dimanche 11 avril 2010

Marianne et la désinfo franchement franchouillarde

J'avoue que j'étais surfatigué hier.

Le gardien vient me "chasser" gentiment à 5:30, ce qu'était gentil de lui. Il ne m'a pas réveillé, quelqu'un d'autre s'en était déjà occupé une heure avant (plus/moins une demi-heure, dans ces circonstances là j'apprécie mal le temps), juste pour me pouvoir dire salut.

Malgré des quantités abusives de café, je ne suis pas arrivé d'être totalement réveillé ce jour là du 10/IV/2010, le samedi dans l'octave de la fête de Pâques. On m'a exposé à une mystification dans une laverie où j'était allé pour laver de linge sale par la générosité des autres usagers, et je n'ai pas compris quel était cet homme peu honnête que je connaissais déjà qu'après une heure de retard.

Donc, à l'autre laverie, je note la publication et les pages, ainsi que le nom de l'écrivain, mais j'oublie le numero. Surfatigue oblige à quelque bévue, n'est-ce pas? C'est d'ailleurs le numero du dossier avec cette mise en garde contre les "cléricalismes" qui menacent "la paix" (ou "le monde" ou "la planète" ou quelque autre phrase plus obligeante que "la laïcité", crois-je).

Continué, d'après les notes prises alors, le 15/V/2010:

Jean-Louis Schlegel
Marianne (n° mettant en garde contre les cléricalismes),
pp. 102 - 105.


Il est juste de rappeler: Benoît XVI est d'abord l'héritier de Paul VI, qui avait réaffirmé la doctrine catholique dans l'encyclique Humanae Vitae ... et surtout de Jean Paul II, qui avait donné à la résistance contre l'avortement (et les législations qui le permettent) une place centrale et dénoncé notre civilisation de mort (il a du reste invité les médecins et le personnel médical à l'objection de conscience.


Ça c'était une bonne et vraie phrase. Elle vient à la limite entre les pages 104-105. Enfin on apprend sans vitriol unilatéral quelque chose. Les papes ont une ligne commune entre 1962 et 1978 et entre 1978 et 2005 et entre 2005 et le présent. En bioéthique de procréation elle réaffirme la doctrine catholique. Au moins dans les interdits qu'elle garde. Merci.

À part ça, Schlegel - nom allemand qui rappelle un des philosophes allemands du romantisme - est très franchouillard dans son analyse. Si le féminisme prône un régime avec des liens à Simone Veil (la ministre) ici, mais en Pologne le Catholicisme prône un régime qui restricte l'avortement, c'est la perspective française (laïque) qui est évoqué avec mots comme

il s'expose à des multiples polémiques directes


La perspective polonaise ou d'Argentine ou des Africains est tue.

Hans-Georg Lundahl
publié en retard à Paris
le matin du 8 avril 2011

1 commentaire:

Hans-Georg Lundahl a dit…

Oups, presque un an en retard. Bon, le phénomène persiste.