Terre et Soleil - laquelle est stabile?

Cette page fait partie de la série création vs évolutionnisme, clicquer ici pour voir les autres

Il semble que la Terre tourne autour du Soleil, car Coluche l'a dit et il compte les 25% des Français comme ignorants qui pensaient le contraire.

Vingt-cinq pour cent des Français pensent que le Soleil tourne autour de la Terre: c'est la Terre qui tourne autour du Soleil. Il y a 25% des gens qui pensent le contraire! 25% des Français qui pensent que le Soleil tourne autour de la Terre et 45% quii pensent que Chirac ferait un bon président... Voilà! C'est l'ignorance qui est un désastre. C'est pas le Soleil.

Encore parce que Galilée a montré que les pendules de l'église ne changent pas de sens, et Foucault qu'un pendule en dehors l'église change le sens un 24e d'un cercle tandis que passe une heure.

Or si le sens du pendule demeure et on le voit changer, c'est la terre qui change le sens, ce que revient qu'à tourner. Donc, c'est la Terre qui tourne, semble-t-il.

Encore parce que beaucoup, d'autres choses s'expliquent bien si la Terre tourne de l'Ouest à l'Est comme les vents de passage ou les courants d'Océans les plus proches à l'Equateur (les autres font sens invers le plus proche des poles possible par réflux là où c'est le moins exposé à ce mouvement.

Et ensuite, les orbitus sont plus reguliers avec un Soleil comme prochain centre, et des planètes, et de la Terre, qu'avec le Soleil comme prochain centre des planètes et la Terre du Soleil.

Finalement, il y a la parallaxe annuelle et les masses des astres:

Si la Terre était fixe, dit-on, les étoiles seraient dans les mêmes angles toute l'année, mais il y a d'astres qui bougent plus et d'autres qui ne bougent que moins et d'autres pas du tout visiblement, dans le même sens et rhytme, mais angles beaucoup moindres que le Soleil entre les équinoxes.

Donc, dit-on, c'est la Terre qui bouge autour du Soleil, et les différences d'angle ou l'absence d'angle chez ces étoiles s'explique par leur différentes distances de la Terre et du Soleil. La vision que l'étoile bouge, quand c'est la Terre qui le fait, comme on dit, on appelle parallaxe, et ça est aussi le nom pour l'illusion d'un assis dans un train ferroviare qui regarde les maisons et les arbres comme choses qui bougent de plus en plus vite à sens inverse par le parcours du train.

Puis, dit-on, on peut calculer la distance à la Lune par triangulation des angles de deux bouts de le Terre, ou le même bout à deux endroits différents par rapport à la rotation diurne de la Terre autour d'elle-même, dont la grandeur est d'ailleurs connue, ensuite l'angle entre Terre et Soleil de la Lune par rapport à sa lumière directe sur la Terre et refléchie de la Lune, et donc trianguler la distance du Soleil, qui est plus grand à Noël et plus petite à la St Jean, et ainsi pour les autres planètes par rapport à la lumière du Soleil refléchie d'eux, et après, par les bougements annuels, parallactiques, des étoiles, par l'angle vue comme sur Terre pour deux endroits de l'étoile, mais interprétés comme celui sur l'étoile pour deux endroits de la Terre et les distances entre Terre et Soleil, on supplémente les trois angles (Terre [au solstice d']hiver - étoile calculé sur Terre [au solstice d']été et Terre été - étoile calcule sur Terre hiver et celui observé "à l'inverse" comme étoile hiver - étoile été) et "la distance" (Terre été - Soleil + Soleil - Terre hiver) pour calculer les autres distances.

Mais par là on se dit connaître aussi la différence pour les grandeurs des astres dessous les étoiles, car grandeur observé et distance permettent une triangulation des grandeurs réelles.

Et par là et les suites de distances, c à d les orbitus, dit-on que les lois de Newton permettent de calculer les masses, puisque les orbitus suivent les forces de gravitation, que Newton a déterminé comme directement proportionnelle aux masses, exercés par chaque chose à chaque autre chose, et inversement proportionnelle aux distances. Les orbitus avec le Soleil comme prochain centre (ou assez proche) de ces astres, et la Terre et les planètes comme périféries seraint explicables, mais pas les orbitus avec la Terre comme centre absolu (ou prochain) du Soliel et le Soleil comme centre des planètes. Donc ça serait la Terre qui bouge autour du Soleil, et pas l'inverse.

Mais au contraire, nous voyons le Terre fixe sous nos mouvements, et quelques instants nous voyons directement que le Soleil bouge, comme lever et coucher, autres fois elle bouge trop lentement, car pas en contraste avec d'objets, mais on le constate après une temps par la différence d'angle.

Aussi, quand le Soleil revient jours après jours, on note après un mois une différence d'angle du midi entre l'angle le plus bas avant Noël quand il est en opposition avec les Gémaux qui montent à l'est quand le Soleil déscend à l'Ouest, et l'angle le plus haut avant St Jean, quand la même opposition vaut pour le Sagittaire, je parle des constellations comme ils sont actuellement visibles. L'interprétation obvie est que le Soleil bouge avec le ciel des étoiles (qui sont obfusquées le jour) chaque jour et se décale par rapport à eux un circle par an.

J'explique qu'il faut savoir que certaines phénomènes peuvent être interprétés en sens inverse de l'obvie avec une explication supplémentaire, mais le sens directe reste plus économique et donc préférable avant les preuves du contraire.

Par jour ça s'applique comme: soit la Terre est fixe, comme nous la voyons, et le Soleil bouge comme nous le voyons de temps en temps; soit la Terre tourne autour d'elle-même et le Soleil est stable, au sens exactement invers que nous les voyons; soit quelque chose entre les deux, comme si le Soleil bouge autrement mais pas chaque jour et la Terre tourne, ou comme si la Terre tourne et le Soleil tourne aussi autour à l'autre sens, ou les deux au sens invers mais rallentis.

Et ça serait du point de vue optique possible aussi, comme un homme assis dans un train ou un bateau voit la Terre bouger avec les arbres et les montaignes et les bâtiments qu'on sait quand même immobiles. Cette immobilité connue, constaté millions de fois de près, constitue une preuve que ce qu'on voit par train ou bateau contient une illusion.

Avant de constater que la Terre doive bouger et donner cette illusion, il convient de prouver que ce n'est pas quelque autre chose qui bouge autour. Ce que Coluche ne fait pas, mais présuppose, ce que Foucault essayait de faire avec un pendule.

Mais, comme il y a une illusion non d'inversité mais d'approximation - chose qui peut être corrigé directement si des observations plus exactes deviennent possibles, comme avec la rondeur de la terre, un segment de globe ayant un radius très long est approximament un plateau, alors, l'observation de Galilée peut être juste approximative, et l'observation de Foucault lié au fait visuellement constaté que le Terre est entouré par un univers qui bouge autour dans tous les sens. Pour Robert Sungenis, catholique et géocentrique et apologète - mon collègue, quasiment - ce serait un effet de la gravitation, si j'ai bien compri. Enfin ça expliquerait très bien aussi les vents de passage et les courants d'Océan.

Pour l'année ça se trouve que soit la Terre bouge autour du zodiaque, autour du Soleil, comme dit plus haut par Coluche, soit le Soleil bouge autour de la Terre. L'argument de la régularité des orbitus marche mal, vue que les orbitus des planètes devient moins reguliers déjà si le Soleil bouge autour d'autre chose beaucoup plus éloigné, comme un vortex de galaxie. Si les astronomes acceptent ça, pourquoi pas accepter que le Soleil bouge autour de la Terre et que les orbitus des planètes sont - non pas irréguliers, mais - compliqués par ça?

Resterait l'arguments de triangulation et parallaxes, avec masses.

J'accepte que la distance de la Lune, puis du Soleil, puis des autres planètes peuvent être calculables, si la précision est suffisamment grande.

Par contre la triangulation des étoiles et une preuve dé l'héliocentrisme en soi par la parallaxe se contredisent. Car si tous les étoiles bougeaient en même ou supplémentaires angles par an, on aurait une preuve, et qu'elles forment une couche quasiment sphérique autour ou audessus des astres, et que la Terre bouge en cette sphère, donc autour du Soleil, et, par triangulation, une mésure calculé de la distance des étoiles.

Mais en effet juste 10.000 étoiles ont un angle dit "de parallaxe" mésurable par les technologies de 1980 (j'ai les fait d'un livre astronomique de cet an), quitte aux technologies d'avoir mésuré des angles "parallactiques" encore plus petits après, et c'est une minorité inconsidérable des étoiles connues: et le plus grand angle, celui de "proxima Centauri" n'est pas plus grande que 0.76 secondes d'un ° du cercle. Divisez le cercle par 360°, le° en 60' (minutes) et la' en 60" (secondes), et multipliez l'angle par 0.76. L'angle qui reste est très loin du cercle que fait le Soleil autour de la Terre (ou possiblement inverse) mais plutôt deux lignes qui se croisent au centre de la Terre et qui traverent son superficie à une distance moins de 30 mètres - entre les deux solstices. Donc, un baton qui reste debout - angle droit au sol plat - à un endroit et un autre qui reste debout - angle droit au sol plat - 30 mètres à côté.

Il y a aussi 100 ou 200 étoiles qui font un autre parcours, non "parallactique" (comme si elle l'était), mais reconnu par les astronomes eux-mêmes comme "propre" (comme si le "parallactique ne l'était pas) supérieure à 1" jusqu'à 10" - une angle les lignes qui se croisent aux centre de la Terre et qui sont debout à une distance de 310 mètres.

Donc, reste possible en optique et géométrie, et que les "parallaxes annuelles" sont mouvements propres, et qu'elles le sont d'étoiles plus loin ou plus proches que calculés par "triangulation parallactique" - ce que n'invalide pas les triangulations des astres audessous des étoiles fixes.

Mais la calculation des masses au sein des astres au-dessous des étoiles n'est valable que si les gravitations, vitesses préexistantes, et masses sont les seuls facteurs qui bougent les astres.

Et l'impossibilité pour les étoiles de parcourir vitesses plus grandes que celle de la lumière n'est valable que si celle-ci est vraiment la plus grande vitesse possible.

Or: comme Chrétiens, on compte que Dieu peut tout, et comme dans la culture chrétienne on devrait au moins tenir compte de la possibilité que le jour et la nuit sont des miracles continués. En plus, une chose - merci Robert Sungenis, je pense m'en souvenir! - fait que peut-être cette vitesse ne soit pas du tout la plus grande: la gravité agirait sur les photons, alors la gravité agit à une vitesse plus grande.

Aussi St Denis l'Aréopagite avait inspiré une tradition selon laquelle les sphères soient mus par les neuf chœurs des anges.

Donc, et les astres, et les étoiles peuvent-elles être mues par des forces spirituelles dotés de volonté et dessin et esthétique artistique, et pas nécessairement mues par uniquement ou principalement des forces aveugles de gravitation et vitesse préalable.

Donc, retour à Coluche:

75% des Français pensent qu'on soit ignorant si on ignore la moitié donné en haut de tout ça, les arguments pour les positions héliocentriques, mais ne se considèrent pas ignorants eux-mêmes en ignorant les reponses pro-géocentriques données dans cette deuxième moitié.

Ce n'est pas chaque ignorance qui est un désastre, mais l'ignorance de sa propre ignorance, voilà ce qu'est un désastre, avec le mépris des autres comme ignorants.

Hans-Georg Lundahl