vendredi 7 mai 2010

Bachelot, psychiatrie, Juifs, "les dangéreux" ...

à lire, interview recueilli par Éric Favereau: Libération, mercredi le 5/V/2010, p. 9

Roselyne Bachelot dit (entre autres choses):

Ce projet traduit la recherche d'un bon équilibre et permet un renforcement global des droits des personnes.


Quel projet:

C'est une loi importante car elle remplace la notion d'hospitalisation par celle des soins, ouvrant la possibilité d'une prise en charge, soit en hospitalisation, soit en soins ambulatoires, selon l'avis médical. Et de ce fait elle donne un cadre aux soins ambulatoires sans consentement. Ce qui était souhaité par un grand nombre d'acteurs.


Lesquels? Elle ne précise pas.

D'abord: il y a des gens qui seraient mieux sans hospitalisation, ça c'est sûr et certain, mais ils seraient encore mieux sans les soins psychiatriques. En plus, le milieu "hors psychiatrie" deviendrait alors moins bienfaisant du fait que lui aussi sera pour les patients de la psychiatrie une zone de non-droit.

Je précise: la folie existe, mais elle ne touche, selon mes observations, qu'une dixième des patients là où j'ai été hospitalisé moi-même. Je ne veux pas du tout dire que tous les autres se considèrent en pleine santé psychique, ni qu'ils le soient, mais la falie est quand même rare. Même parmi les hospitalisés d'office. Pourquoi est-ce qu'ils acceptent alors les diagnoses? J'ai écrit là-dessus dans l'article, auparavant publié sur Facebook, Le Syndrome de Stockholm.

Il y a donc plein de gens - neuf sur dix juste parmi les actuellement hospitalisés - qui ne sont pas fous, qui ressentent pleinement ce qui se passe autour d'eux, et qui acceptent des diagnoses bidons, telle "schizophrénie" pour des troubles d'humeur mal catégorisés par un corps quasi-médical, et qui sont, pour la plupart, trop effrayés par leurs soignants et docteurs, surtout par les pouvoirs de soins sans consentement (ces soins ne sont pas confortables, je le vous assure, même dix ans après les faits) pour dire clairement "non, je suis bel et bien dans la réalité, c'est vous qui êtes dans un rêve, dans un cauchemar, même réveillés" - car s'ils le disent, on risque de leur repondre avec argumenta baculina.

Hypocritiquement, devant les autres concernés, surtout la fameuse "tiers part" qui avait demandé les soins, l'hospitalisation, on prétend que le patient se sente "tellement mieux, on peut l'observer" - tandis que le résultat est plutôt observables en termes de fatigue et de manque de volonté ou de déterminaison. Sauf pour les dépressifs, mais comme les fous, il s'agit d'une minorité parmi les pris-en-charge.

Dangereux, on peut l'être sans être fou, et sans avoir besoin de quels que soient les soins. Un homme trop brisé devient dangéreux pour ceux qu'il culpabilise ou, à défaut, s'il est lâche, pour leurs chouchous.

Les guerres arrivent. Les meurtres aussi. Parfois une blocade contre quelqu'un ou l'autre état n'est que le debut d'une guerre, item les soins peuvent être le debut d'un lent meurtre. Parfois l'autre partie retorque en belligérant, et parfois il retorque en meurtrier.

On parle des drames - et Libération en écrit - qui seraient prétendument dus aux manque de soins, voici les "trois drames en trois ans" évoqués par Libération:

  • "En 2008, un étudiant est poignardé à Grenoble par un homme ayant fugué d'un hôpital."

    Apparemment c'est après ce drame que se prononce Sarkozy: Qu'il faudra

    "améliorer la surveillance des patients susceptibles de représenter un danger pour autrui."


    Attendons-nous sur ce cas, voici Le Monde. Il avait commis trois poignardages, et on l'avait déclaré irresponsable, hormis peines?

    En 1989, il avait poignardé dans le ventre un clochard à Grenoble, en 1995 un autre passant dans la ville après s'être échappé de l'hôpital, puis en 2006 un résident d'une maison de retraite de Miribel-les-Echelles (Isère), a précisé la même source.


    Biensur, avant qu'il ne soit sorti, la dangérosité avait été reperé comme moindre, et les surveillances à faire comme moindre par un équipe psychiatrique.

  • "Le 2 avril dernier, un voyageur est projeté contre un RER à Paris par un schizophrène."

    Ou diagnostiqué tel. Si la victime était parmi les docteurs, les soignants, ou les gens ayant initié les soins, je trouve pas que l'acte soit un "acte de malade", ce qui n'empêche pas que c'est un meurtre. En plus commi le Vendredi Saint.

    Mais, l'enquête n'avait rien montré de tel, faut-il ajouter.

  • "Le 27 avril, un SDF malade poignarde un chauffeur de taxi à Clichy-la-Garenne."


Les deux étaient d'origine Arabe.

"Je vais tuer quelqu'un, alors je pourrais vivre comme les autres" selon cette nouvelle.

Le motif me paraît pas un acte de folie, mais de désespoir devant précisement la psychiatrie doublé de mauvaise information. S'il y a eu des rumeurs - et beaucoup des Arabes aiment repandre les rumeurs - que je sois - moi, le SDF suédois en France - un meurtrier fou, et que la pourriture du système de justice (les Arabes Musulmans, parfois ils exaggèrent la pourriture de l'Occident) m'aurait fait priorité parce que j'étais un meurtrier, alors il a cru pouvoir faire "même chose" tandis que ce n'est pas du tout la même chose.

  • A) Je n'ai pas tué.
  • B) J'ai par contre tiré, ayant l'intention de blesser le ventre pour m'emparer du pistolet sur lequel on luttait (celui du policier) et de prendre lui-même ou un autre comme ôtage.
  • C) La provocation était très précisement une mise en hospitalisation d'office.


Vu que les Arabes, il y en a en Suède aussi, la nouvelle a pu se repandre jusqu'ici.

Ajoutons que j'ai eu un premier procès qui m'acquittait pour "défense putative" et un deuxième qui me condamna à "trois ans et demi, ferme" dont j'ai fait les deux tiers, et encore, j'ai été sous surveillance, et cela pour "tentative d'homicide non prémédité".

J'opte pour la considération que le mal que font les soins au corps comme à la morale et la réputation de quelqu'un et le manque de comportement qui pourrait vraiment être considéré comme dangéreux, vu aussi ce que j'avais pu constater sur les autres, j'étais l'objet d'une injustice systématique, et non pas juste d'un erreur, et je me trouvais devant un pouvoir non légitime, contre lequel j'avais le droit de me défendre.

Ajoutons, que le docteur qui me mettait en HPO était affublé d'une physionomie assez Ashkénase. Ajoutons, également, qu'il y a eu un juif, un beau-père, qui avait mis ma mère en HPT. Ce qua'avait gâché sa vie, et la mienne avec.

Ajoutons, que juste l'autre jour je lis dans les nouvelles qu'un juif en kippa a été agressé parce que l'aggresseur avait été mis en HP par un médecin juif.

Retournons à Bachelot:

"Le malade psychiatrique n'est pas systématiquement dangéreux en soi. Néanmoins, certains peuvent l'être, envers les autres ou contre eux-mêmes."


On m'avait prétendu "dangéreux contre moi-même". Si on regarde la communauté juive, elle est beaucoup plus touchée que les chrétiens croyants du suicide. Le suicide de Massada n'était pas une possibilité pour des défenseurs chrétiens. Donc, ça peut devenir une obsession pour eux. Et ils peuvent croire faire bien en "soignant les dangéreux contre eux-mêmes" ou encore "cotre les autres" là où il n'y a pas dangérosité contre un-même, là où la dangérosité contre les autres n'est qu'une fonction du tort reçu en forme de "soins sans consentiment". Ils peuvent croire faire bien, néanmoins ils font là-dessus, trop souvent, le mal. Ils ont commencé de le recolter, ils peuvent encore peut-être éviter de recolter trop d'avantage. Comme les autorités civils, fonctionnaires dans ce jeu, comme les prêtres, qui conseillent aux victimes de la psychiatrie de s'y soumettre, d'accepter qu'ils soient trop malades pour vivre sans ces "soins" et que les psychiatres soient là pour leur bien.

Les dérives sécuritaires, rendent la société plus dangéreuse, car plus tendue.

Hans-Georg Lundahl
7/V/2010, St Stanislas
Bibliothèque Mouffetard
Paris V

Aucun commentaire: