vendredi 16 juillet 2010

J. H. Cardinal Newman donna l'impulse à Everlasting Man par GKC

L'Idée d'une Université:

Le premier et deuxième chapître nous donnent le panorama: de l'une côté une civilisation unique ou commune ayant 3000 ans d'age avec les racines Egypte, Syrie (Palestine et Liban jusqu'à la frontière de Perse avec Iraq actuels), Grèce, Italie (Rome, Etrurie, Magna Graecia ...), Afrique du Nord, France et Espagne. De l'autre côté des petits ou fragmentaires civilisations qui concernent beacoup moins d'espace ou de temps. Il ne nie pas que Sarrassins et Turcs, Hindous ou Chinois ont et Peruviens et Azteques avaient une civilisation avec beaucoup d'instruction, mais ils auraient besoin de se voir comme un seul pour pouvoir égaler la civilisation commune, ils ne le sont pas. S'ils se mettraient ensemble contre la civilisation commune ils pourraient arriver à la battre en morceaux mais pas à la remplacer, car ils sont tout aussi différentes entre elles que de la commune. Item pour le Christianisme, quoiqu'il ne coincide pas avec la Civilisation commune en tout lieu ou tout temps.

De là l'idée de Gilbert Keith Chesterton, Everlasting Man. Première partie dit qu'à différence des singes et de l'age de pierre nous avons des vraies racines culturelles affirmés par documents écrits dans la civilisation méditerrénéenne, dans la Romanité. Deuxième donne un plaidoyer pour l'unicité du Christianisme.

Je ne peux que me mettre pleinement d'accord. Avec les deux.

Par contre, là où je trouverais d'amis d'accord avec ces deux auteurs catholiques déjà connus et avec moi, on se méfie de moi à cause de magouilles dont l'origine pourrait être un esprit étroitement bourgeois anti-routard - j'ai en effet fait de route - ou encore la maçonnerie. Et, entre les deux, la technocracie.

Car, je viens de faire l'observation, forte embarassant pour certains esprits, que la civilisation commune, que la chrétienneté, avait une technologie qui ne dépendait nullement de l'edf ni de gdf. Aussi que la doctrine chrétienne contre l'avortement et contre les péchés contre la naturelle procréation (on dit contre "la nature", puisque ce mot veut à l'origine dire procréation-naissance-allaitage-croissance), ne dépend nullement du maintien des sources actuelles d'énergie: car ce n'est ni l'électricité, ni le gaz qui fait pousser les plantes ou qui fait croître les animaux que nous mangeons. Je viens de faire l'observation, à l'occasion d'une coupure d'électricité, que non, on peut s'éclairer aux bougies, se chauffer et cuire la nourriture aux fours de bois, les allumer aux allummettes ou à ce qu'on appelle Tinderbox en anglais (l'article manque en français encore, mais le mot est briquet à amadou ou briquet à silex en acier).

Il y a des gens qui veulent prétendre qu'il me faudrait perdre la foi ou l'innocence pour être intéressant pour eux. Je ne le trouve pas. Si les certitudes chrétiennes ont fait Newman et Chesterton, pourquoi pas un modeste héritier de elur pensé? Il y a également des gens à ma paroisse qui prétendent qu'il me faudrait une grande formation culturelle supplémentaire pour être intéressant. Je ne le crois pas non plus, en plus ces gens collaborent (sciemment?) avec les autres. Pour un écrivain qui n'est pas orateur, l'élocution soignée n'est pas le summum bonum, pour quelqu'un qui se tourne vers le peuple commun, manquer en élévation du style n'est pas le pire qui peut arriver. Comme, dans les compositions, pour un compositeur qui ne prétend pas exécuter ses morceaux, la connaissance d'un instrument est d'importance sécondaire, pourvu qu'il sache les harmonies et intervalles et la distinction entre consonance et dissonance, pourvu qu'il sait faire le contrepoint et connaît les formes et les limitations connaturelles de chaque instrument.

Contrastons Newman et Chesterton avec deux autres: Oscar Wilde et Jacques Brel.

Le premier comme on sait était bisexuel, c'est à dire il a ruiné son mariage il est séparé de sa femme et de ses enfants par l'histoire malheureuse avec un homme plus jeune, dont le père était un homme coustaud et querelleur. Il était aussi probablement franc-maçon, car il fut enséveli avec la branche d'acacia.

Aussi franc-maçons étaient beaucoup des gens qu'il persiflageait dans la personne d'Arthur Savile dans le roman Dorian Gray's portrait. Peut on soupçonner que sa chute fut occasionnée par magie maçonnique, vu qu'il s'était laissé initier?

Et Jacques Brel devint célèbre au même temps qu'il déchut de sa foi ou au moins de sa pratique catholique.

Là, Oscar Wilde faisait un peu la démarche inverse, quoique bloqué par la maçonnerie et par sa faiblesse. Il reçut les sacrements juste avant de mourir.

De toute manière, croire dans la sainteté de la vie et de la procréation d'enfants dans le mariage comme but de la sexualité, et faire ce que je peux pour y arriver, ne m'empêche pas de penser correctement sur des thèmes interessants comme le monde avant et par extension après notre grande consommation de l'électricité, et je ne crois pas que les thèmes soient sans interêt pour un public chrétien non plus. Mais ceux qui le suggèrent voudraient bien le prétendre sous le prétexte qu'on soit, et pas juste par rapport à l'internet ou , handicapé sans l'électricité. Ou sous le prétexte que depuis la vague verte un monde moins électrique se trouve investi comme apanage par des mouvences pas très chrétiennes et traditionnelles, les chrétiens seraient pas mûrs pour des pensées tellement radicales. Mais quelles sornettes! La civilisation qu'on appelle chrétienneté n'est pas basé sur l'électricité. Ni sa musique traditionnelle sur le CD ou la guitarre électrique.

Hans-Georg Lundahl
Paris III, la mairie
16/VII/2010

3 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Voir aussi Deux définitions sur wiki

Hans-Georg Lundahl a dit…

et Feu d'artifices ...

Hans-Georg Lundahl a dit…

The Everlasting Man = L'Homme éternel de Chesterton contribua à la conversion de C. S. Lewis au christianisme. Dans une lettre du 31 décembre à Rhonda Bodle, il écrit : "La meilleure (et de loin) défense populaire du christianisme que je connaisse est L'Homme éternel de G. K. Chesterton".

Cité d'après La Porte Latine Université d'été, promo de G. K. Chesterton.