dimanche 11 avril 2010

Pourquoi l'Occident a perdu en respect devant les Musulmans

1) deretour : Pourquoi l'Occident a perdu en respect devant les Musulmans, 2) Sepúlveda vs Jules Ferry, 3) Φιλολoγικά/Philologica : Esclavagisme des Noirs par Rome Chrétienne? Mais non!, 4) Aztecs today, 5) L'art de s'entendre entre colonisateurs et colonisés, 6) "Nos ancêtres les gaulois" ..., 7) L'Église et Sa Fille Ainée, 8) New blog on the kid : La vraie culpabilité des colonies, 9) deretour : en mémoire de rue d'Isly Clarté éternelle donne à cil

Dans mon avi. Je ne demande pas souvent le leur, mais parfois ils me fournissent certaines indications.

Prémièrement, rappelons que les Musulmans ne se vantent pas d'oublier le passé parce que c'est juste le futur qui compte, sauf parfois, dans les rélations privés. Mais non pas entre les communautés.



Domaine alcool:



Autrefois on disait chez nous, qu'un chrétien sait boire, un Musulman soit il s'en abstient, soit il se soule. Depuis on a - le Nord les a eu longtemps - des buveurs qui se soulent comme Musulmans soulés, ou parfois pire. Où donc notre supériorité? C'est une question qu'ils peuvent se poser chaque fois qu'ils voient un Chrétien (croyant ou pas, autrment praticant ou pas) qui se soule.

En plus, autrefois on se vantait d'avoir la liberté de boire, de ne pas traiter comme chiens les gens ayant bu. Maintenant on commence à islamiser les mœurs et les institutions. Un skinhead qui bât un buveur parce qu'il nous fait honte devant les musulmans ou pour raisons de santé public ou ... parce que le buveur ne se sent pas obliger à partager son vin pour l'énième fois, ça aussi leur donne quelque raison de se demander où nous avons les supériorités dont nous nous vantions il y a cent ans ou moins.

Un docteur d'alcoologie pour qui l'alcoolisme n'est plus la stade où on a perdu la tolérance (la possibilité de boire sans s'enivrer) d'autrefois, mais aussi les stades préalables de tolérance élévée ou encore consommation régulière augmentée, ça se perçoit comme une admission objective quoique juste implicite que les musulmans avaient raison et les chrétiens tort en simple science naturelle.

Domaines femmes, enfants, vieux:



Autrefois les mariages de chez nous se vantaient d'une stabilité énorme face à l'adversité, par respect de la morale catholique.

Aujourd'hui, combien des divorces, parce qu'on est laïcs, combiens de divorces même sans l'excuse que fournit l'adversité extrème. Au moins en apparence.

Et la femme occidentale, soit elle était à l'entreprise du mari (boulangère chez le boulanger, hôtelière chez l'hôtelier), soit elle était à la maison, sauf pour les cas d'appauvrissement ou avant ou après que le mari avaient la possibilité de la nourrir. Donc on avait beucoup d'enfants. Donc les jeunes suffisaient pour prendre soin des vieux. Chez eux. Pareil presque comme chez les Musulmans.

Aujourd'hui on se demande combien d'immigrés font besoin pour maintenir une productivité qui pourra économiquement fournir les vieux futurs d'une vie digne.

Domaines confessions, guerres et religion:



Il y avait une temps, on se battait contre les Musulmans, les fois que ça se faisait, pour la Trinité, pour Dieu Mort et Résuscité, pour la liberté d'entrer en Monastère comme vierge ou comme veuve.

Aujourd'hui on se bât pour "démocratie". Mais on ne respecte pas leur version de société démocratique. Et chez nous, devant eux, on se plaint que la démocratie n'est pas démocratique.

Pire encore, la fois que nous défendions autrefois jusqu'à la mort et parfois (ce qu'est une défense peu digne) jusqu'aux crimes, on est en train de s'en éloigner plus qu'ils ne sont eux-mêmes loins d'elle.

Aussi on fait la guerre pour la dignité de la femme, comme le faisait Mussolini en Éthiopie. Il invocait entre autres les mariages forcés. En 1943 - j'ai lu AAS de cet an - Pie XII avait affaire à des réclamations de dissoudre mariages parce que forcés, et là il n'a pas dissolu une seule, parce que ça n'était pas prouvé. Par contre il a dissolu le mariage d'un homme qui se disait ne pas avoir eu l'intention de se lier réellement, mais avec l'observation qu'alors il devra, pour se marier, jurer d'avoir l'intention. On peut se faire ridicule en envahissant un pays pour défendre ses femmes contre ses hommes.

Palestine, Algérie:



Quand dans la première guerre mondiale Jérusalem fut pris par les anglais, le général reclamait les croisades menées au bout. Pour G. K. Chesterton (qui écrit là-dessus en The New Jerusalem) ça a signifié: la première croisade n'était pas contre les Musulmans en bloc, surtout pas contre les Palestiniens, mais contre les Seldjoukes. Donc, battre les forces Turcs d'une seconde dynastie ou tribu (Ottomans), était la libération des Palestiniens.

Malheureusement on y a bientôt après mélée la question zioniste (soulevé par Théodor Herzl à cause de l'affaire Dreyfus, d'ailleurs, et soutenu par certains gens assez francophobes et christianophobes en Grande-Bretagne) et un peu après nommé un administrateur d'origine juive. Les Palestiniens ont couru les rues avec les affiches: "Christians and Moslems are brothers". Une fraternité qui n'a peut-être pas totalement perdurée, non plus.

Mais souvent l'Occidental, s'il n'est pas gauchiste, oublie les Palestiniens, y compris les Chrétiens, s'il est gauchiste avale la version islamique de la cause Palestinienne. Ne me demandez pas exactement où est la différence, mais j'ai vu un prêtre se plaindre pour les Palestiniens Chrétiens qui souffrent de la vendette judéo-islamique.

On est venus en Algérie comme défenseurs d'un roi que peu après on a destitué. On s'est plaint de l'esclavagisme des pirates contre les chrétiens. Après la France elle-même maltraite les chrétiens par exemple en 1905 avec la séparation de l'Église de l'État, les pillages contre églises catholiques, les catholiques fusillés par la police pour la défense de leurs églises. Croyait-on que les administrés Musulmans n'en savaient rien?

Enfin on avait en Palestine (les Anglais) comme en Algérie (les Français) une supériorité technologique qui a profité aux indigènes. Mais parfois aussi une attitude hautaine pour ça, avec un mépris pour la religion. la technologie est œuvre humaine et ce qu'un homme chrétien ou athée invente un homme musulman peut gérer aussi. Mais oublier Dieu - ceux qui sont encore Musulmans et convaincus qu'il y en a un Créateur, ils se disent qu'alors on oublie l'essentiel.

Aussi, croire qu'un Musulman avec barbe est forcémént notre ennemi et un sans barbe notre ami, un dont la femme est voilée notre ennemi et un dont la femme est sans voile notre ami, à part pour la laïcité, qui n'est pas une tradition occidentale très ancienne, et qu'ils espèrent manœuvrer à l'Islame, c'est ridicule.


Hans-Georg Lundahl
G. Pompidou/Beaubourg
Dominica Quasimodogeniti
11/IV A. D. 2010

2 commentaires:

Hans-Georg Lundahl a dit…

The New Jerusalem

G. K. Chesterton, 1920

Bonne lecture aux anglophones!

Hans-Georg Lundahl a dit…

Ajoutons:

Et l'oubli de nos griefs ...