georg Lundahl
BpI/Beaubourg/Paris
Inventio SSmae Crucis
3-V-2012

* Temoin d'un faux miracle, abbattu par des policiers?
hglsfbwritings.blogspot.fr/2011/01/temoin-dun-faux-miracle-abbattu-par-des.html


**"In his [Father Borsh] conversations with me he often spoke about the question of sex. Concerning sexual desire, he once told me the following:

"'If a youth but once gratify this lust before reaching adulthood, then the same would happen to him as happened to the historical Esau, who for a single mess of pottage sold his birthright, that is, the welfare of his whole life; because if a youth yields to this temptation even once, he will lose for the rest of his life the possibility of being a man of real worth.

"'The gratification of lust before adulthood is like pouring alcohol into Mollavallian MADJAR.

'Just as from MADJAR into which even a single drop of alcohol has been poured only vinegar is obtained and never wine, so the gratification of lust before adulthood leads to a youth's becoming a monstrosity. But when the youth is grown up, then he can do whatever he likes; just as with MADJAR—-when it is already wine you can put as much alcohol in it as you like; not only will it not be spoiled but you can obtain whatever strength you please.'"--2nd Series, first tutor

medicine a branch of cooking (yahoo groups gurdjieff)
groups.yahoo.com/group/gurdjieff/message/1734


Par contre, Aristote disait à propos l'age adulte que chaque être vivant est parfait (adulte) en étant capable de produire "sibi simile" - un être semblable à soi-même. Et le droit romain comme canonique dit 14/12.

***Index in stephani tempier condempnationes
enfrancaissurantimodernism.blogspot.fr/2012/01/index-in-stephani-tempier.html


°What a Jewish Father!
triv7quadriv.blogspot.fr/2012/02/what-jewish-father.html


°°Il y a des choses en Aristote et Columella qu'on ne devrait pas accepter non plus, mais quand on ne peut même pas les invoquer pour ses ineptitudes, alors c'est grave.

mercredi 2 mai 2012

Une note en bas de page à l'Alerte de Cattenoz

tout d’abord la liberté d’un jeune est en devenir, il convient d’abord d’éduquer la liberté*


Quand à la liberté de choisir sa moitié pour la vie, c'est mal dit. Quand à la liberté de gerer une entreprise sur des bases commerciales et donc compliquées, c'est bien dit mais mal à propos quand à beaucoup de jeunes dont le futur ne dépendra pas de leur propre gestion d'une entreprise. Mais le mariage est une question de goût: est-ce qu'on aimerait vivre sa vie à côté de telle autre personne, oui ou non? Si la bonne réponse est oui, il n'est normalement pas prudent de faire non. Si la bonne réponse est non, il n'est normalement pas prudent de faire oui.

On est donc à la fois contre le mariage forcé et le mariage inhibé par force. Par contre, la gestion d'une entreprise dépend d'un tas de facteurs souvent imprévisibles pour les non-expériencés que sont les jeunes.

Donc, l'église a depuis des siècles et millénaires (car les Juifs préchrétiens et les Romains préchrétiens étaient essentiellement d'accord) accordé aux jeunes de se marier dès qu'ils sont pubères à moins qu'il y ait un autre impédiment, c'est à dire, il ne s'agit pas de l'age individuelle de puberté, qui varie entre 9 et 18 pour les deux sexes, mais l'age moyen, qui est de 14 pour les garçons et 12 pour les filles. Par contre, la gestion d'une entreprise n'est pas requise pour qu'un garçon puisse se marier, il peut bien commencer son mariage comme employé de quelqu'un d'autre ou, en cas exceptionnels, gerer une entreprise sous la surveillance de ses parents (par exemple pour artistes ou pour le service de pâtre les brebis ou les chèvres du village).

Dire que la liberté d'un jeune est une liberté en devenir qu'il convient d'abord à éduquer est trop reposer sur l'éducation et trop peu sur la nature individuelle typique (les deux bien distinctes de la grace sanctifiante, bien entendu!) ce qui fait injure à Dieu notre créateur et ce qui exaggère le poids du péché originel. Ensuite, en limitant socialement la liberté des jeunes, ça tend à atrophier leur liberté intérieure de les mettre sous un dictat "d'éducation d'abord" quand le temps de l'éducation (tout au moins de cette éducation qui est d'abord plutôt que dedans) est naturellement fini pour une matière, par exemple la sexualité.

Quoi est-ce qu'un évêque doit alors mettre tout d'abord contre un propos de contraception gratuite et anonyme? Que la contraception est un péché et à la fois un désastre pour la société, biensûr! Et ensuite que les jeunes parmi ceux - hélas la majorité même peut-être à la campagne - qui ne peuvent encore pas se marier ne doivent pas être mis dans une situation qui les pousse "à vivre une sexualité débridée" - Pape Pie XI avait par exemple nommé la coéducation des sexes parmi les fausses pistes dans les projets d'éducation publique, je crois que l'encyclique s'appelle Divini Illius Magistri. On peut ajouter les discos. On peut ajouter certaines livres même au curriculum. Et certains professeurs.

Je ne m'oppose nullement aux consignes de ne pas voter Hollande (ce qui n'est pas une consigne de voter Sarkozy, on peut espérer que d'autres le font ou qu'il y aura une restauration, mais ça c'est autre chose), mais je n'aime pas que Cattenoz se montre moderniste même au moment de rappeler un devoir qui en soi ne l'est pas. À part ça, l'Alerte de Cattenoz est assez lisible.

Hans-Georg Lundahl
Château-d'Eau
2-V-2012

*diocese-avignon.fr/spip/Alerte-Principes-non-negociables