mardi 6 avril 2010

Loisy avait tort

Je cite d'abord quelque chose de très essentiel de ses hérésies ou apostasies, depuis Émile Poulat, La crise moderniste, Casterman 1962, pp. 117 s., où il cite le livre condamné L'Évangile et l'Église:

En vertu du postulat théologique, on admet que les idées religieuses fondamentales, à commencer par l'idée de Dieu, ont été essentiellement invariables, au moins dans une portion choisie de l'humanité, depuis l'origine du monde jusqu'à nos jours.

En vertu du postulat messianique, on admet que Jésus et l'Église ont été objets de prédictions formelles et claires dans l'Ancien Testament.

En vertu du postulat ecclésiastique, on admet que l'Église, avec les degrés essentiels de sa hiérarchie, ses dogmes fondamentaux et les sacrements de son culte, a été directement instituée par le Christ.

Or ces trois postulats, sur lesquels repose tout l'édifice de la croyance catholique, ne sont pas seulement indémontrables, ils sont démontrés faux par l'histoire.


Très au contraire, ce qu'il appelle ici postulats sont des vérités testifiées vraies par précisement une tradition de l'histoire. Or, l'histoire repose sur la documentation insérée dans une tradition de documentation. Et non pas sur des à prioris et sur des postulats. Ce sont plutôt les "historiens" (ou plus exactement historio-philosophes aprioristes) auquels Loisy a le tort de faire confiance, qui font leurs postulats.


"En vertu du postulat théologique, on admet que les idées religieuses fondamentales, à commencer par l'idée de Dieu, ont été essentiellement invariables, au moins dans une portion choisie de l'humanité, depuis l'origine du monde jusqu'à nos jours." Le vrai faiseur de postulats est celui qui part d'un postulat anti-théologique: que l'idée du divin se soit lentement élévée, d'abord du matériel à l'animisme, ensuite de l'animisme au polythéisme, ensuite par hénothéisme au monothéisme.
Et ça reste strictement invérifiable, comme l'a démontré très bien le journaliste G. K. Chesterton dans son livre Everlasting Man.
"En vertu du postulat messianique, on admet que Jésus et l'Église ont été objets de prédictions formelles et claires dans l'Ancien Testament." Le vrai faiseur des postulats et celui qui part d'un postulat anti-messianique, selon lequel aucun Messie ne fut jamais promis ou pseud-messianique, selon lequel il faudrait attendre un autre Messie que Jésus.
En effet, dans l'évangile de St Luc, est expliqué comment Notre Seigneur a eu une fois deux à cinq heures pour expliquer comment il était prédit dans l'Ancienne Alliance, c à d de vraiment entrer dans les détails, tellement de détail concordants que le doûte ne reste plus raisonnable. En plus que le rencontre d'Emmaus n'est qu'un parmi plusieurs pendant quarante jours.
Cela nos amène aussi à Rivon Krygier, qui, à Notre Dame, pendant le Carême avait affirmé que Notre Seigneur n'aurait pas réussi à bâtir le royaume de Dieu. Et cela nous amène au troisième erreur de Loisy:
"En vertu du postulat ecclésiastique, on admet que l'Église, avec les degrés essentiels de sa hiérarchie, ses dogmes fondamentaux et les sacrements de son culte, a été directement instituée par le Christ." C'est à peu près aussi absurde que de prétendre que la Constitution des États Unies ne soit pas essentiellement l'œuvre des Founding Fathers, à part les Amendements postérieures.
Normalement une communauté humaine fait perdurer la mémoire de sa propre fondation. Les États Unis peuvent très bien savoir la différence entre l'office de président (introduit par les Founding Fathers) et l'indissolubilité de l'union (introduit dans un ammendement par Abraham Lincoln, contre les sudistes), et l'Église Catholique peut très bien savoir la différence entre l'office de Saint Pierre, introduit par Notre Seigneur, et cette réserve de certaines choses auparavant laissées aux évêques (notamment canonisation d'un saint ou d'une apparition) que fait plus tard le Pape Urbain VIII. Il peut y avoir des querelles sur les implications à l'origine, comme si le pouvoir invoqué par Urbain VIII était ou non implicite dans les mots de Notre Seigneur à St Pierre, mais on sait la distinction entre implication et le texte lui-même.
Il serait très difficile de commettre un falsificat de mémoire, sauf dans une secte qui se reclame d'avoir été cachée du publique - "parce que persécuté" (comme c'est le cas des francs-maçons, mais pas de l'Église que fut connu comme témoignant publiquement sa doctrine au milieu des persécutions entre les ans 33 et 313).
Notemment il serait difficile de cacher les occasions eues et peut-être (je dis: probablement) reçues de réstructurer la mémoire, comme pour les Juifs l'était au moins Jamnia, après la chute de Jérusalem.
Et l'essentiel est tellement indispensible pour expliquer l'existence même d'une communauté chrétienne qui aurait pu restructurer sa mémoire, que les explications données par ces réstructureurs sont dénuées de toute probabilité même.
En plus la deuxième moitié de l'œuvre Everlasting Man se dédie à démontrer comment l'Évangile devient impossible à comprendre sans l'Église, non comme si celle était l'inventrice à postériori des faits évangéliques, mais comme étant l'explicatrice claire et humaine des passages difficiles de l'Évangile.



C'est remarcable que les trois mensonges proférées par Loisy, la décade prochaine sont devenues doctrine officielle d'un pays, à savoir de Russie après sa perfide Révolution. C'est aussi remarcable que les communistes dans les autres pays ont eu tellement

Notons, que conformément à la coûtume de l'église, confirmé par Pie XI et réaffirmé par Vatican II, dont je ne trouve pas tout infaillible ou même sans faute, mais, cette réaffirmation l'est, je soumets régulièrement ce que j'écris à mes pasteurs.

Vu que Mgr André Vingt-Trois vient d'inviter pendant le Carême Rivon Krygier, il ne compte pas comme mon pasteur fidèle, mais le cas de nécessité autrefois invoqué par Mgr Lefèbvre persiste. Au moins selon mon avis, mais si finalement les quatre (ou peut-être quelques-uns des quatre) seront d'accord avec l'invitation faite à Krygier de faire une forme d'enseignement ou appel à réconsidération dans l'esprit plutôt loisyste, je ne sait pas où je me tournerais.

C'est aux pasteurs de la Fraternité Sacerdotale St Pie X, directement et par intermédiaire des fidèles, que je confie et mon blog en bloc, et certains messages importants, comme l'invitation faite à Krygier (lien, voir ci-dessus) à se renseigner sur ses racines "juives" (ou plutôt Ancien-Testamentales) dans le christianisme au Catéchisme des adultes à St Nicolas.

Benoît XVI, comme Pape, me parait suspecte, par le fait qu'il favorise André Vingt-Trois au-dessus de Mgr Williamson et même audessus des autres trois évêques tandis que cet "archévêque de Paris" favorise Krygier ...

Hans-Georg Lundahl
Bibliothèque Port-Royal
Paris
Mardi de Pâques.

2 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Ayant oublié le lien à Everlasting Man, je le complète ici.

Bonne lecture, les anglophones!

Hans-Georg Lundahl a dit…

Complément/correction mineure à propos Jamnia, en anglais:

Jamnia