lundi 9 mars 2009

Ayant lu Le temps de Franco, récit par Michel de Castillo ...

(To English readers, on previous post I said it was time for me to shut up ... what a joke! but I did not fully know it then)

... je constate:

1 Non, je ne m'étais pas trompé, si la mère de Benito Mussolini était enseignante, Mme Pilar Bahamondo de Franco était bénévole dans le même secteur.

Par contre, les plus zélés pour l'école en Espagne franquiste, c'étaient l'église. Et l'état les laissait faire. En 36 les analphabètes étaient 75 %, à la mort du Caudillo 5%.

2 Michel del Castillo pense que le choix était entre deux totalitarismes. Il nie que Franco avait- qqc comme camps de mort. Au bilan il oblie ce qu'il raconte ailleurs, que Muñoz et les tchécas de Madrid avaient, seuls en Espagne, avant la guerre de 39 - 45, commis les horreurs des sacas, de Carcel Modelo, de Paracuellos. Les horreurs ont cessé brèvement quand un anarchiste était chef du prison et recommencé parce que les communistes s'étaient plaint à Azaña qui les remit en poste. Différence majeure: l'échelle. Mais ...

As the Holy Father has said, every act of injust violence against one man hurts all mankind.

(Mgr Williamson, when apologising.)

3 Les soulèvements anticoloniales commençaient avec Abd-el-Krim, qui reçut armements d'Allemagne. La vrai raison (non avouée) pourquoi les israélis, après 45, ont colonisé les Arabes de Palestine?

Pourtant, Charles X avouait une dette à tel homme qui avait une dette au Dey d'Alger et refusait de payer directement au Dey, préférant payer la somme exacte au concerné avant qu'il paye au Dey. Quand celui-ci repondut en giflant l'ambassadeur du roi, ça fut le debut de la guerre et de la colonisation d'Algérie.

4 Franquistes et israélis ont eu mal a comprendre que la guerre était finie. 1963 Franco a executé un criminel de la guerre d'Espagne, envoyé au pays par le parti communiste. Et Mossad a enlevé des criminels de la guerre de 39 - 45, qui avaient eu refuge en d'autres pays, longtemps après. En plus, il y a bon nombre de juifs qui font un peu l'amalgame entre franquistes (pourtant bienfaiteurs des schéfarades qui ont obtenu passeport espagnol et des juifs croisant la frontière des Pyrénées, aussi aschkénazes) et nazis, comme de l'autre côté il y a eu franquistes qui font l'amalgame entre communistes (les malfaiteurs sous le franc-maçon Muñoz) et d'autres gauchistes, tels les étudiants en proteste.

3 commentaires:

Hans Lundahl a dit…

Ajoutons qu'il y a eu des atrocités de la coté franquiste pendant la guerre, notemment:
- massacre de Badajoz, sous Yagüe
- régime de Queipo de Llano
- Guernica, était un fait de Göring

Franco avait bien raison de contrebalancer ça par la delivraison de Moscardó et par une lecture attentive des dossiers des condamnations à mort.

Melchior Rodriguez, anarchiste, a brèvement dirigé le Cárcel Modelo d'une façon plutôt humaine. Il fut déposé par la plainte des communistes. Après la libération des opprimés par la gauche, ceux-ci ont temoigné en faveur de Melchior Rodriguez, qui n'a choppé qu'une peine assez légère pour collaboration avec les rouges.

Hans-Georg Lundahl a dit…

Être de la bonne côté veut parfois mais non pas toujours dire avoir des camarades toujours honnêtes. Comme Yagüe, Queipo de Llano pour Franco ne l'étaient pas.

Contre Templiers, FM, Communistes, Nazis, désinfo:

1 Gleb Yakunin 2 Question pertinente ... 3 Caté erronné de professeur Spéculoos 4 pie xii face aux nazis (livre) 5 Ayant lu Le temps de Franco, récit par Michel de Castillo... 6 Politique internet de la Cité des Métiers 7 Enki Bilal sur Ulster: bévue ou mauvaise foi? 8 Promo, deux liens 9 À propos Djihade par persuasion ... 10 Libération de Paris 1944 ... et après? 11 Le Schindler Orthodoxe Japonais Chiune (lien, cliquez)... 12 Georges Pompidou, 5 octobre 2009 13 Quelques observations en France à Paris 14 Credo ... in remissionem peccatorum (English & Français)... 15 On discute quoi entre policiers et enseignants? 16 L'Église s'acharne, jusqu'à canonisation...

Hans-Georg Lundahl a dit…

Quant à Franco comme Caudillo, voir aussi La position de Bernanos (bis). La paix pour le clergé était bonne, d'autres choses ne l'étaient peut-être moins.