jeudi 25 février 2010

Ces musulmans et ces féministes en Suède (mon pays)








La coupure de DirectMatin, du 25/II/2010
Tout d'abord, Almhult ou Älmhult?
Ensuite, le musulman chercheur d'emploi, a-t-il commis un faux pas?
Mais, avait-il un vrai choix?
Lena Andersson avoue indirectement de quoi il s'agit
Bon, ce ne sont pas juste les musulmans qui se voient recommendés de faire preuve de pragmatisme ...
... et ce n'est pas qu'eux qui sont accusés de mépriser les femmes.


Cliquez pour agrandir et lire:





En haut de la page

Tout d'abord, Almhult ou Älmhult?

Si l'on veut adapter Älmhult - en Smålandie - en lettres françaises, il vaut mieux écrire "Aelmhult (en Smaalandie)" que de choisir juste de couper les trémas ou annelets. "Angstrom" et "smorgasbord" et "Swanson" pour "Ångström" et "smörgåsbord" et "Swänsson"* est ce que Statten Island faisait avec les noms des immigrés suédois. Avec tout respect pour les EEUU, adapter les diacritiques en les éliminant n'est pas toujours une bonne solution. Ou peut-être il y a eu des Czechs qui ont eu horreur de voir leurs noms réépélés en polonais**, qui ont imposé ça, mais pour les suédois, on n'a pas toute cette rivalité avec Danemark qui empêcherait de réécrire "å" en "aa" ou avec Allemagne qui empêcherait de réécrire "ä, ö" en "ae, oe" (ce que font les Allemands quand ils manquent "ä, ö" sur les touches). Sur Wikipedia, Almhult ne donne pas d'autres résultats que d'envoyer à Älmhult (Aelmhult, alors).

Précisons que Smålandie est au Nord de la Scanie, moins peuplé, fait partie de la Suède depuis les débuts du christianisme, et non pas au Danemark, et que cette region est plus religieuse que Malmö ville très athée. Ça explique à la fois une certaine visée pas très cosmopolite chez les assistants sociaux et pas très cosmopolite chez les employeurs, et peut être en parti aussi, la visée pas très féministe chez les juges.

En haut de la page

Ensuite, le musulman chercheur d'emploi, a-t-il commis un faux pas?

Oui. En Suède, comme dans les autres pays chrétiens d'Occident, un homme n'est pas obligé d'éviter de regarder les yeux d'une femme par pudeur, le faire serait plutôt vu comme une admission indirecte d'avoir des sentiments qu'on n'ose pas avouer à celle-là. Si cette conception lui paraît étrange, il pourrait faire pire que de demander un ticket à son pays d'origine, ou, si c'est trop risqué, un autre pays Musulman, plus calme, moins risqué. Mais ça n'était pas la vraie question en litige, la question est s'il avait du faire autre chose pour garder l'allocation.

En haut de la page

Mais, avait-il un vrai choix?

Il était là. Il avait un loyer à payer. En Suède la rue est plus difficile qu'ici, la température à Paris est comme à Copenhague en Mai 2004, ce que correspond bien à Malmö (Malmoe) et ça c'est moins rude qu'Älmhult; mais en plus les musulmans ont plus honte d'être dans la rue qu'aurait certains pauvres chrétiens.

Pour rester logé, il dépendait d'une allocation. Pour garder l'allocation il était obligé de chercher d'emplois. Après un certain temps d'échecs, les autorités suédois privent les allocataires de leur liberté de choix, ils se trouvent renvoyés à tel ou tel travail, s'ils refusent ils se voient privés d'allocation, et ça peut entrainer la perte de domicile.

D'après mes propres expériences, il y a en Suède vraiment de réseaux qui abusent de ce système pour forcer quelqu'un à chercher un emploi qui ne correspond pas à sa conscience.

En haut de la page

Lena Andersson avoue indirectement de quoi il s'agit:


  • 1 elle demande pragmatisme des chercheurs d'emploi;
  • 2 elle accorde en principe le droit de faire d'efforts pour changer les mœurs suédois au musulman comme à tout le monde;
  • 3 elle qualifie son geste comme un geste de mépris pour la femme.



En haut de la page

Bon, ce ne sont pas juste les musulmans qui se voient recommendés de faire preuve de pragmatisme ...

Il y a en Suède une forte tradition de l'élite ou de l'administration de faire changer les moeurs même indigènes du peuple.

Par exemple en changeant le sujet du sujet d'école "suédois" de grammaire en rhétorique et de rhétorique à "rhétorique à demasquer". La mélodie du bonheur serait ainsi selon les féministes une rhétorique à démasquer pour la rôle traditionnelle de la femme (exemple génuine de mon éducation au collège).

Ou en changeant le sujet du suédois de littérature classique en littérature "contemporaine" et par là en littérature plutôt noire (voire la trilogie Millennium, ou Henning Wallander - j'ai enduré pire sur télé, vous n'avez pas encore été exposés à P. C. Jersild écrivant sur l'hôpital) ou dépravée (notemment lesbienne et angoissé des années 30).

Mais ce n'est qu'à l'école, la prochaine étape reste la recherche de l'emplois, pour les traditionnalistes de quelque soit la religion ou coutûme, il y a aussi ce fameux pragmatisme dans la recherche d'emplois. Enfin ça peut ramener au transhumanisme. Ou, au moins, ce qu'est déjà dégueulasse, normalisation du propos de refaire l'éducation des adultes.

En haut de la page

... et ce n'est pas qu'eux qui sont accusés de mépriser les femmes.

Éxemple génuine de ma vie universitaire, je me suis vu comparé aux musulmans pour le fait de condamner l'avortement. Je suis catholique, et non pas musulman. Je condamne l'avortement en des conditions ou un musulmans pourrait dire sournoisement que ça serait mieux pour l'honneur de la famille de faire un avortement en sécret.

Pour certaines féministes, ça serait aussi cantonner et donc mépriser les femmes. Les féministes de Suède - surtout des gens qui écrivent à Dagens Nyheter - n'attaquent pas que l'Islam, mais également le catholicisme et les évangéliques pour leur ferme opposition à l'avortement et à la pillule, également les luthériens conservateurs qui refusent les femmes comme prêtres (comme je l'étais moi-même certaine époque d'adolescence avant de convertir au catholicisme).

Sous guise de la lutte contre les intégrismes religieuses, ils et elles luttent contre les traditions communs à toute humanité ou la plupart, y compris des chrétiens. Y compris même de la liberté chrétienne, vu qu'elles quasiment exigent des adolescentes enceintes d'avorter et que, comme en France depuis 2006, elles les interdisent de marier les pères de leurs bébés.

Le pire, c'est qu'elle - et Lena n'est pas la seule - insinue que les traditionnalismes se doivent "soigner" comme des maladies mentales. C'est abuser du pouvoir public, c'est abuser du prestige de la médecine, c'est gaspiller l'argent des imposables, et, surtout, c'est ruiner des vies relativement innocentes.

En haut de la page

Hans-Georg Lundahl
25-26/II/2010
Bibliothèque des Lilas
la clairière, Paris II

*Plutôt alors "Aangstroem", "smoergaasbord", "Swaensson".

**Frç "Ch"/angl "Sh" s'épelle "Š" en Czech et "Sz" en polonais. Les langues étant proches, les peuples ayant eu pendant ces années du XIXe S. quelques rivalités, on imagine bien que quelques-uns ont préféré une coupure tout court à une réécriture selon l'autre langue, bien que ça aurait été linguistiquement, c à d phonétiquement plus correcte. Les lithuaniens ont réépelé "Sziluwa" en "Šiluva" pour faire moins polonais pendant ce temps là, ou au debut du XXe S.


3 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Puisque j'ai de toute façon fait référence à Šiluva, voici le lien (premier en anglais, deuxième en français.

Hans-Georg Lundahl a dit…

Le nom ne se trouvant pas sur wikipedia français, encore, je vous renvoie à un blog dédié à Lithuanie: Šiluva, le "Lourdes" de Lithuanie

Hans-Georg Lundahl a dit…

Et un musulman, comment vient-il à Älmhult?

Je vois deux possibilités:

vu qu'il semble être récemment venu d'un pays musulman (non pas colonisé par français), la première est que le ministère des réfugiés l'avait mis dans un camp de réfugiés là-bas et qu'il n'était pas encore venu rejoindre ses frères musulmans à p ex Rosengård, donc, installé par défaut à Älmhult il y a appliqué pour les allocations, il y a cherché du travail;

la seconde est: il était déjà à un endroit comme Malmö ou Stockholm ou quelque chose comme ça, il avait cherché travail là-bas, il avait échoué longtemps de trouver quelque chose sur le marché "local" urbain, on l'avait obligé de chercher travail dans un petit endroit comme Älmhult, ensuite il est resté là-bas, et n'y trouvant pas travail il a appliqué pour les allocations, et c.

Au moins, vu ce que j'ai vu moi-même du fameux système suédois, c'est fort possible. Qu'il se soit installé à Älmhult de son propre gré, qu'il ait cherché ce poste là en priorité, et ensuite se soit comporté comme ça ... bon, il est musulman, mais quand même, faut pas exaggérer en ce qu'on prête à quelqu'un, quand même! Ça me semble donc moins probable.